Caritaspatrum
Accueil du siteLES MERES DE L’EGLISE ET AUTRES DAMESAugustae et autres princesses
Dernière mise à jour :
vendredi 15 décembre 2017
Statistiques éditoriales :
791 Articles
1 Brève
73 Sites Web
34 Auteurs

Statistiques des visites :
385 aujourd'hui
365 hier
508390 depuis le début
   
Articles publiés dans cette rubrique
samedi 5 octobre 2013
par Pascal G. DELAGE
Prisca, l’épouse de Dioclétien
A la mort du jeune empereur Numérien en mars 384 en Asie mineure, probablement assassiné par Aper, son préfet du prétoire (et beau-frère), Dioclès, un officier de haut-rang fut désigné par les généraux romains pour lui succéder. Après avoir lui-même exécuté Aper, il ne tarda pas à affermir son pouvoir sur l’ensemble de l’empire romain éliminant tour à tour Carinianus (le frère de Numerien) et un autre prétendant au pouvoir, Julianus, le gouverneur de Vénétie. Conscient de l’ampleur de la tâche qui l’attendait, il mit en place un mode de gouvernement inédit qui prit le nom de tétrarchie. Or quoique bénéficiant de l’appui du Sénat romain, Dioclès était d’origine fort modeste tout comme son épouse Prisca.

lire la suite de l'article
mardi 5 novembre 2013
par Pascal G. DELAGE
Galeria Valeria Eutropia
Etrange destinée que celle de cette impératrice qui vit son époux, son fils et même sa fille exécutés sur les ordres de son gendre, le grand Constantin, et qui, si on s’en réfère aux premiers historiens chrétiens serait restée toutefois en bon terme avec son gendre, accompagnant Hélène dans le premier pèlerinage en Terre Sainte…

lire la suite de l'article
jeudi 5 décembre 2013
par Pascal G. DELAGE
Flauia Iulia Helena Augusta
Qui aurait pu croire que cette petite servante d’auberge d’un bouge d’Asie mineure dont s’était amouraché un militaire d’origine illyrienne deviendrait un jour l’impératrice du monde romain ? Mère très révérée d’un prince énergique qui rétablit l’unité de l’empire à son profit, Hélène le suivit dans sa propre conversion à la foi des chrétiens. Envoyée en Palestine par Constantin, elle serait même à l’origine de la découverte de la croix du Christ.

lire la suite de l'article
dimanche 5 janvier 2014
par Pascal G. DELAGE
Galeria Valeria, l’impératrice errante
Les deux femmes sont conduites précipitamment hors de la ville. Les soldats sont nerveux. Le gouverneur militaire de la place n’a pas dédaigné les accompagner et la population se presse, de plus en plus nombreuses, mi- curieuse, mi-hostile. La plus jeunes des femmes soutient sa mère pour descendre du carpentum. Puis le bourreau entra en action, sans ménagement. L’une et l’autre sont décapitées selon les ordres reçus. Les corps sont jetés dans la carriole pour être embarqués dans un rafiot. Avant midi, les corps des deux impératrices ont disparu à jamais dans les eaux azurées du golf de Thessalonique.

lire la suite de l'article
lundi 10 février 2014
par Pascal G. DELAGE
Flavia Maximiana Theodora, l’impératrice aux flancs féconds
La vie de Théodora commença comme un conte de fées. Fille d’un généralissime de l’armée romaine, élevée au Palais, elle épousa un militaire qui fut proclamé empereur en 305. Ils eurent beaucoup d’enfants mais ne vécurent pas longtemps heureux. Elle avait à peine trente ans lorsqu’elle devint veuve. Nul ne sait ce qu’il advint d’elle après la mort de Constance Chlore mais aucun de ses petits-fils ne mourut de mort naturelle…

lire la suite de l'article
mercredi 5 mars 2014
par Pascal G. DELAGE
Fausta, l’épouse du premier empereur chrétien
Le sort tragique de l’épouse du premier empereur chrétien est bien connu, l’historien païen Zozime y voyait même le motif principal de la conversion de Constantin au christianisme. Pourtant l’Augusta avait donné cinq enfants à son époux dont trois garçons. Mais Constantin avait été marié une première fois et sa première épouse lui avait également donné un fils.

lire la suite de l'article
samedi 5 avril 2014
par Pascal G. DELAGE
Flavia Iulia Constantia, l’impératrice sacrifiée
Probablement l’aînée des filles de l’empereur Constance Chlore et de Théodora, Constantia avait une vingtaine d’années lorsqu’elle fut mariée par son demi-frère Constantin à Licinius, un des généraux les plus méritants de Galère et qui maintenant était parvenu à s’assurer l’imperium sur l’Illyricum à la mort de son protecteur. La jeune femme n’était-elle qu’une pièce dans le jeu complexe qui devait conduire Constantin et Licinius à se partager l’empire de Rome ?

