Caritaspatrum
Accueil du siteLES MERES DE L’EGLISE ET AUTRES DAMESAugustae et autres princesses
Dernière mise à jour :
mercredi 20 septembre 2017
Statistiques éditoriales :
781 Articles
1 Brève
73 Sites Web
25 Auteurs

Statistiques des visites :
306 aujourd'hui
267 hier
479785 depuis le début
   
Licinia Eudoxia, l’impératrice arrachée au Palais
mercredi 15 juin 2016
par Pascal G. DELAGE
popularité : 12%

Seule enfant survivant du couple impérial formé par Théodose II et d’Eudocia, Eudoxia, née en 422, fut fiancée à son cousin Valentinien III, fils de Constance III et de Galla Placidia, dès l’âge de 2 ans. Toutefois ce n’est qu’à l’âge de 15 ans que la jeune fille allait épouser son promis le 29 octobre 437 à Constantinople [1]. A cette occasion, un solidus d’or sera frappé à Thessalonique ayant au revers la figure des deux époux dans leurs habits de mariage unis par l’empereur Théodose II. Valentinien est alors âgé de 18 ans. Il est empereur depuis 425 mais en fait, ses faits et gestes sont placé sous la ferme férule de la régence exercée par sa mère, Galla Placidia, qui exerce le pouvoir en son nom depuis 12 ans.

Le jeune couple rejoint Ravenne en mars 438 et Eudoxia se rendit avant août 440 à Rome pour la consécration de l’église dite le titulus Apostolorum édifié à la suite d’un vœu qu’avaient fait ses propres parents. Sous le règne de Valentinien III mais avant son mariage avec Eudoxia, Rome perdit l’Afrique au profit des Vandales et une grande partie des Gaules avait été placée sous la protection des fédérés wisigoths. Quoiqu’il en soit de la vaillance de généraux tels qu’Aetius, l’empire romain d’Occident était déjà aux abois. Le 6 août 439, Eudoxia était proclamée Augusta. Entre cette dernière date et 450, Eudoxia se vit dédier une statue érigée à proximité de la basilique du Latran à Rome [2] par Flavius Florenus : A NOTRE DAME EUDOXIA AUGUSTA, EPOUSE DE NOTRE SEIGNEUR PLACIDUS VALENTINIANUS, AUGUSTE A JAMAIS ETERNEL, VICTORIEUX ET TRIOMPHANT. FLAVIUS FLORENUS, HOMME DE RANG CLARISSIME, TOUT DEVIE A LEURS PIETES [3].

En 450, Eudoxia se rend à nouveau à Rome avec son époux et sa belle-mère pour la fête de la cathedra Petri (22 février) : la famille impériale est alors sollicitée par le pape Léon pour que soient cassées les décisions du concile connu sous le nom de « brigandage d’Ephèse » et Eudoxia écrira à son père qui lui fera savoir qu’il refuse de revenir sur l’arrêt prononcé. Mais à la même époque, les menaces ne cessent de s’accumuler sur les terres d’Occident. A la demande d’Honorata, la propre sœur de Valentinien III, Attila, le roi des Huns, se dirige sur Rome en 452, réclamant la main de la princesse et la moitié de l’Empire. Après avoir été repoussé au Campus Mauriacus [4] par le général Aetius et une coalition de fédérés barbares l’année précédente, Attila descend sur l’Italie, prend Aquilée jusqu’à ce que le pape Léon de Rome à la têe d’une ambassade sénatoriale ne se rende à sa rencontre et obtiennent du khan qu’il s’en retournât vers les plaines d’Europe centrale en échange d’un tribut annuel (heureusement pour Rome, Attila devait mourir l’année suivante).

A la mort de Galla Placidia (27 novembre 450), Valentinien règne enfin seul. Eudoxia lui avait donné deux filles, Eudocia (née en 442) et Placidia (née en 443). Le général et patrice Aetius demande – ou plutôt exige – que l’aînée des princesses alors âgée de douze ans soit unie à son propre fils Gaudentius alors même qu’elle était fiancée à un prince vandale. Valentinien prend peur et craint pour son pouvoir. Il convoque son général en chef à Rome et l’assassine de sa propre main le 21 septembre 454. Six mois plus tard, Valentinien fut tué à son tour par deux fidèles d’Aétius, Optila et Thraustila, le 16 mars 455.

L’empereur est juste occis, que sa veuve est contrainte à épouse Flavius Anicius Petronius Maximus [5], le chef du parti sénatorial et un membre de la puissante famille des Anicii. Maxime légitimera cette double captation de l’empire et de l’impératrice en faisant valoir le propre dol qu’il avait subi de la part de Valentinien III. Ce dernier, homme à femmes, passait pour avoir violé l’épouse de Maxime qui se serait ensuite suicidée. Dans ces mêmes jours du mois de mars 455, Maxime fit aussi épouser la jeune Eudocia à son fils Palladius qui est alors nommé César. Or Eudocia comme nous l’avons dit, avait été promise à Huniric, le fils aîné du roi des Vandales, Genseric. Eudocia essaya pourtant mais en vain de porter à la tête de l’empire Majorien, un général d’Aetius (celui-ci devint empereur mais un peu plus tard en 457).

