Caritaspatrum
Accueil du siteENTRETIEN AVEC...
Dernière mise à jour :
mercredi 5 décembre 2018
Statistiques éditoriales :
826 Articles
1 Brève
74 Sites Web
47 Auteurs

Statistiques des visites :
271 aujourd'hui
437 hier
619654 depuis le début
   
Entretien avec... Hélène MOUNIER
jeudi 10 avril 2014
par Cécilia BELIS-MARTIN
popularité : 10%

Hélène Mounier, vous êtes intervenue lors du dernier colloque de patristique de La Rochelle sur la question très « pointue » des interférences entre la politique religieuse de Justinien et l’Église miaphysite. Alors même que votre domaine habituel de recherche s’étend à l’époque Moderne, comment et/ou pourquoi cet intérêt pour le monde de l’Antiquité Tardive ?

Durant la rédaction de ma thèse, je me suis particulièrement intéressée aux relations complexes unissant politique et religion, et plus particulièrement au processus de sécularisation de l’Etat qui se dessine parallèlement à un phénomène de sacralisation de la politique. Toutefois, cette sécularisation ne s’est concrétisée qu’avec l’apparition de la Réforme qui a entraîné l’émergence d’un christianisme spécifique fortement teinté d’individualisme. Ce constat m’a amené vers une interrogation – en apparence – bien connue de l’historiographie : la religion du Christ portait-elle en elle les germes de la « laïcité », ou encore, question quasi similaire, était-elle la « religion de la sortie de la religion » ? Pour tenter d’amener des réponses construites, il m’a paru indispensable de remonter aux origines de l’association entre Eglise et Etat, à savoir l’Empire romain à partir du « tournant constantinien ».

Vous avez traité des problématiques qui tournaient autour de l’Eglise miaphysite au VIe siècle. Pouvez-vous nous rappeler ce que recouvre ce terme d’ « Eglise miaphysite » ?

Le terme miaphysite apparaît en réalité dans le cadre de la querelle christologique « chalcédonienne » dès le IVe siècle avant de connaître son apogée aux Ve-VIe siècles.

Classiquement, le terme miaphysite est utilisé pour désigner la stricte christologie de Cyrille d’Alexandrie par une partie de l’historiographie – particulièrement soucieuse de préserver l’orthodoxie de l’Egyptien –, la distinguant en cela du monophysisme, vocable accolé à toutes les courants qui rejette le credo des deux natures. Pour notre part, nous estimons que les Eglises des trois conciles ne peuvent en aucune façon être qualifiées de monophysites, mais constituent les héritières de la christologie cyrillienne, et à ce titre, l’expression miaphysite s’applique à tous les partisans de l’unique nature.

En effet, le terme miaphysite semble mieux convenir à l’idée selon laquelle le Christ avait en théorie deux natures avant l’union : « de deux natures », alors que seule la nature divine existe en tant que sujet après l’henosis, l’humanité ne subsistant qu’en tant que qualité naturelle. Le terme monophysite qui lui renvoie à une unicité totale conviendrait mieux à la théorie de la confusion des essences attribuée à Eutychès par les chalcédoniens comme par les miaphysites, déjà avec Timothée Aelure († 477). Toutefois la véritable pensée d’Eutychès fut, comme celle de Julien d’Halicarnasse plus tard, victime d’une déformation, quasi immédiate mais vouée à la postérité. Les actes de son procès, édités par Eduard Schwartz et commentés par René Draguet, démontrent qu’Eutychès, comme tous les miaphysites, accepte la formule « de deux natures » mais non celle « en deux natures » ; en outre, s’il répugne à reconnaître l’hommoousia du Christ avec nous, c’est simplement par crainte de permettre aux adoptianistes de professer deux Fils. Mais rassuré sur ce point au synode de 448, il consentira à accepter l’hommoousia du Christ avec l’humanité, concession peu couteuse le concernant du fait qu’il confessait déjà une Incarnation faite de la chair d’une Vierge consubstantielle à nous, ainsi qu’un inhumanation totale qui laisse apparaître un Dieu Verbe parfait ainsi qu’un homme parfait.