lire la suite de l'article
lundi 5 mai 2014
par Pascal G. DELAGE
Flavia lulia Anastasia, épouse d’un éphémère César
Probablement la seconde des filles de l’Auguste Constance Chlore et de Théodora, Anastasia fut mariée par son demi-frère Constantin et son beau-frère Licinius en 314 à un membre d’une gens illustre de Rome, Bassianus, à qui les deux empereurs ne promettaient pas moins que la pourpre impériale. Mais la Roche tarpéienne est proche du Capitole.

lire la suite de l'article
jeudi 5 juin 2014
par Pascal G. DELAGE
Flavia Iulia Eutropia, la Romaine
Très probable cadette de la fratrie née de l’empereur Constance Chlore et de Théodora, Eutropia ne fut pas mariée à un prince mais à un membre de la haute aristocratie romaine. Ce qui n’empêcha pas Eutropia de rêver de la pourpre pour son propre fils. Rêve qui s’acheva de façon tragique.

lire la suite de l'article
jeudi 10 juillet 2014
par Pascal G. DELAGE
Les brus de Constantin.
Considérant que les risques d’usurpation augmentaient proportionnellement au nombre d’alliances contractées, Constantin jugea plus prudent de marier ses fils dans sa propre famille et de les unir à des cousines germaines. La pratique de ces mariages endogamiques était apparue sous la Tétrarchie. Le premier empereur chrétien la systématisa pour sa propre famille.

lire la suite de l'article
vendredi 5 septembre 2014
par Pascal G. DELAGE
Eusèbia, ange ou démon ?
Eusèbia, l’épouse de Constance II, nous est mieux connue que d’autres impératrices, ayant eu le privilège très rare d’un panégyrique que lui dédia le prince Julien. Juste retour des choses pour cette femme qui le protégea à Milan des complots ourdis à la Cour mais jusqu’où pouvait aller la faveur impériale ? Une rumeur terrible se répandit auprès du berceau d’un enfant mort à peine né…

lire la suite de l'article
vendredi 10 octobre 2014
par Pascal G. DELAGE
Une mégère nommée Constantina
C’est le grand historien Ammien Marcellin qui imposa à la tradition cette épithète infamante à la fille de Constantin, « vraie mégère faite femme, toujours prête à exciter les fureurs de son mari et non moins cruellement avide que lui de sang humain » (XIV, 1, 1) mais la ville de Rome garda une autre mémoire de la princesse impériale intimement liée à la basilique martyriale de Sainte Agnès.

lire la suite de l'article
mercredi 5 novembre 2014
par Pascal G. DELAGE
Une princesse bien trop discrète, Hélène, l’épouse de Julien.
Fille de l’empereur Constantin, mariée une première fois à douze ans, veuve à quatorze ans, elle se consumait dans un pieux veuvage quand son frère Constance II la maria à un autre de leur cousin, Julien, le futur Apostat, son cadet de près de dix ans !

lire la suite de l'article
vendredi 5 décembre 2014
par Pascal G. DELAGE
Constantia, une fille « oubliée » de Constantin ?
Les historiens ne connaissent que deux épouses de Constantin, Minerva (proche parente de Dioclétien) et Fausta (fille de Maximien). Or l’empereur Julien parle de « plusieurs femmes » de son oncle (Or 7, 22), ce qui ne cadrerait guère avec la réputation de chasteté célébrée par les panégyristes chrétiens mais les contemporains de Julien n’auraient-ils pas réagi devant une telle allégation si elle s’était avérée fausse ?

lire la suite de l'article
lundi 5 janvier 2015
par Pascal G. DELAGE
Faustina, éphémère impératrice
Impératrice aussi éphémère que légitime, cette troisième épouse de Constance II lui offrait la promesse de ce qui n’avait cessé de le hanter, la possibilité de poursuivre la dynastie fondée par Constantin. Mais l’empereur était déjà mort quand naquit l’enfant.

lire la suite de l'article
jeudi 5 février 2015
par Pascal G. DELAGE
Artémisia ou malheur aux vaincus !
Le monde de l’Antiquité Tardive fourmille d’usurpateurs et/ou de sauveurs de l’Empire qui n’hésitent pas à tenter leur chance au gré des opportunités ou des situations inextricables, poussés par les circonstances ou par la peur. C’est ainsi qu’un cousin de l’empereur Julien, Procope, revêtit de la pourpre impériale en septembre 365 avant d’être exécuté 9 mois plus tard. On parle rarement du sort de l’épouse de l’usurpateur…

lire la suite de l'article
jeudi 5 mars 2015
par Pascal G. DELAGE
Charito, l’impératrice des 200 jours
La mort de Julien lors de la débâcle de l’expédition en Perse le 26 juin 363 laissait le trône impérial vacant, faute de successeur désigné et d’héritier biologique. En grande hâte dans les heures qui suivirent le décès du prince, les membres du comitatus tentèrent de se mettre d’accord sur un nom et ce fut l’homme du compromis qui hérita de la pourpre. Son épouse Charito venait juste de mettre au monde leur second enfant avant qu’il ne prenne la route de l’Euphrate.

