Envol d’abeilles aux éditions du Cerf
dimanche 20 février 2011
par Annie WELLENS

Offrir la lecture « gracieuse » d’une œuvre littéraire, spirituelle ou théologique, à travers la découverte d’un titre choisi au sein du corpus d’un auteur, c’est l’esprit qui anime la collection de l’abeille. Plus qu’une formation, elle propose une familiarisation, une initiation et des portes d’entrée. Un lecteur contemporain conquis présente le texte en partant de l’expérience qu’il a lui-même vécue en sa compagnie, dans ce colloque intérieur qu’est la lecture.

La lecture ou la louange des abeilles. L’esprit d’une collection

Un volume inaugural, composé par Annie Wellens, directrice de l’abeille, est offert pour l’achat des autres titres. On y trouvera un inédit de Lucien Jerphagnon : Possidius de Calama ou la chance de l’Occident.

4 titres déjà parus :

Saint Augustin, « La Règle », lue par Pierre Raffin

« Le pasteur d’Hermas », lu par Philippe Henne

Nicolas Cabasilas, « La Vie en Christ », lue par Daniel Coffigny

François Pétrarque, « Mon secret », lu par Denis Montebello

A paraître :

Chateaubriand, « Le Génie du christianisme », lu par Emmanuel Godo

Irénée de Lyon, « Adversus Haereses », lu par Marie-laure Chaïeb

Les saints patrons de l’abeille

Lorsqu’il s’est agi de trouver un patron à notre collection, c’est tout naturellement que nous avons choisi Possidius de Calama à qui nous devons le sauvetage, et donc la transmission, du miel augustinien. Grâce à lui, des essaims de lecteurs ne cessent d’entendre pour eux-mêmes la voix qui chantonnait aux oreilles d’Augustin en pleurs dans un jardin à Milan : Prends et lis ! Prends et lis ! Puis, ayant découvert au cours de nos recherches sur la symbolique de l’abeille la merveilleuse histoire de Modomnoc O’Neil, nous n’avons pu que le « reconnaître » comme patron secondaire de notre collection. Si Possidius avait choisi de transmettre le miel en péril, ici ce sont les abeilles qui réclament de leur apiculteur d’essaimer en d’autres territoires. Modomnoc O’Neil, ou l’art d’obéir aux abeilles, entre Pays de Galles et Irlande, au vie siècle… Belle analogie avec la façon dont certaines œuvres s’imposent à des lecteurs qui ne peuvent faire autrement que de les proposer à d’autres lecteurs

La lecture ou la louange des abeilles, page 13.

Pour en savoir plus sur la collection de l’Abeille, n’hésitez pas à cliquer ici