Caritaspatrum
Accueil du siteSOURCES
Dernière mise à jour :
mercredi 5 décembre 2018
Statistiques éditoriales :
826 Articles
1 Brève
74 Sites Web
47 Auteurs

Statistiques des visites :
206 aujourd'hui
333 hier
619922 depuis le début
   
Jean Chrysostome, « Panégyriques de martyrs », tome I
dimanche 5 août 2018
par Jean-Claude LARCHET
popularité : 14%

Saint Jean Chrysostome (v. 349-407) a composé une vingtaine de panégyriques – c’est-à-dire d’éloges – de saints martyrs. Ce nouveau volume de la collection « Sources chrétiennes » en présente cinq, prononcés à Antioche – dont l’illustre prédicateur était alors un des prêtres – entre 386 et 397, dédiés à saint Juventin et saint Maximin, saint Romain, saint Julien, saint Barlaam, et des saints martyrs égyptiens.

Le culte des martyrs a connu un important développement au IVe siècle, et Antioche était alors la deuxième ville après Rome pour le nombre des martyrs vénérés ; saint Jean Chrysostome note même que les tombeaux des martyrs formaient une véritable « ceinture autour de la ville ». Beaucoup de tombeau de martyrs se trouvaient aussi dans la campagne environnante. Certains étaient locaux, d’autres venaient d’ailleurs et leurs reliques avaient été transférées dans ce qui était alors un centre majeur du monde chrétien. Le culte des martyrs est devenu très populaire du fait que de nombreux miracles s’accomplissaient par l’intermédiaire de leurs reliques, et il est intéressant de noter que de ce fait les fêtes en leur honneur attiraient non seulement des chrétiens orthodoxes, mais des hétérodoxes païens et juifs et déplaçaient ainsi des foules immenses.

L’édition critique du texte grec a été réalisée par Nathalie Rambault au Centre for Early Christian Studies de Brisbane (Australie) dirigé par Pauline Allen, bien connue pour ses divers travaux d’édition de qualité et l’une des meilleurs patrologues actuels, qui a également contribué à ce volume en dehors de la partie consacrée à l’histoire du texte et de la traduction. Dans leur introduction, les deux auteures analysent brièvement les cinq homélies du point de vue de leur contenu et des circonstances de leur composition, et présentent le genre littéraire de l’éloge selon lequel elles sont élaborées. Elles expliquent savamment que ce genre emprunte à une forme profane codifiée, mais l’adapte aux spécificités chrétiennes, Jean Chrysostome prenant à cet égard des libertés plus grandes que ses prédécesseurs Basile de Césarée et Grégoire de Nysse.

Le but de ces homélies n’est pas seulement de faire l’éloge des saint martyrs en mettant en évidence leurs vertus, en particulier celles qui sont nécessaires pour supporter paisiblement, voire avec joie, d’atroces souffrances et jusqu’à la mort, en gardant envers le Christ une espérance et une foi intactes. Il est aussi de présenter les martyrs comme des modèles de vie chrétienne, et des réflexions et conseils d’ordre spirituel habitent de ce fait ces éloges.

Ces homélies conservent de ce fait un caractère toujours actuel, mais aussi du fait que l’Église catholique préserve la mémoire des saints, et plus encore l’Église orthodoxe à travers ses vastes services liturgiques et commémoratifs journaliers et sa vénération toujours vivace des reliques. Cette vénération occupe dans la piété une place analogue à celle des icônes, et se trouve pleinement justifiée par la tradition ancienne toujours préservée et la définition de foi du concile de Nicée II. Elle démontre sa pertinence dans les miracles nombreux qui s’accomplissent de nos jours encore en relation avec le fait que les reliques continuent à porter et à faire rayonner les énergies divines incréées dont les saints étaient imprégnés.

Parmi les réflexions et conseils spirituels inspirés à saint Jean Chrysostome par les vies de ces martyrs, on peut en citer trois qui sont caractéristiques :

1) Le martyre ne se limite pas à des souffrances et à une mort physiques endurées pour la foi, mais peut prendre aussi une forme spirituelle dans le combat ascétique et les peines qu’il implique :

« Et comment, va-t-on me dire, est-il possible d’imiter les martyrs puisque ce n’est aujourd’hui plus un temps de persécution ? Oui, je le sais bien moi aussi. Ce n’est pas un temps de persécution, mais c’est un temps pour le martyre. Ce n’est pas un temps pour ce genre de luttes, mais c’est un temps pour les couronnes. Ce ne sont pas des hommes qui persécutent, mais des démons. Ce n’est pas un tyran qui pourchasse, mais c’est le diable, plus cruel que tous les tyrans. Tu ne vois pas devant toi des charbons ardents, mais tu vois brûler la flamme du désir. Les martyrs ont foulé aux pieds les charbons ardents, toi, foule aux pieds le brasier de la nature. Eux ont combattu des bêtes à mains nues, toi, mets une bride à ta colère, cette bête qui n’est ni apprivoisée ni domestiquées. Eux ont résisté à d’insupportables douleurs, toi, rends-toi maître des pensées déplacées et mauvaises qui fermentent dans ton cœur.