Somme toute, de l’époque des Lumière à l’époque de Justinien, est-ce l’articulation entre le politique et le théologique que vous cherchez finalement à mettre en lumière ?

Il s’agit effectivement du fil rouge de ma recherche. S’agissant de mon ouvrage en préparation consacré à l’étude de la dernière grande décision – l’édit aphthartodocète – prise par l’empereur Justinien (527-565), je travaille à démontrer les raisons politiques qui ont pu motiver ce choix religieux. En effet, au cours de l’année 564, le basileus publia un texte par lequel il allait tenter d’imposer la doctrine religieuse aphthartodocète aux sujets de son Empire. La mort du vieil empereur quelques mois plus tard n’allait pas permettre l’application de cette décision hautement contestée par l’épiscopat de l’époque. Toutefois, cet ultime choix religieux n’allait pas manquer de susciter de nombreuses interrogations chez les auteurs modernes. En effet, l’édit aphthartodocète s’inscrit dans la querelle chalcédonienne relative aux natures du Christ dont les prémices apparurent dès le IVe siècle, et qui allait s’embraser au siècle suivant. Au moment où Justinien accède au pouvoir, deux principaux courants s’opposent violemment. D’une part, les chalcédoniens qui professent deux natures en une seule hypostase, et d’autre part, les miaphysites – couramment et très faussement appelés monophysites – qui soutiennent l’existence d’une unique nature après l’union. Ce dernier parti est lui-même divisé en une branche majoritaire, dénommée sévérienne, et un courant dissident qui suit les théories de Julien d’Halicarnasse, selon lesquelles le Christ aurait été incorruptible – aphtharthos – dès l’Incarnation. Justinien avait, tout au long de sa vie et de son règne fait le choix d’un chalcédonisme modéré, mais par l’édit de 564, le basileus adhère et impose la profession de foi d’un courant dissident du miaphysisme. Ce choix suscite évidemment de nombreuses interrogations. Toutefois, peu d’auteurs ont travaillé sur ce sujet et les quelques explications données tendent à minimiser l’ampleur de la décision impériale, notamment dans le but de « protéger » l’orthodoxie d’un empereur considéré comme chalcédonien.

Quel peut être selon vous l’apport d’une historienne « moderniste » à l’étude du monde de l’Antiquité tardive en raison même de sa formation ?

En tant qu’historienne du droit je m’attache à développer une approche la plus précise possible des textes juridico-institutionnels et des idées politiques qui concernent les questions religieuses et plus généralement les rapports entre les sphères spirituelles et temporelles. Le fait d’avoir étudié dans un premier temps la période Moderne et notamment la Révolution française qui est marquée par une distanciation du lien entre politique et religion m’a permis d’acquérir des éléments de comparaison à appliquer au christianisme antique et de constater ainsi que la sécularisation des sociétés occidentales apparait plus s’agissant du christianisme comme un phénomène conjoncturel que structurel.

Vos prochains centres d’intérêts vos conduiront-ils plutôt vers le XVIIIe siècle ou vers l’Antiquité ?

Mon objectif est terminer la rédaction de l’ouvrage relatif à Justinien précédemment évoqué. Par ailleurs une autre voie de recherche connexe à la précédente consisterait à étudier l’influence majeure de la théologie chrétienne sur la nature et de l’organisation de l’institution impériale au IVe siècle et notamment les modèles différents proposés par les partis nicéens et ariens.

Merci Hélène Mounier.

