Caritaspatrum
Accueil du siteLES MERES DE L’EGLISE ET AUTRES DAMESLa procession martyriale de Ravenne
Dernière mise à jour :
samedi 20 mai 2017
Statistiques éditoriales :
774 Articles
1 Brève
73 Sites Web
25 Auteurs

Statistiques des visites :
158 aujourd'hui
324 hier
446924 depuis le début
   
La procession martyriale de Ravenne
Au début du VIe siècle, le roi ostrogoth Théodoric fit élever une basilique somptueuse à proximité de son palais à Ravenne pour en être la chapelle palatine. Aujourd’hui connue sous le nom de S. Apollinaire le Neuf, cette église est mondialement célébre pour ses superbes mosaïques. Ainsi s’avancent lentement deux processions hiératiques d’hommes et de femmes, tous martyrs, vers le Christ et la Vierge à qui ils tendent la couronne de leur ultime témoignage.
 
Articles publiés dans cette rubrique
dimanche 10 avril 2016
par Pascal G. DELAGE
Euphémie de Chalcédoine.
La martyre Euphémie est figurée en tête du cortège des vierges, faisant pendant à l’illustre Martin de Tours, le seul saint non martyr de ces deux processions célestes. Pourquoi avoir réservé un tel honneur à la martyre de Chalcédoine ?

lire la suite de l'article
mardi 10 mai 2016
par Pascal G. DELAGE
Pélagie d’Antioche
S’élançant en second dans la grande procession martyriale, Pélagie est l’une des grandes saintes d’Antioche sur l’Oronte. Or Augustin se montra quelque peu réservé quant à la reconnaissance de sa sainteté.

lire la suite de l'article
vendredi 10 juin 2016
par Pascal G. DELAGE
Agathe de Catane
Loin des rivages de sa Sicile natale, la martyre Agathe jouit rapidement d’une grande popularité dans toute l’Italie, tant auprès des communautés catholiques que des ariens. Ces derniers obtiennent même qu’une église dédiée à la martyre de Catane leur soit attribuée à Rome dans les années 470, le pape Symmaque (498-515) en fonde une autre « in fundum Lardarium ». L’autre capitale, Ravenne, se devait également d’honorer la sainte sicilienne d’une église dès le milieu du Ve siècle.

lire la suite de l'article
dimanche 10 juillet 2016
par Pascal G. DELAGE
Agnès de Rome
Agnès de Rome est la seule de toutes les martyres de la grande procession à être accompagnée d’un symbole qui la désignerait de suite au visiteur illettré, un petit agneau qui joue à ses pieds. Le nom même d’Agnès n’est peut-être d’ailleurs que le surnom que lui donnèrent les chrétiens de Rome (« agne » : la « pure ») de telle sorte que son identité véritable nous demeure inconnue.

lire la suite de l'article
mercredi 10 août 2016
par Pascal G. DELAGE
Eulalie de Mérida
Emule d’Agnès de Rome, Eulalie de Mérida, l’ancienne Emerita, était âgée d’une douzaine d’années lorsqu’elle comparut devant le tribunal du gouverneur ou plus exactement quand qu’elle s’y rendit en dépit du « tendre soin de sa mère qui la retint cachée dans une campagne écartée, de crainte que la farouche fillette, par amour de la mort, ne se précipite pour recevoir le prix du sang » (Prudence).

lire la suite de l'article
samedi 10 septembre 2016
par Pascal G. DELAGE
Cécile de Rome
Seconde martyre de Rome à figurer dans la procession ravennate, Cécile - contrairement à Agnès et son agneau - n’a pas été représentée avec une harpe ou une cithare. Mais peut-être qu’au VIe siècle, la tradition n’avait pas encore fait d’elle la patronne des musiciens…

lire la suite de l'article
jeudi 20 octobre 2016
par Pascal G. DELAGE
Lucie de Syracuse
D’abord localisé en Sicile où il est attesté à la fin du IVe siècle, le culte de Lucie gagne l’Italie quelques décennies plus tard, ce qui vaut à la martyre de Syracuse d’être représentée dans la procession des martyres de S. Appolinaire-le-Neuf et dans l’arc absidial de la basilique euphrasienne de Porec (Istrie). A la même époque, son nom est introduit dans le canon de la messe romaine en compagnie d’Agnès, Agathe, Cécile et Anastasie, également présentes à Ravenne.

lire la suite de l'article
mardi 20 décembre 2016
par Pascal G. DELAGE
Crispina de Thagore
Première martyre africaine à figurer dans la procession ravennate, Crispina était une matrone, une mère de famille, qui comparut le 5 décembre 304 avec un groupe d’origine modeste, probablement des paysans dont les noms puniques rappellent l’implantation du christianisme jusque dans les campagnes les plus reculées. Si Augustin la mentionne dans plusieurs de ces homélies, nous possédons aussi les Actes de sa comparution et qui sont parmi les documents les plus fiables qui soient parvenus jusqu’à nous.

lire la suite de l'article
vendredi 20 janvier 2017
par Pascal G. DELAGE
Valeria de Milan
La neuvième martyre de la grande procession de Ravenne, Valeria, est également une femme mariée comme l’africaine Crispina mais elle est surtout la première sainte d’Italie du nord à prendre part à la céleste théorie.

