Caritaspatrum
Accueil du siteCHRONICAE WELLENSISCorrespondance campagnarde
Dernière mise à jour :
jeudi 5 décembre 2019
Statistiques éditoriales :
832 Articles
1 Brève
76 Sites Web
59 Auteurs

Statistiques des visites :
92 aujourd'hui
581 hier
762766 depuis le début
   
Résurrection de Bacchus selon Sédulius
dimanche 1er octobre 2017
par Annie WELLENS
popularité : 1%

Le quatrième jour, Lazare / Déjà puant recouvre la vie / Et, délivré des chaînes de la mort, / Est devenu le survivant de soi-même. Bessus et Vera très chers, je remercie Sédulius [1] dont les barbares beautés de l’hymne abécédaire sur la vie du Christ a produit en moi un séisme qui m’a fait remonter du tombeau où m’avait enseveli une mauvaise ivresse spirituelle. Je désespère de comprendre celui que je fus au cours de ces cinq mois pendant lesquels je n’ai cessé de descendre vertigineusement les degrés de l’ignominie envers mon épouse, jusqu’à renier qui nous étions l’un pour l’autre.

Je ne comprends pas celui que je fus mais je sais qu’il me fait honte. Je rends grâce à Silvania pour sa confiance patiente et je vous remercie également, amis fidèles, de l’avoir réconfortée.

Béni soit aussi l’abbé du monastère de Saint Oyend qui a osé me mettre en face de ma monstruosité en m’entretenant des ravages engendrés par un ascétisme extrême. Si je n’ai pas, comme le fit Esdras [2], déchiré mes vêtements ni arraché les cheveux de ma tête et les poils de ma barbe – il est vrai que je suis quelque peu chauve et imberbe – comme lui, je m’assis accablé. A l’heure de la prière du soir je me relevai de ma prostration en prenant à mon compte sa supplication : Mon Dieu, j’ai trop de honte et de confusion pour lever mon visage vers toi, mon Dieu. Mes fautes sans nombre me submergent, mes offenses se sont amoncelées jusqu’au ciel. Ma Silvania, entendant cette prière prononcée à voix haute, vint me dire doucement : « Attention ! N’en fais pas trop, sinon tu vas tomber cette fois dans l’excès de la dépréciation de toi-même ! Il est temps pour toi et pour moi de nous restaurer dans tous les sens du terme. Et je te dis ’Courage, Bacchus, mon époux’ à la suite du prophète Aggée appelant à reconstruire le temple : Courage, Zorobabel ! Courage Josué fils de Josédeq, grand prêtre ! Courage, tout le peuple du pays ! Oracle du Seigneur ! Au travail ! Je suis avec vous – oracle du Seigneur de l’univers. [3] »

Notre restauration est en bonne voie car, désormais, j’ai cessé d’habiter les arpents arides de cette plaine poussiéreuse et ces contrées stériles où le sol ne peut porter de fruit, et je renonce à arracher à cette terre sanglante les poisons livides aux sucs mortels condamnés à alimenter le Tartare. J’entre, comme si c’était pour la première fois, et ma Silvania au plus près de moi, dans la riante verdure de ces bois toujours fleuris, dans le séjour bienheureux aux ruisseaux bénis, où les semences de la vie sont animées par des eaux divines, la moisson fécondée par une source sublime et purifiée de ses épines pour qu’elle puisse être la moisson de Dieu et remplir des greniers immenses du fruit centuplé de la récompense divine : voici maintenant pour moi le temps du Chant pascal de Sédulius, mais non pas de l’ensemble de ce chant. Je déplore en effet trop d’attaques de sa part contre la philosophie grecque : Vous que gagne une maladie mortelle, la doctrine / Attique du poison cécropique [4] adonnée à de vains soucis ; / Et, suivant plutôt l’odeur de la loi qui respire / La vie, abandonnez la puanteur du village athénien. Mais qui suis-je pour juger, moi qui reviens de tant d’excès ?

Préférons la vigne paisible à la lambrusque [5] et que le Créateur infini du ciel infuse en nous le don de la grâce éternelle.

Bacchus

 

[1] Bacchus avait déjà évoqué, à la fin de la lettre 8 de ce corpus, Sédulius : Avec Sédulius (faut-il le prénommer Coelius ? J’ai lu des avis contraires sur le sujet) je prie le Seigneur de nous accorder le bonheur de Pâques perpétuelles. On sait très peu de choses sur cet auteur de la moitié du Ve siècle, souvent confondu avec Sédulius Scot, son quasi-homonyme irlandais du IX ème siècle. Bacchus, qui vit au VII ème siècle ne pouvait connaître que le premier.

[2] Livre d’Esdras, 9, 3-6.

[3] Livre d’Aggée, 2, 4.

[4] Mot synonyme d’Athénien, dérivé du nom de Cécrops, premier roi mythique d’Athènes.

[5] Vigne sauvage (Vitis vinifera sylvestris).