lire la suite de l'article
dimanche 5 avril 2015
par Pascal G. DELAGE
Marina Severa, l’impératrice répudiée
Lorsque Valentinien fut porté à la tête de l’empire le 28 février 364 par une assemblée de hauts-fonctionnaires et de généraux, il passait pour être assez favorable aux chrétiens. Probablement non-baptisé comme son frère Valens qu’il associa au pouvoir quelques jours plus tard, il ne se sentait pourtant pas particulièrement concerné par les décisions des évêques concernant le mariage. Son épouse Maria Severa ne tarda pas à en faire les frais.

lire la suite de l'article
mardi 5 mai 2015
par Pascal G. DELAGE
Albia Domnica l’Arienne
Pour les Pères de l’Eglise, Dominica demeure l’Arienne, celle qui a persécuté les chrétiens fidèles aux dogmes énoncés à Nicée quand ceux-ci étaient défendus par Athanase d’Alexandrie et de Basile de Césarée. Ainsi se présenta-t-elle comme la protectrice officielle de l’évêque arien de Constantinople, Démophile, contre les nicéens qui voulaient l’en faire chasser. Et les historiens ecclésiastiques de lui attribuer, nouvelle Eve, une influence néfaste sur son époux Valens qui fut un des rares empereurs à promouvoir activement une théologie subordinatianiste au IVe siècle.

lire la suite de l'article
lundi 10 août 2015
par Pascal G. DELAGE
Iustina ou le poids du lignage
…ou quand une impératrice doit se méfier d’une sémillante courtisane, surtout lorsque coule dans les veines de cette dernière le sang des Constantinides. Telle fut l’expérience amère de l’épouse de Valentinien Ier qui dût laisser la place à Iustina au stemma d’or.

lire la suite de l'article
samedi 5 septembre 2015
par Pascal G. DELAGE
Constancia, la dernière des Constantinides
La première épouse qui fut donnée au jeune empereur Gratien témoignait de la continuité voulue de Constantin à Valentinien Ier. Mais la jeune femme mourut rapidement et le prince convola avec une autre jeune femme qui n’est qu’un nom pour nous, Laeta, mais ce nom est peut-être l’indice de liens plus forts à resserrer avec la vieille aristocratie romaine.

lire la suite de l'article
lundi 5 octobre 2015
par Pascal G. DELAGE
Aelia Flavia Flacilla
Bru d’un général fameux de Gratien, ayant multiplié les victoires en Bretagne et en Afrique mais tombé en disgrâce et exécuté à la suite d’une cabale au début de l’année 376, rien ne disposait à cette jeune femme à accéder à la pourpre impériale. Quoique son époux ne se contenta pas seulement de compter sur sa bonne étoile…

lire la suite de l'article
jeudi 5 novembre 2015
par Pascal G. DELAGE
Galla, la jeune épousée de Thessalonique
L’empereur Théodose venait de perdre son épouse Flacilla à la fin de l’été 386 et, depuis plusieurs mois, il se devait de faire face à une nouvelle usurpation. Un général, Maxime, également d’origine espagnole, avait déposé, puis laissé tuer le jeune empereur d’Occident, Gratien. Théodose allait-il le reconnaître ou le combattre ? C’est alors que l’impératrice douairière Iustina débarqua à Thessalonique.

lire la suite de l'article
samedi 5 décembre 2015
par Pascal G. DELAGE
Eudoxie, l’impératrice mal-aimée
L’épouse d’Arcadius est probablement une des impératrices les plus dépréciées tant dans l’historiographie ancienne que contemporaine. Son nom demeure inséparable de l’épithète « Jézabel » que lui aurait discerné Jean Chrysostome et on rendit l’impératrice responsable de l’envoi en exil et même de la mort de l’évêque de Constantinople. Elle-même était pourtant décédée à même pas trente ans, épuisée par des couches successives…

lire la suite de l'article
mardi 5 janvier 2016
par Pascal G. DELAGE
Maria et Thermentia, les impératrices-enfants
Alors qu’à Constantinople, l’aquitain Rufin avait échoué à faire épouser sa fille au jeune empereur d’Orient, le régent Stilichon parvint à marier successivement ses deux filles à son pupille Honorius, le très jeune empereur d’Occident. Non seulement ces mariages furent stériles, probablement malheureux et se terminèrent de façon tragique.

