Eusèbe de Césarée, « Vie de Constantin ».
dimanche 20 octobre 2013
par Jean-Claude LARCHET

Ce nouveau volume de la collection « Sources chrétiennes » nous offre une source de première importance, puisqu’elle est la seule à présenter dans son ensemble la personnalité de l’œuvre du saint empereur. Son auteur, Eusèbe de Césarée (265-339), évêque qui est mort martyr, a écrit cette vie dans les années qui ont suivi la mort de Constantin et disposait d’une documentation de première main, ayant été non seulement un contemporain, mais un proche de l’empereur. L’ouvrage se divise en quatre livres.

Le Livre 1 traite de la situation politique et religieuse qui a abouti à faire de Constantin l’empereur chrétien de l’Occident : il évoque sa jeunesse (passée en grande partie à Trêves, dans l’Allemagne actuelle) à l’époque de la Tétrarchie, puis la douloureuse persécution contre les chrétiens, menées par ses prédécesseurs, à l’exception de son propre père Constance Chlore. Il relate comment Constantin, acclamé, après la mort de celui-ci, en juillet 306, par l’armée de Bretagne, est passé en Gaule, puis a mené une expédition en Italie contre le tyran Maxence ; recevant alors une vision céleste confirmée par un songe, Constantin se convertit à la foi chrétienne et obtint près de Rome, par la grâce de Dieu, la victoire sur son rival (28 octobre 312), ce qui lui permit de devenir le maître de tout l’Occident. Trois ans plus tard, cependant, il constata avec douleur que son homologue en Orient, Licinius, continuait à persécuter les chrétiens.

Le Livre II est tout entier consacré aux événements de l’année 324 : la campagne victorieuse menée contre Licinius, qui permit la réunification de l’empire sous un monarque chrétien, lequel promulgua, dans les provinces orientales, en faveur des victimes des persécutions, des mesures réparatrices. L’unité religieuse ne se fit pas pour autant au sein de l’Église : apprenant qu’une controverse théologique déchirait l’Église d’Alexandrie, Constantin tenta, en vain, de réconcilier les adversaires. Le Livre III s’ouvre avec la réunion, au premier semestre 325, du concile de Nicée, se donnant pour tâche de rétablir la concorde religieuse. Constantin convoqua le concile et ratifia officiellement les décisions qui y furent prises par les Pères. Eusèbe relate ensuite les mesures prises par le monarque, d’une part pour mettre en valeur, en les couvrant de sanctuaires prestigieux, les Lieux Saints de Palestine (auprès desquels se rendit pieusement, avant sa mort, la mère de l’empereur, Hélène) et pour édifier des églises dans diverses cités orientales, et d’autre part pour combattre le culte des idoles. Le Livre se termine avec l’évocation des troubles nés dans l’Église d’Antioche et finalement apaisés par l’intervention, en 328, de Constantin, lequel, en interdisant les conventicules d’hérétiques et de schismatiques, acheva d’assurer la suprématie de l’Église orthodoxe.

Le Livre IV commence par un bilan général de l’œuvre de l’empereur, en insistant sur le fait que celui-ci, tout au long de son règne, a répandu les bienfaits de son gouvernement tant sur ses sujets que sur les peuples barbares qui s’étaient soumis à lui ou avaient réclamé son alliance. Eusèbe récapitule ensuite les initiatives de Constantin s’appliquant, par ses lois et ses discours, à protéger les fidèles du Christ et à répandre la foi chrétienne. Un chapitre est ensuite consacré à l’année 335, où Constantin réunit en concile les évêques, d’abord à Tyr, puis à Jérusalem, pour mettre fin aux dissensions renaissantes en Égypte. La suite du Livre est consacrée aux dernières années de l’empereur qui, à l’approche de sa mort, partagea l’empire entre ses fils, construisit à Constantinople l’église des Saints-Apôtres pour abriter sa dernière demeure, et se fit enfin baptiser, juste avant sa mort, le 22 mai 337. Eusèbe évoque, pour terminer, les funérailles du souverain et la proclamation, la même année, de ses trois fils comme augustes.

Eusèbe a pris soin de placer dans son ouvrage des portraits de l’empereur aux trois étapes majeures de sa vie : dans la force de sa jeunesse (Livre I, 19), au sommet de sa puissance, lors du concile de Nicée (Livre III, 10) et dans la vigueur de sa vieillesse (Livre IV, 53).

Auteur d’une monumentale Histoire ecclésiastique, Eusèbe inscrit sa Vie de Constantin dans la continuité de celle-ci. Sa méthode n’est pas celle de la science historique actuelle : elle prend place dans le domaine d’une historiographie religieuse qui comprend les événements de l’histoire politique et sociale à la lumière de l’histoire de l’Église et non l’inverse. Comme le note l’auteur de l’introduction, « la Vita Constantini dépasse le cadre de la trajectoire personnelle de l’empereur, car celle-ci vient s’inscrire dans le temps de l’histoire du salut dont elle constitue une étape majeure ». On n’est pas surpris que le portrait qu’Eusèbe dresse de l’empereur – qui a restauré la liberté religieuse dans l’empire et a fortement contribué à l’établissement et au développement du christianisme – ait le plus souvent la forme d’une hagiographie que d’une simple biographie. Le panégyrique et la visée apologétique n’effacent cependant pas l’apport proprement historique. Outre les éléments biographiques objectifs que peut trouver dans cette œuvre l’historien actuel, l’ouvrage nous transmet quinze lettres de l’empereur et un certain nombre de lois (l’introduction donne un tableau récapitulatif de celles-ci et de celles-là), qui, selon une méthode utilisée dans l’Histoire ecclésiastique, viennent étayer le récit.

Cette édition, qui repose sur le texte critique établi pour le GCS par F. Winkelman, bénéficie d’une excellente introduction de près de 140 pages et de substantielles annotations dues à Luce Pietri, ainsi que d’une élégante traduction de Marie-Josèphe Rondeau.

Jean-Claude Larchet

source : www.orthodoxie.com