Caritaspatrum
Accueil du siteLES MERES DE L’EGLISE ET AUTRES DAMESLes hérétiques
Dernière mise à jour :
jeudi 15 novembre 2018
Statistiques éditoriales :
824 Articles
1 Brève
74 Sites Web
47 Auteurs

Statistiques des visites :
328 aujourd'hui
300 hier
612757 depuis le début
   
Articles publiés dans cette rubrique
mercredi 15 août 2018
par Pascal G. DELAGE
Qamṣu d’Edesse
Une seule femme connaît la grâce d’être nommée par Ephrem le Syrien dans ses « Hymnes contre les Hérésies » composées entre 363 et 371 dans la ville sainte d’Edesse où le chantre inspiré vint terminer sa vie lorsque sa cité de Nisibe fut cédée aux Perses à la suite de la défaite de l’empereur Julien. C’est là qu’il découvrit le courant des Sabbatiens et de la place qu’une femme y tint au début du mouvement.

lire la suite de l'article
samedi 15 septembre 2018
par Pascal G. DELAGE
Dorothéa d’Antioche
Alors que n’avait pas encore éclaté la grande répression ordonnée par l’empereur Dioclétien contre les chrétiens, des cénacles d’intellectuels et d’ascètes se réunissaient autour de maîtres éprouvés dans les grandes métropoles d’Orient. Lucien d’Antioche fut une de ces grandes figures de la théologie naissante. Des femmes participaient habituellement à ces cénacles comme Dorothéa, peut-être trop proche au goût de certains, du prêtre Leontios qui choisit une façon radicale de couper court aux rumeurs.

lire la suite de l'article
lundi 15 octobre 2018
Nanas de Cotyaion
Si saint Paul, semble-t-il, avait interdit aux femmes de parler dans l’assemblée liturgique, il ne leur avait pas interdit de prendre part aux manifestations charismatiques qui accompagnaient le culte, ce dont se loue hautement la stèle de la prophétesse Nanas de Cotayion (Phrygie)… Mais cela n’étant pas sans faire froncer les sourcils des pasteurs de la Grande Eglise qui ne gardaient qu’un souvenir pénible de Montan et de ses prophétesses…

lire la suite de l'article
jeudi 15 novembre 2018
par Pascal G. DELAGE
Lucilla de Carthage
Il aurait été bon de rappeler à l’archidiacre de l’Église de Carthage qu’il est toujours dangereux d’humilier une femme lorsqu’elle est riche et a de l’entregent. Au sortir de la terrible persécution ordonnée par Dioclétien contre les chrétiens et qui fit des dizaines et des dizaines de victimes, le prêtre Caecilianus en fit l’amère expérience. Le mouvement déclenché par la fierté outragée de Lucilla n’était pas proprement hétérodoxe en son commencement mais il évolua rapidement en une Église schismatique qui, non seulement concurrença la grande Église tout au long du IVe siècle, mais parvint même à être plus importante numériquement que l’Eglise d’Afrique en communion avec le Siège romain.

lire la suite de l'article