Genséric en prend prétexte pour attaquer Rome et des bruits se colportent, racontant que le Vandale n’est intervenu qu’à la demande expresse de l’impératrice bafouée et violentée : « D’après les rumeurs, Eudoxia, la femme de Valentinien sous le coup du chagrin du meurtre de son mari et de son mariage forcé, appela secrètement Genséric qui traversa depuis l’Afrique jusqu’à Rome avec une grande flotte et beaucoup de gens qui le suivaient. » [6] ou encore « Genséric appelé par la veuve de Valentinien, selon de tristes bruits qui circulent, alors qu’Avitus n’était pas encore Auguste, entre à Rome et, après avoir pillé les richesses des Romains, revient à Carthage en emmenant avec lui la veuve de Valentinien, ses deux filles, et un fils d’Aetius appelé Gaudentius. » [7]. A l’approche du roi vandale, Petrone Maxime prend la fuite mais il est tué par le peuple de Rome le 31 mai 455, tout comme son fils Palladius. Le 3 juin 455, Rome est prise, pillée. Eudoxia et ses deux filles mais également Gaudentius, le fils d’Aetius, sont emmenés captifs à Carthage.

Bien plus tard, en 462, l’impératrice Eudoxia et sa fille cadette Placidia avec son époux Olybrius (un autre sénateur du clan des Anicii, empereur en 472) furent renvoyés à Constantinople en 462 à l’issue de tractations serrées entre le roi Vandale et l’empereur d’Orient alors qu’Eudocia était abandonnée à son arien d’époux.

A Constantinople, Eudoxia consacra sa vie aux œuvres de piété et offrit, sans succès, l’hospitalité à Daniel le Stylite dans un de ses domaines proches de la capitale [8]. C’est probablement Eudoxia qui est l’impératrice représentée sur le reliquaire dit « de Samagher » (Istrie) accompagnée de sa fille Eudocia alors que de l’autre côté d’une scène figurant la vénération de reliques par un couple (Constantin et Hélène ?) sont représentés Valentinien III et un haut personnage (le cubiculaire Helion ?). Le choix de cette iconographie renverrait alors à la visite qu’avait faite à Rome le couple impérial en 339/40 auprès de l’apôtre Pierre pour demander un héritier mâle. Mais avec Valentinien III s’arrêtât la lignée de Théodose l’Espagnol.

 

[1] à Thessalonique selon la Chronique du comes Marcellus

[2] la base de cette statue a été retrouvée en 1977

[3] Année Epigraphique 1995, 196 ; CIL 6, 40806

[4] les Champs Catalauniques

[5] Petrone Maxime

[6] Jean d’Antioche, Fragment 201

[7] Hydace, Chroniques, 167

[8] Vie de Daniel le Stylite, 35

Articles de cette rubrique
  1. Prisca, l’épouse de Dioclétien
    5 octobre 2013

  2. Galeria Valeria Eutropia
    5 novembre 2013

  3. Flauia Iulia Helena Augusta
    5 décembre 2013

  4. Galeria Valeria, l’impératrice errante
    5 janvier 2014

  5. Flavia Maximiana Theodora, l’impératrice aux flancs féconds
    10 février 2014

  6. Fausta, l’épouse du premier empereur chrétien
    5 mars 2014

  7. Flavia Iulia Constantia, l’impératrice sacrifiée
    5 avril 2014

  8. Flavia lulia Anastasia, épouse d’un éphémère César
    5 mai 2014

  9. Flavia Iulia Eutropia, la Romaine
    5 juin 2014

  10. Les brus de Constantin.
    10 juillet 2014

  11. Eusèbia, ange ou démon ?
    5 septembre 2014

  12. Une mégère nommée Constantina
    10 octobre 2014

  13. Une princesse bien trop discrète, Hélène, l’épouse de Julien.
    5 novembre 2014

  14. Constantia, une fille « oubliée » de Constantin ?
    5 décembre 2014

  15. Faustina, éphémère impératrice
    5 janvier 2015

  16. Artémisia ou malheur aux vaincus !
    5 février 2015

  17. Charito, l’impératrice des 200 jours
    5 mars 2015

  18. Marina Severa, l’impératrice répudiée
    5 avril 2015

  19. Albia Domnica l’Arienne
    5 mai 2015

  20. Iustina ou le poids du lignage
    10 août 2015

  21. Constancia, la dernière des Constantinides
    5 septembre 2015

  22. Aelia Flavia Flacilla
    5 octobre 2015

  23. Galla, la jeune épousée de Thessalonique
    5 novembre 2015

  24. Eudoxie, l’impératrice mal-aimée
    5 décembre 2015

  25. Maria et Thermentia, les impératrices-enfants
    5 janvier 2016

  26. Eudocia, l’impératrice lettrée
    20 février 2016

  27. Galla Placidia, le dernier empereur de Rome
    20 mars 2016

  28. Aelia Pulcheria l’orthodoxe
    15 avril 2016

  29. Arcadia et Marina, les princesses moniales
    15 mai 2016

  30. Licinia Eudoxia, l’impératrice arrachée au Palais
    15 juin 2016

  31. Honoria, la princesse ulcérée
    15 juillet 2016

  32. Verina ou le pouvoir à tout prix.
    20 août 2016

  33. La dernière impératrice gauloise
    20 septembre 2016

  34. Euphémia ou l’échec d’une nouvelle dynastie
    10 novembre 2016