Caritaspatrum
Accueil du siteCHRONICAE WELLENSISCorrespondance campagnarde
Dernière mise à jour :
mardi 20 juin 2017
Statistiques éditoriales :
776 Articles
1 Brève
73 Sites Web
25 Auteurs

Statistiques des visites :
279 aujourd'hui
314 hier
456662 depuis le début
   
Haro gaulois sur les stylites !
dimanche 1er novembre 2015
par Annie WELLENS
popularité : 7%

Aussi beaucoup d’hommes gémissaient disant : “Malheur à nos jours ! L’étude des lettres périt parmi nous, et on ne trouve personne qui puisse raconter dans ses écrits les faits d’à présent.” Voyant cela, j’ai jugé à propos de conserver, bien qu’en un langage inculte, la mémoire des choses passées, afin qu’elles arrivent à la connaissance des hommes à venir.

Je n’ai pu taire ni les querelles des méchants ni la vie des gens de bien. Bessus très cher, je navigue avec délices, depuis des semaines, dans les dix livres d’histoire de Georgius Florentius Gregorius, évêque de Tours voici moins d’un siècle [1]. J’y ai découvert avec joie la présence d’un stylite gaulois à Eposium [2]. Mais alors que je m’émerveillais de ce qu’un tel mode de vie érémitique se fût acclimaté chez nous, je déchantai rapidement : l’évêque de Trèves, Magnéric, le fit descendre de sa colonne presque aussi vite qu’il y était monté, avec injonction de s’en tenir à la vie monastique au ras du sol. Magnéric alla jusqu’à faire renverser le pilier sur lequel Walfroy (tel était le nom du stylite) avait élu domicile. Quand ce dernier trouva tout détruit, il confesse : Je pleurai amèrement, mais je ne voulus pas rétablir ce qu’on avait détruit, de peur qu’on ne m’accusât d’aller contre les ordres des évêques ; et depuis ce temps, je demeure ici, et me contente d’habiter avec mes frères [3]. Comme je déplorais auprès de ma Silvania cette dureté épiscopale en regrettant qu’elle ait donné un coup d’arrêt définitif à l’envol de stylites en Gaule, mon épouse me fit remarquer que je menaçais de basculer dans l’illuminisme oriental. Et d’ajouter : « Je préfère que cet évêque ait parlé le langage du bon sens et qu’il ait étouffé dans son germe un mouvement qui aurait pu gagner la Gaule et d’autres pays, au détriment de l’esprit religieux plus modeste, plus calme et plus agissant qui se développe en Occident » [4].

Il est vrai qu’en avançant dans ma lecture, ce que raconte Walfroy sur son mode de vie dans les hauteurs me réfrigéra quelque peu : Je me tenais [sur la colonne qu’il avait édifiée] avec de grandes souffrances, sans aucune espèce de chaussure ; et quand arrivait le temps de l’hiver, j’étais tellement brûlé des rigueurs de la gelée que très souvent elles ont fait tomber les ongles de mes pieds, et l’eau glacée pendait à ma barbe en forme de chandelles. En apprenant qu’il se nourrissait exclusivement d’un peu de pain et d’herbe et d’une petite quantité d’eau, je sentis mes forces m’abandonner, ma vue se brouiller et je tombai de mon siège, sans perdre totalement connaissance. Silvania, alertée par le bruit, me rassura : ce n’était qu’une lypothimie [5] et non une syncope.

« Heureusement que ce malaise ne t’est pas advenu en haut d’une colonne. Imagine la chute ! » me murmura-t-elle à l’oreille. Et elle m’invita à rejoindre la table du déjeuner où nous attendaient une poularde rôtie odoriférante et un flacon de vin de Beaune, ce qui me ragaillardit avant même que d’y goûter.

Créateur infini du ciel, / Pour que les éléments ne restent point mêlés, / En séparant les eaux courantes / Tu as donné des limites au ciel. Ainsi monte l’hymne de Grégoire le Grand au début des Vêpres du lundi. Peut-être que les stylites ont eu le tort de vouloir franchir ces frontières.

Bacchus

 

[1] Les Dix Livres d’Histoire ou Histoire des Francs. Une histoire universelle du monde et de l’Eglise, écrite dans une perspective eschatologique, de la Genèse aux règnes des rois francs jusqu’en avril 591, complétée par les Libri octo miraculorum, un ensemble de récits de vies de saints principalement gaulois, composés de 574 à la mort de Grégoire de Tours en 594.

[2] Dans les Ardennes. Au Moyen-Âge, Eposium s’appela Yvois, puis devint Carignan en 1662, quand Louis XIV donna cette terre à Eugène-Maurice de Savoie-Carignan, comte de Soissons.

[3] Histoire des Francs, vol. 1, livre 8, in Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, depuis la fondation de la monarchie française jusqu’au XIIIe siècle, par M. Guizot, professeur d’Histoire moderne à l’Académie de Paris, J.L.J. Brière, Libraire, Paris, 1823.

[4] Il est étonnant de retrouver ces propos, à quelques tournures de phrases près, chez H. Delehaye, jésuite, dans Les saints stylites, 1923, p. 142-143. Silvania fut-elle ignatienne avant l’heure ou le Père Delehaye connaissait-il la correspondance Bessus/Bacchus ?

[5] Nous dirions aujourd’hui « malaise vagal ».