lire la suite de l'article
lundi 20 février 2017
par Pascal G. DELAGE
Vincentia de Ravenne
Il faut attendre la dixième silhouette pour entrevoir une des saintes que l’Eglise de Ravenne revendiquait comme sienne, Vincentia, mais au témoignage-même du « Liber Pontificalis » rédigé par un érudit local, Andreas Agnellus, on pouvait se demander légitiment si Vincentia avait bien sa place dans la procession martyriale.

lire la suite de l'article
lundi 20 mars 2017
par Pascal G. DELAGE
Perpétue de Carthage
Autre martyre africaine, la jeune matrone Perpétue rendit son témoignage en 203 à Carthage et sa mémoire demeura associée à une autre jeune femme, l’esclave Félicité. Très populaire à Carthage, leur culte passa rapidement en Italie où nous trouvons les plus anciens témoignages iconographiques, à Ravenne précisément, dans la chapelle Saint-André (vers 519), l’église Saint-Martin « in Caelo aureo » et bien sûr la procession de Saint-Apollinaire-le-Neuf.

lire la suite de l'article
jeudi 20 avril 2017
par Pascal G. DELAGE
Félicité de Carthage.
La douzième figure de la procession martyriale, Félicité, n’appartient pas aux classes privilégiées de l’Empire à l’instar de la clarissima Crispina ou des vierges « bien-nées » comme Agnès ou Eulalie. C’est une esclave – comme la lyonnaise Blandine qui n’est pas représentée à Ravenne – mais c’est librement qu’elle comparait dans l’arène avec la matrone Perpétue pour y assumer son ultime témoignage.

lire la suite de l'article
samedi 20 mai 2017
par Pascal G. DELAGE
Justina de Padoue
Avec Justina de Padoue, c’est une nouvelle martyre de l’Italie du nord qui est accueillie dans la grande procession martyriale de Ravenne après Valéria de Milan et Vincentia de Ravenne. Une sainte fort discrète même s’il semble bien qu’une première basilique fut édifiée sur la nécropole où elle fut inhumée (à l’emplacement de l’actuel Prato della Valle).

lire la suite de l'article
jeudi 30 juillet 2009
par Pascal G. DELAGE
Anastasia de Sirmium
Après l’Italie et l’Afrique, Anastasia de Sirmium tourne nos regards vers les Balkans, l’ancien Illyricum, une province fortement romanisée à la charnière de l’Orient et de l’Occident mais qui fut entièrement saccagée par les invasions barbares à la fin du IVe siècle (occupation des Wisigoths), occultant la mémoire longue de communautés chrétiennes vivantes et turbulentes.

lire la suite de l'article
dimanche 30 août 2009
par Pascal G. DELAGE
Daria de Rome
Les dernières saintes de la procession martyriale de Ravenne appartiennent d’abord à la mémoire des communautés italiennes comme la vierge romaine Daria associée au culte de saint Chrysanthe, également représenté dans la théorie des martyrs de Saint-Apollinaire-le-Neuf.

lire la suite de l'article
mercredi 30 septembre 2009
par Pascal G. DELAGE
Viviane de Rome
Si l’ « Anonyme de Ravenne » est un auteur bien connu des géographes, à qui l’on doit une « Cosmographie » rédigée aux alentours du VIIe siècle, la seizième silhouette de la procession martyriale de Saint-Apollinaire-le-Neuf demeure également pour nous une autre « anonyme de Ravenne », le nom pourtant inséré au-dessus de sa tête restant indéchiffrable. L’occasion pour nous d’évoquer une autre martyre chère à la piété romaine mais à l’histoire fort complexe.

lire la suite de l'article
vendredi 30 octobre 2009
par Pascal G. DELAGE
Anatolia de Trebula
La dix-neuvième silhouette à prendre place dans la grande procession ravennate, Anatolia, est aussi italienne, originaire des monts de Sabine comme sa sœur Victoria. Quoique son culte fût assez modeste, elle est déjà mentionnée par l’évêque de Rouen Victrice à la fin du IVe siècle.

lire la suite de l'article
lundi 30 novembre 2009
par Pascal G. DELAGE
Christina de Bolsena
La vingtième martyre, Christina, est associée à la capitale de la Tuscie, Volsinii (aujourd’hui Bolsena) et elle est d’ailleurs représentée au sein d’un groupe de saintes d’Italie Centrale. Or il semble bien que la mémoire de cette jeune femme ait d’abord été vénérée bien plus loin, entre Egypte et Levant.

lire la suite de l'article
mercredi 30 décembre 2009
par Pascal G. DELAGE
Savina de Vindena
La figure de Savina (ou Sabina) est évoquée comme celle d’une martyre ombrienne originaire de Vindena, mais elle peut recouvrir bien d’autres mémoires comme celle d’une matrone de Lodi portant secours aux temps de la grande persécution ou encore celle d’une Romaine, bienfaitrice de l’Eglise locale au début du Ve siècle. Avant de donner naissance, nouvel avatar, à une sainte champenoise….

lire la suite de l'article
samedi 30 janvier 2010
par Pascal G. DELAGE
Eugenia de Rome
La dernière figure de la grande procession martyriale de Ravenne n’est autre que la romaine Eugenia, une martyre à vrai dire assez obscure mentionnée une première fois par le ménologe romain au Ve siècle et dont les Actes devinrent populaires - et tout d’abord dans le monde monastique - tant en Occident qu’en Orient à la fin de ce même siècle.

lire la suite de l'article