Caritaspatrum
Accueil du siteLES MERES DE L’EGLISE ET AUTRES DAMESMatrones romaines
Dernière mise à jour :
vendredi 15 décembre 2017
Statistiques éditoriales :
791 Articles
1 Brève
73 Sites Web
34 Auteurs

Statistiques des visites :
385 aujourd'hui
365 hier
508390 depuis le début
   
Articles publiés dans cette rubrique
jeudi 5 mai 2011
par Pascal G. DELAGE
Faltonia Betitia Proba
Seule femme à avoir eu les honneurs d’une vignette dans le De viris illustribus d’Isidore de Séville, Faltonia Betitia Proba appartenait à une des toutes premières familles de Rome au début du IVe siècle, les Petronii. Fille et petite-fille de consuls, elle épousa Adelphius qui fut préfet de Rome mais ce dernier exerça sa magistrature à l’époque d’un usurpateur. L’art poétique de son épouse et leur conversion au christianisme permirent probablement à Adelphius d’échapper aux foudres de Constance II…

lire la suite de l'article
dimanche 5 juin 2011
par Pascal G. DELAGE
Caecinia Lolliana
Aux alentours de 384, le préfet de la Ville, Symaque, s’adressait au jeune empereur Valentinien II pour lui demander d’arbitrer un procès fait à une grande dame de l’aristocratie romaine, Lolliana. Or si celle-ci était l’épouse d’un ancien préfet de Rome, Lampadius (peut-être décédé à l’époque), qui avait été l’un des ardents défenseurs des cultes traditionnels, et si Lolliana partageait ses convictions religieuses, le couple ne compta pas moins de deux moniales chrétiennes parmi ses arrière-petites-filles…

lire la suite de l'article
vendredi 5 août 2011
par Pascal G. DELAGE
Marcella
Issue des plus illustres familles romaines, Marcella devint veuve après sept mois de mariage, son mari trouvant peut-être la mort à l’occasion des troubles qui agitèrent l’Urbs au moment de l’usurpation de Magnence. Mais voilà qu’à la surprise des siens, elle refusa obstinément de se remarier. Vivant auprès de sa mère dans son palais de l’Aventin, Marcella prit l’habitude de réunir autour d’elle d’autres clarissimae chrétiennes, de lire et de prier l’Ecriture, de pratiquer les œuvres évangéliques, quand arrive d’Orient à Rome un jeune moine d’origine dalmate…

lire la suite de l'article
lundi 5 septembre 2011
par Pascal G. DELAGE
Aconia Fabia Paulina
Alors que certaines grandes familles de Rome comme les Anicii ou les Probi passent au christianisme, d’autre relèvent le gant de la fidélité aux anciens cultes, n’hésitant pas pour cela à cumuler les sacerdoces traditionnels de l’Urbs et les initiations aux mystères orientaux. Ainsi Praetaxtatus, le consul désigné pour l’année 385 et son épouse Paulina.

lire la suite de l'article
mercredi 5 octobre 2011
par Pascal G. DELAGE
Cornelia Paula Asina
« Celle qu’a engendrée Scipion, que les Paul, ses parents, ont mise au monde, la descendante des Gracques, née de l’illustre lignée d’Agamemnon, gît dans ce tombeau ; ses aînés l’ont appelée Paula. Mère d’Eustochium, la première du Sénat romain, elle a adopté la pauvreté du Christ et la bourgade de Bethléem… Quittant son frère, ses parents, Rome sa patrie, ses richesses, ses enfants, elle est inhumée dans la grotte de Bethléem. Et sur les portes de la grotte funéraire : Abaisses-tu tes regards vers l’étroit tombeau creusé dans le rocher ? C’est la demeure de Paula qui habite les royaumes célestes. Quittant Rome sa patrie, elle a abandonné son frère, ses parents, ses richesses, ses enfants ; la voici inhumée dans la grotte de Bethléem. Ici est ta crèche, ô Christ ; ici les Mages, porteurs de présents mystiques, les offrirent à l’Homme-Dieu. La sainte et bienheureuse Paula s’est endormie le 7 des calendes de février, un mardi, après le coucher du soleil » Ainsi l’épitaphe funéraire de Paula, rédigée par saint Jérôme, rappelait fièrement comment en elle s’est opérée la conversion du vieux monde romain…

lire la suite de l'article
samedi 5 novembre 2011
par Pascal G. DELAGE
Rusticiana
Fille d’un préfet de Rome et épouse d’un autre, Symmaque, peut-être le préfet romain le mieux connu de l’Antiquité Tardive, Rusticiana fit l’expérience – probablement commune à nombre d’épouses de sénateurs – que la Roche tarpéienne n’est jamais très éloignée des fastes du Capitole… alors même que les temples du Capitole sont de plus en plus désertés par les autorités de l’Empire.

lire la suite de l'article
lundi 5 décembre 2011
par Pascal G. DELAGE
Marcellina
Appartenant à la haute aristocratie romaine, son père fut préfet du prétoire de l’empereur Constantin II et son frère gouverneur de la province d’Emilie-Romagne, la jeune femme demanda à recevoir le voile des vierges des mains de l’évêque de Rome, une des toutes premières femmes de la noblesse à oser cette démarche. Mais quelle famille romaine aurait imaginé s’allier avec la fille d’un condamné ?

lire la suite de l'article
jeudi 5 janvier 2012
par Pascal G. DELAGE
Maecia Placidia
Cette clarissima femina romaine n’est connue que par quelques vers de son époux consacrés à une nymphe des temps anciens : « Ô Nortia, je te vénère, moi, Festus fils d’Aviénus descendant de Musonius, qui a donné un nom à la fontaine de Caesia ; moi, né à Vulsinie, habitant de Rome, honoré deux fois du proconsulat ; poète fécond, je mène une vie pure, je suis dans la force de l’âge, heureux de mon mariage avec Placidia, fier de mes nombreux enfants, auxquels leur santé semble promettre une longue vie : pour le reste, je me repose sur la volonté des destins », un haut-fonctionnaire et un lettré à la destinée tragique.

lire la suite de l'article
dimanche 5 février 2012
par Pascal G. DELAGE
Antonia Melania
Membre de la gens Antonia, petite-fille d’Antonius Marcellinus, le consul de 341, fille de Marcellinus, vir consularis, et de Pontia Privata, probablement une fille de Pontius Paulinus, le fondateur de Bourg-sur-Gironde (ce qui explique son lien de parenté avec Paulin de Nole), Mélanie, la grande Mélanie, naît en 340 selon la chronologie relative de Palladius d’Hélénopolis. Le début d’une existence aventureuse que n’imaginaient guère les pieuses matrones romaines.

lire la suite de l'article