Ainsi, tu imiteras les martyrs, car maintenant il ne s’agit pas pour nous de combattre le sang et la chair, mais les autorités, les pouvoirs, les dominateurs du monde des ténèbres, les esprits du mal. Le désir issu de la nature est un feu, un feu inextinguible et permanent. C’est un chien enragé et plein de fureur, et même si mille fois tu le repousses, mille fois il te saute dessus sans lâcher prise. La flamme des charbons ardents est douloureuse, mais celle du désir est plus terrible. Jamais nous n’avons de trêve dans cette guerre, jamais nous n’avons de répit au long de l’existence présente, mais le combat est permanent, afin que la couronne ait de l’éclat. Voilà pourquoi Paul nous donne des armes, puisque c’est toujours le temps de la guerre, puisque l’ennemi est toujours en éveil. »

2) Il est plus difficile de s’affliger avec ceux qui souffrent que de se réjouir avec ceux qui se réjouissent :

« Puisque [les martyrs] souffrent avec nous en raison de nos péchés, de même nous, nous nous réjouissons avec eux en raison de leurs hauts faits. C’est ainsi que Paul lui aussi a enjoint d’agir lorsqu’il dit : ”Se réjouir avec ceux qui se réjouissent et pleurer avec ceux qui pleurent”. Or pleurer avec ceux qui pleurent est simple, mais se réjouir avec ceux qui se réjouissent n’est pas particulièrement facile. Oui, nous souffrons plus facilement avec ceux qui sont dans le malheur que nous ne partageons le plaisir de ceux qui jouissent d’un bon renom. Pourquoi donc ? Parce que là, la seule nature du malheur suffit à incliner même une pierre à la compassion ; ici en revanche, la jalousie et l’envie face à la réussite ne permettent pas à celui qui ne s’adonne pas beaucoup à la philosophie de partager leur plaisir. De même en effet que l’amour rassemble et joint ce qui est séparé, de même l’envie sépare ce qui est rassemblé. C’est pourquoi, je vous en prie, exerçons-nous à nous réjouir avec ceux qui jouissent d’un bon renom, afin de purifier notre âme de la jalousie et de l’envie. Non, rien ne chasse autant cette maladie pénible et difficile à guérir que de partager le plaisir de ceux qui vivent dans la vertu. »

3) Le martyre n’a de valeur que par l’amour :

« [Saint Paul] sait, il sait bien qu’il n’y a rien de plus grand, rien qui n’égale l’amour, pas même le martyre lui-même, qui arrive en tête de tous les biens. Et comment ? Écoute : alors que l’amour sans le martyre produit des disciples du Christ, le martyre sans l’amour ne saurait faire de même. D’où vient cette évidence ? Des paroles mêmes du Christ. Il disait en effet à ses disciples : “À ceci, tous sauront que vous êtes mes disciples, si vous vous aimez les uns les autres”. Voilà : l’amour, sans martyre, produit des disciples. Et non seulement le martyre sans amour ne produit pas de disciples, mais il n’est même d’aucune utilité à celui qui l’endure ; écoute Paul le dire : “Si je livre mon corps aux flammes, mais qu’il me manque l’amour, cela ne m’est d’aucune utilité.” C’est surtout pour cette raison que j’aime ce saint qui aujourd’hui nous a rassemblés, le bienheureux Romain : parce qu’il a montré avec son martyre beaucoup d’amour. »

Jean-Claude Larchet

source : orthodoxie.com

 
Articles de cette rubrique
  1. « Les « Propos sur la contrition » de Jean Chrysostome et le destin d’écrits de jeunesse méconnus »
    20 mai 2010

  2. « L’Eucharistie, école de vie » chez Jean Chrysostome
    15 février 2010

  3. Origène, « Commentaire sur l’Épitre aux Romains », vol. I, Livres I-II.
    20 février 2010

  4. Les symboles du christianisme ancien (Ier-VIIe siècle) de Gérard-Henry Baudry.
    10 avril 2010

  5. Grégoire le Grand, « Morales sur Job ». Sixième partie (Livres XXX-XXXII).
    20 juin 2010

  6. Paroles et exemples des Anciens. Recueil ascétique de Paul Evergétinos
    20 juillet 2010

  7. « Paroles et exemples des Anciens. Recueil ascétique de Paul Evergétinos », tomes 3 et 4.
    20 août 2010

  8. « La tradition grecque de la Dormition et de l’Assomption de Marie ».
    20 septembre 2010

  9. Jean Damascène, « La Foi orthodoxe »
    20 octobre 2010

  10. Actes et passions des martyrs chrétiens des premiers siècles
    20 novembre 2010

  11. Philippe Henne, « La Bible et les Pères »
    20 décembre 2010

  12. Maxime le Confesseur, « Questions à Thalassios (I-XL) ».
    25 janvier 2011

  13. Grégoire de Nysse, « Contre Eunome, I » (vol. 2)
    25 février 2011

  14. Stephane Bigham, « Les images chrétiennes »
    25 mars 2011

  15. Patristique et oecuménisme : thèmes, contextes, personnages
    20 avril 2011

  16. Philippe Henne, « Tertullien l’Africain »
    20 mai 2011

  17. Clément d’Alexandrie, « Quel riche sera sauvé ? »
    25 juin 2011

  18. « L’Antichrist ». Anthologie introduite par Cristian Badilita
    25 juillet 2011