lire la suite de l'article
samedi 20 février 2016
par Pascal G. DELAGE
Eudocia, l’impératrice lettrée
Dès l’antiquité, la vie de l’impératrice Eudocia, l’épouse de Théodose II, a fait l’objet d’une interprétation romanesque. Petite fille pauvre, née d’un père philosophe et païen, voilà qu’elle est remarquée par la sœur du jeune empereur qui décide d’en faire l’épouse de son frère. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes mais Eudocia ne donne pas de fils à Théodose et déjà plane sur elle l’ombre de la disgrâce.

lire la suite de l'article
dimanche 20 mars 2016
par Pascal G. DELAGE
Galla Placidia, le dernier empereur de Rome
En elle, coulaient le sang de Théodose Ier, et celui de Valentinien Ier, et celui de Constance Chlore, dernière impératrice romaine à avoir réellement exercer l’« imperium » sur les terres d’Occident mais son destin personnel annonçait déjà des temps nouveaux : avant d’être Augusta, elle fut aussi l’épouse d’un de ces chefs de guerres germains qui mirent finalement fin à l’Empire romain.

lire la suite de l'article
vendredi 15 avril 2016
par Pascal G. DELAGE
Aelia Pulcheria l’orthodoxe
Celle qui avait fait vœu de chasteté ne put parvenir au faîte du pouvoir que par le mariage. Les Romains qu’ils soient d’Orient ou d’Occident n’étaient guère disposés en ce milieu du Ve siècle à ce qu’une femme règne sur eux, et encore moins une femme qui avait un choix de vie semblable à celui d’une moniale.

lire la suite de l'article
dimanche 15 mai 2016
par Pascal G. DELAGE
Arcadia et Marina, les princesses moniales
Alors que ne cessent de se multiplier usurpateurs et prétendants au trône dès que la situation politique ou sociale commence à tanguer, le Palais rechercha à limiter le nombre de ces aventuriers en leur refusant une position avantageuse avec une alliance matrimoniale avec une des femmes du gynécée impériale. Alors que l’empereur Arcadius mourut prématurément en laissant un garçon et trois filles, celles-ci furent invitées à opter pour une consécration religieuse.

lire la suite de l'article
mercredi 15 juin 2016
par Pascal G. DELAGE
Licinia Eudoxia, l’impératrice arrachée au Palais
Le sang de l’empereur Théodose qui coulait en ses veines allait par son union avec l’Auguste d’Occident allait s’unir à celui Constantin et de Valentien Ier. Appelée dès sa naissance à la pourpre impériale, la vie d’Eudoxia se terminera en tragédie sur le sol africain avant d’échouer dans une pieuse retraite sur les bord du Bosphore qui l’avait vu naître.

lire la suite de l'article
vendredi 15 juillet 2016
par Pascal G. DELAGE
Honoria, la princesse ulcérée
La coutume s’établit à la Cour de Constantinople : les princesses porphyrogénètes demeureront célibataires et se consacreront à Dieu et aux œuvres pieuses. Cette pratique visant à limiter les prétendants au trône, elle ne tarda pas à s’imposer à la Cour de Ravenne mais la fille de Galla Placidia ne l’entendait pas ainsi…

lire la suite de l'article
samedi 20 août 2016
par Pascal G. DELAGE
Verina ou le pouvoir à tout prix.
Rien ne prédisposait cette épouse d’un fonctionnaire impérial à revêtir la pourpre si ce n’est le bon vouloir d’un généralissime d’origine barbare. Le conte de fée ne tarda pas à se transformer en une épopée de sang et de feu où le sordide côtoie plus souvent le pitoyable que l’admirable sur fond de déchirements politiques et de rivalités religieuses.

lire la suite de l'article
mardi 20 septembre 2016
par Pascal G. DELAGE
La dernière impératrice gauloise
On ignore jusqu’au nom de celle qui fut l’épouse de l’éphémère empereur d’origine gauloise, Avitus, alors même que son gendre fut pourtant un des derniers grands poètes d’Occident et un épistolier prolixe avant d’être appelé à la tête de l’église d’Auerna (Clermont-Ferrand), cité dont sa puissante belle-famille était originaire.

lire la suite de l'article
jeudi 10 novembre 2016
par Pascal G. DELAGE
Euphémia ou l’échec d’une nouvelle dynastie
Des empereurs qui se succédèrent à un rythme soutenu (8 en 21 ans) à la tête de l’Empire d’Occident après la mort du dernier descendant de Théodose Ier en 455, nous ne connaissons généralement pas le nom des épouses, ni même s’ils furent mariés. Toutefois, l’épouse d’Anthemius (467-472) échappe à cette « damnatio memoriae », Marcia Euphemia qui n’était autre que la fille unique de l’empereur d’Orient Marcien.

lire la suite de l'article