Articles de cette rubrique
  1. De l’utilité de la navigation sur le Net.
    1er juin 2008

  2. Quand Bacchus s’intéresse aux Pères...
    15 juillet 2008

  3. Promesse de vendanges spirituelles.
    1er septembre 2008

  4. Pédagogie spirituelle
    15 octobre 2008

  5. Appétit de sciences
    1er décembre 2008

  6. Fièvre sternutatoire
    15 janvier 2009

  7. Agacements machistes...
    1er mars 2009

  8. Rencontre après Martin
    15 avril 2009

  9. Coup de tonnerre.
    1er juin 2009

  10. D’une correspondance à l’autre.
    15 juillet 2009

  11. Querelle hymnologique
    1er septembre 2009

  12. Entre vin nouveau et table tournante
    15 octobre 2009

  13. Vers la Lumière.
    1er décembre 2009

  14. De la réduction de texte à la réduction de tête
    15 janvier 2010

  15. D’un hymnographe à l’autre.
    1er mars 2010

  16. Où se résolvent heureusement deux affaires douloureuses pour Bacchus
    15 avril 2010

  17. Terreur volcanique
    1er juin 2010

  18. Douceur médocaine
    15 juillet 2010

  19. Une première liturgique à Mediolanum Santonum : le 15 août
    1er septembre 2010

  20. Turbulences intérieures et menaces incendiaires
    15 octobre 2010

  21. Trafic d’influences, d’Orphée à Grégoire de Nazianze
    1er décembre 2010

  22. De la colère aux larmes : rigueurs de l’exégèse et soucis de voisinage
    15 janvier 2011

  23. Commando colombanophile dans le Golfe des Pictons
    1er mars 2011

  24. La tentation de Saint Hilaire. Un parchemin retrouvé.
    15 avril 2011

  25. Dur printemps pour les Pictons.
    1er juin 2011

  26. Chrysostom’attitude en Narbonnaise.
    15 juillet 2011

  27. La monachomyomachie ou les moines contre les mulots
    1er septembre 2011

  28. Origène for ever !
    15 octobre 2011

  29. Lumière nouvelle sur le péché de saint Patrick.
    1er décembre 2011

  30. Discernement spirituel par correspondance
    15 janvier 2012

  31. Dégel intérieur mais frimas extérieurs. Bonus : un scoop sur les ragondins.
    1er mars 2012

  32. Le phénix de Lactance et le vin de Muscat, ou la thérapeutique spirituelle de Silvania
    15 avril 2012

  33. A mystagogie déplacée, liturgie dévoyée
    1er juin 2012

  34. De la pluie aux larmes, que d’eau ! que d’eau !
    15 juillet 2012

  35. Virgile, le Pseudo-Longin, Antoine et Athanase, même combat !
    1er septembre 2012

  36. De Johannes-Petrus à Doliprane de Céphalée.
    15 octobre 2012

  37. Picnolepsie et antiennes Ô
    1er décembre 2012

  38. Bacchus, vous avez dit : « dévarié » ?
    15 janvier 2013

  39. De Bethléem à Madiran : nouvelles lueurs sur le caractère de Jérôme
    1er mars 2013

  40. La joyeuse cinquantaine
    15 avril 2013

  41. D’Eugène de Tolède aux « énergumènes »
    1er juin 2013

  42. Sentiment océanique
    15 juillet 2013

  43. Des « astrologues chrétiens » : oxymore ou coquecigrue ?
    1er septembre 2013

  44. Les « reliques » ou le feu aux poudres
    15 octobre 2013

  45. Esclave, chasse les mouches !
    1er décembre 2013

  46. Mystère de l’esperluette
    15 janvier 2014

  47. Du Verbe abrégé à la bulle d’eau humaine
    1er mars 2014

  48. Benoit et Colomban : même combat spirituel ?
    1er mai 2014

  49. L’hémine et le charivari
    15 juin 2014

  50. Main basse sur les reliques de Benoît et Scholastique
    15 août 2014

  51. Venance Fortunat, auteur de « Frère Jacques » ?
    15 septembre 2014

  52. Marmite bouillante, amitié florissante
    1er décembre 2014

  53. L’érysipèle, l’hérésie et le Christ médecin
    15 janvier 2015

  54. Erasme et le vin de Nîmes
    15 avril 2015

  55. Confession ou rétractation ?
    1er juin 2015

  56. Le Purgatoire, ou l’Enfer climatisé
    15 juillet 2015

  57. Le Bréviaire d’Alaric ou le salut (pour Bessus) par les Wisigoths
    15 septembre 2015

  58. Haro gaulois sur les stylites !
    1er novembre 2015

  59. Polémique monastique en Armorique et menace de burn-out pour Bessus
    1er mars 2017

  60. Romanos le Mélode : plus fort que le son des cloches et des orgues !
    15 décembre 2015

  61. De l’allitération au kakemphaton et du kakemphaton à l’Hypapante
    15 février 2016

  62. Du bréviaire hispano-mozarabe au sang de Jupiter
    15 juin 2016

  63. L’ascension du Mont Ventoux, un « copié-collé » de celle du Crêt Pourri, ou : Pétrarque a-t-il plagié Bacchus ?
    15 août 2016

  64. Corrupticoles, phantasiastes et dyscoles, ou la mise en abyme de Bessus
    1er novembre 2016

  65. La « Divine Liturgie » de Jean Chrysostome au monastère de Saint Oyend ?
    1er janvier 2017

  66. L’appel au secours de Silvania : Bacchus tenté par l’enkratéia
    1er juin 2017

  67. Proskynèse, douleurs articulaires et crottes de bouquetins
    1er août 2017

  68. Résurrection de Bacchus selon Sédulius
    1er octobre 2017

  69. Ordination presbytérale au pays des Colliberts : une première !
    1er février 2018

  70. Archives en péril au monastère des Îles d’Hyères
    15 mars 2018

  71. Epanadiplose, Buisson ardent et Troussepinette, ou le retour victorieux de Bessus au jardin
    1er juillet 2018

  72. Sacramentaires gélasiens et souris théophages
    15 septembre 2018

  73. Des Odes de Salomon au jaune liturgique
    15 décembre 2018

  74. Il était une fois … La (fausse) question de l’âme des femmes
    1er avril 2019