  19. Alexandre Faivre, « Chrétiens et Eglises, des identités en construction ».
    15 septembre 2011

  20. Origène, « Commentaire sur l’Épître aux Romains, tome III, Livres VI-VIII »
    25 octobre 2011

  21. Évagre le Scholastique, « Histoire ecclésiastique - Livres I-III »
    30 novembre 2011

  22. Riches et pauvres dans l’Église ancienne
    30 janvier 2012

  23. Saint Maxime le Confesseur (580-662)
    20 mars 2012

  24. Recension « Les Pères de l’Eglise et la chair »
    20 avril 2012

  25. Patristique et œcuménisme : thèmes, contextes, personnages.
    15 juin 2012

  26. Textes en ligne des Pères dans la Foi - sur Migne.fr
    15 juillet 2012

  27. « Basile le Grand » de Philippe HENNE
    20 juillet 2012

  28. Antonio Orbe, « Introduction à la théologie des IIe et IIIe siècles »
    20 août 2012

  29. Maxime le Confesseur, « Questions à Thalassios », vol. 2
    20 octobre 2012

  30. Recension : Cyprien de Carthage, « Ceux qui sont tombés »
    20 novembre 2012

  31. Grégoire de Nysse, « Contre Eunome », II.
    15 décembre 2013

  32. Origène, « Commentaire de l’épître aux Romains », Livres IX-XI.
    20 décembre 2012

  33. Jean Chrysostome, « Homélies sur la Résurrection, l’Ascension et la Pentecôte », tome 1.
    15 mars 2014

  34. Amphiloque d’Iconium, Homélies – Fragments – Lettres
    15 février 2013

  35. « Divine liturgie de saint Jacques, Frère du Seigneur en slavon et en français »
    5 juillet 2014

  36. « La lettre au service du Verbe ». Correspondance de Paulin de Nole.
    25 avril 2013

  37. Philippe Henne, « Le vertige divin. La saga des stylites »
    5 août 2014

  38. Anastase le Sinaïte, « Trois homélies », suivies de « Questions et réponses spirituelles et pastorales choisies ».
    20 juillet 2013

  39. « Prier quinze jours avec Jean Chrysostome » de Laurence Brottier.
    15 octobre 2014

  40. « Constantin le Grand. Empereur romain, empereur chrétien »
    20 août 2013

  41. « Discours ascétiques. Commentaires » d’Abba Isaïe.
    25 novembre 2014

  42. Eusèbe de Césarée, « Vie de Constantin ».
    20 octobre 2013

  43. Hiéromoine Macaire de Simonos-Pétra, « Le Synaxaire. Vie des saints de l’Église orthodoxe »
    25 janvier 2015

  44. Jean Chrysostome , « L’impuissance du diable ».
    20 novembre 2013

  45. Recension : Guillaume BADY, « Jean Chrysostome, Trop occupé pour t’occuper de ta vie ?
    20 avril 2015

  46. Père Théodore Papanicolaou, « La vision de la mort à la lumière des Pères de l’Eglise »
    25 mai 2015

  47. Grégoire de Nysse, Éloge de Grégoire le Thaumaturge. Éloge de Basile.
    25 décembre 2015

  48. Ambroise de Milan, « La fuite du siècle »
    10 février 2016

  49. Maxime le Confesseur, Questions à Thalassios,
    10 mars 2016

  50. Michel Quenot, « Maladie et guérison : les saints médecins anargyres »
    15 octobre 2016

  51. Pseudo-Denys l’Aréopagite « Les Noms divins, I-IV », « Les Noms divins V-XIII – La Théologie mystique »
    5 décembre 2016

  52. Philippe Henne, « Clément d’Alexandrie »,
    5 janvier 2017

  53. Grégoire de Nysse, « Réfutation de la profession de foi d’Eunome ».
    10 février 2017

  54. Cyrille d’Alexandrie, « Contre Julien », tome Il, livres III-V.
    25 avril 2017

  55. Grégoire Palamas, « Traités démonstratifs sur la procession du Saint-Esprit »
    25 mai 2017

  56. Isidore de Péluse, « Lettres, tome III, 1701-2000 »
    10 octobre 2017

  57. Evagre le Pontique, « Chapitres sur la prière ».
    10 décembre 2017

  58. Évagre le Pontique, À Euloge – Les vices opposés aux vertus.
    15 janvier 2018

  59. Grégoire de Nysse, Lettre canonique. « Lettre sur la Pythonisse » et autres lettres pastorales.
    10 février 2018

  60. Patrick Koelher, « Sainte-Odile. Le mont et les grâces »
    10 juillet 2018

  61. Jean Chrysostome, « Panégyriques de martyrs », tome I
    5 août 2018

  62. Grégoire de Nysse, « Homélies sur le Notre Père »
    5 septembre 2018