Articles de cette rubrique
  1. De l’utilité de la navigation sur le Net.
    1er juin 2008

  2. Quand Bacchus s’intéresse aux Pères...
    15 juillet 2008

  3. Promesse de vendanges spirituelles.
    1er septembre 2008

  4. Pédagogie spirituelle
    15 octobre 2008

  5. Appétit de sciences
    1er décembre 2008

  6. Fièvre sternutatoire
    15 janvier 2009

  7. Agacements machistes...
    1er mars 2009

  8. Rencontre après Martin
    15 avril 2009

  9. Coup de tonnerre.
    1er juin 2009

  10. D’une correspondance à l’autre.
    15 juillet 2009

  11. Querelle hymnologique
    1er septembre 2009

  12. Entre vin nouveau et table tournante
    15 octobre 2009

  13. Vers la Lumière.
    1er décembre 2009

  14. De la réduction de texte à la réduction de tête
    15 janvier 2010

  15. D’un hymnographe à l’autre.
    1er mars 2010

  16. Où se résolvent heureusement deux affaires douloureuses pour Bacchus
    15 avril 2010

  17. Terreur volcanique
    1er juin 2010

  18. Douceur médocaine
    15 juillet 2010

  19. Une première liturgique à Mediolanum Santonum : le 15 août
    1er septembre 2010

  20. Turbulences intérieures et menaces incendiaires
    15 octobre 2010

  21. Trafic d’influences, d’Orphée à Grégoire de Nazianze
    1er décembre 2010

  22. De la colère aux larmes : rigueurs de l’exégèse et soucis de voisinage
    15 janvier 2011

  23. Commando colombanophile dans le Golfe des Pictons
    1er mars 2011

  24. La tentation de Saint Hilaire. Un parchemin retrouvé.
    15 avril 2011

  25. Dur printemps pour les Pictons.
    1er juin 2011

  26. Chrysostom’attitude en Narbonnaise.
    15 juillet 2011

  27. La monachomyomachie ou les moines contre les mulots
    1er septembre 2011

  28. Origène for ever !
    15 octobre 2011

  29. Lumière nouvelle sur le péché de saint Patrick.
    1er décembre 2011

  30. Discernement spirituel par correspondance
    15 janvier 2012

  31. Dégel intérieur mais frimas extérieurs. Bonus : un scoop sur les ragondins.
    1er mars 2012

  32. Le phénix de Lactance et le vin de Muscat, ou la thérapeutique spirituelle de Silvania
    15 avril 2012

  33. A mystagogie déplacée, liturgie dévoyée
    1er juin 2012

  34. De la pluie aux larmes, que d’eau ! que d’eau !
    15 juillet 2012

  35. Virgile, le Pseudo-Longin, Antoine et Athanase, même combat !
    1er septembre 2012

  36. De Johannes-Petrus à Doliprane de Céphalée.
    15 octobre 2012

  37. Picnolepsie et antiennes Ô
    1er décembre 2012

  38. Bacchus, vous avez dit : « dévarié » ?
    15 janvier 2013

  39. De Bethléem à Madiran : nouvelles lueurs sur le caractère de Jérôme
    1er mars 2013

  40. La joyeuse cinquantaine
    15 avril 2013

  41. D’Eugène de Tolède aux « énergumènes »
    1er juin 2013

  42. Sentiment océanique
    15 juillet 2013

  43. Des « astrologues chrétiens » : oxymore ou coquecigrue ?
    1er septembre 2013

  44. Les « reliques » ou le feu aux poudres
    15 octobre 2013

  45. Esclave, chasse les mouches !
    1er décembre 2013

  46. Mystère de l’esperluette
    15 janvier 2014

  47. Du Verbe abrégé à la bulle d’eau humaine
    1er mars 2014

  48. Benoit et Colomban : même combat spirituel ?
    1er mai 2014

  49. L’hémine et le charivari
    15 juin 2014

  50. Main basse sur les reliques de Benoît et Scholastique
    15 août 2014

  51. Venance Fortunat, auteur de « Frère Jacques » ?
    15 septembre 2014

  52. Marmite bouillante, amitié florissante
    1er décembre 2014

  53. L’érysipèle, l’hérésie et le Christ médecin
    15 janvier 2015

  54. Erasme et le vin de Nîmes
    15 avril 2015

  55. Confession ou rétractation ?
    1er juin 2015

  56. Le Purgatoire, ou l’Enfer climatisé
    15 juillet 2015

  57. Le Bréviaire d’Alaric ou le salut (pour Bessus) par les Wisigoths
    15 septembre 2015

  58. Haro gaulois sur les stylites !
    1er novembre 2015

  59. Polémique monastique en Armorique et menace de burn-out pour Bessus
    1er mars 2017

  60. Romanos le Mélode : plus fort que le son des cloches et des orgues !
    15 décembre 2015

  61. De l’allitération au kakemphaton et du kakemphaton à l’Hypapante
    15 février 2016

  62. Du bréviaire hispano-mozarabe au sang de Jupiter
    15 juin 2016

  63. L’ascension du Mont Ventoux, un « copié-collé » de celle du Crêt Pourri, ou : Pétrarque a-t-il plagié Bacchus ?
    15 août 2016

  64. Corrupticoles, phantasiastes et dyscoles, ou la mise en abyme de Bessus
    1er novembre 2016

  65. La « Divine Liturgie » de Jean Chrysostome au monastère de Saint Oyend ?
    1er janvier 2017