« Discours ascétiques. Commentaires » d’Abba Isaïe.
mardi 25 novembre 2014
par Jean-Claude LARCHET

Ce volume rassemble des enseignements dispensés en 1978-1979 par l’higoumène Aimilianos, lors de synaxes qu’il tenait régulièrement à l’intention de la jeune communauté athonite de Simonos-Pétra.

Ils prennent pour base les Discours ascétiques d’Abba Isaïe, un ascète mal identifié mais qui vécut probablement à Scété à la fin du IVe siècle et au début du Ve siècle, et dont l’enseignement (dont une traduction française a été publiée sous le titre Recueil ascétique en 1970 par l’abbaye de Bellefontaine dans la collection « Spiritualité orientale », avec une introduction qui situe l’auteur et sa doctrine spirituelle), s’inspire de l’enseignement des Pères du désert, en particulier d’Évagre et de saint Macaire, tout lui ajoutant la dimension d’une expérience personnelle profonde.

Ces commentaires ne sont pas littéraux, mais s’inspirent à leur tour de la réflexion et de l’expérience personnelle de géronda Aimilianos, ainsi que de sa fine connaissance des problèmes particuliers que peuvent rencontrer à notre époque les jeunes gens qui décident de s’engager dans la voie monastique. Le père Aimilianos a retenu douze discours sur les trente qui constituent l’œuvre d’Abba Isaïe : 1) Préceptes aux frères qui vivent avec lui ; 2) Du statut des débutants et de ceux qui vivent en cellule ; 3) De la conscience de ceux qui vivent en cellule ; 4) Préceptes sûrs et édification de ceux qui veulent habiter ensemble en paix ; 5) De ceux qui veulent vivre dans une bonne solitude ; 6) Sur les vertus ; 7) Apophtegmes ; 8) Apophtegmes sur la pratique de l’affliction ; 9) Préceptes destinés à ceux qui ont renoncé au monde ; 10) De la joie qui advient à l’âme qui veut servir Dieu ; 11) Des pensées que doit éprouver celui qui a renoncé au monde et qui vit en étranger ; 12) Sur le repentir.

Certains thèmes, on le voit, sont spécifiquement monastiques, d’autres s’adressent plus largement à tous les fidèles désireux de mener une vie spirituelle approfondie.

L’enseignement d’Abba Isaïe est très exigeant, et celui de géronda Aimilianos ne l’est pas moins. Mais chacun, moine ou laïc, peut en tirer profit à sa mesure propre. Comme l’écrit le père Placide Deseille dans sa préface : « C’est à des moines, certes, que géronda Aimilianos, comme Isaïe, s’adressait directement. Mais la vie spirituelle est une. Le moine et le chrétien qui vit dans le monde poursuivent le même but, et les moyens qu’ils doivent utiliser sont identiques, seules les proportions diffèrent selon les divers états de vie.”

Jean-Claude Larchet

source : www.orthodoxie.com