 
Articles de cette rubrique
  1. Entretien avec... Benoît JEANJEAN
    10 septembre 2008

  2. Entretien avec... Sylvain DESTEPHEN
    10 octobre 2008

  3. Entretien avec... Marie-Anne VANNIER
    10 novembre 2008

  4. Entretien avec... Renaud ALEXANDRE
    10 décembre 2008

  5. Rencontre avec... Patrick LAURENCE
    10 janvier 2009

  6. Entretien avec... Françoise THELAMON
    10 février 2009

  7. Entretien avec... Philippe BLAUDEAU
    10 mars 2009

  8. Entretien avec... Peter van NUFFELEN
    10 avril 2009

  9. Entretien avec... Christel FREU
    10 mai 2009

  10. Entretien avec... Pierre JAY
    10 juillet 2009

  11. Entretien avec François CASSINGENA-TREVEDY
    10 août 2009

  12. Entretien avec... Karine ROBIN
    15 septembre 2009

  13. Entretien avec... Simone DELEANI
    10 octobre 2009

  14. Rencontre avec... Martine DULAEY
    10 novembre 2009

  15. Rencontre avec... Mickaël RIBREAU
    10 décembre 2009

  16. Rencontre avec Pierre MARAVAL
    10 janvier 2010

  17. Rencontre avec Philippe HENNE
    15 mars 2010

  18. Rencontre avec Delphine VIELLARD
    10 septembre 2010

  19. Rencontre avec... Marcel METZGER
    10 octobre 2010

  20. Rencontre avec... Marie-José DELAGE
    10 novembre 2010

  21. Rencontre avec... Guillaume BADY
    10 décembre 2010

  22. Rencontre avec... Marie-Laure CHAIEB
    10 janvier 2011

  23. Rencontre avec... Cristian BADILITA
    10 février 2011

  24. Entretien avec... Marc MILHAU
    10 mars 2011

  25. Entretien avec... Léopold MAUREL
    10 avril 2011

  26. Entretien avec... Régis COURTRAY
    10 mai 2011

  27. Entretien avec... Dominique BOCAGE-LEFEBVRE
    10 juin 2011

  28. Entretien avec... Jean-Marc VERCRUYSSE
    10 juillet 2011

  29. Entretien avec... Aram MARDIROSSIAN
    10 août 2011

  30. Entretien avec... Benoît GAIN
    10 novembre 2011

  31. Entretien avec... Dominique LHUILLIER-MARTINETTI
    10 décembre 2011

  32. Entretien avec... Pierre DESCOTES
    10 janvier 2012

  33. Entretien avec… Stéphane RATTI
    10 février 2012

  34. Entretien avec... Sophie MALICK-PRUNIER
    10 mars 2012

  35. Entretien avec… Emmanuel SOLER
    10 avril 2012

  36. Entretien avec... Carine BASQUIN-MATTHEY
    10 mai 2012

  37. Entretien avec… Attila JAKAB
    10 juin 2012

  38. Entretien avec… Aline CANELLIS
    10 juillet 2012

  39. Entretien avec... Tiphaine MOREAU.
    10 août 2012

  40. Entretien avec... Luce PIETRI
    10 octobre 2012

  41. Entretien avec... Daniel VIGNE
    10 novembre 2012

  42. Entretien avec... Sylvain Gabriel SANCHEZ
    10 décembre 2012

  43. Entretien avec... Gérard NAUROY
    10 janvier 2013

  44. Entretien avec… Anne-Marie TAISNE
    10 février 2013

  45. Entretien avec... Dominic MOREAU
    10 mars 2013

  46. Entretien avec... François-Xavier BERNARD
    10 avril 2013

  47. Entetien avec... Ariane BODIN
    10 mai 2013

  48. Entretien avec... Maël GOARZIN
    10 juin 2013

  49. Entretien avec... Jean-Luc SCHENCK-DAVID
    10 juillet 2013

  50. Entretien avec... Vincent PUECH
    10 août 2013

  51. Entretien avec... fr. Xavier BATLLO
    10 octobre 2013

  52. Entretien avec... Annick MARTIN
    10 novembre 2013

  53. Entretien avec... Guy-Jean ABEL
    10 mars 2014

  54. Entretien avec... Hélène MOUNIER
    10 avril 2014

  55. Entretien avec... Michele CUTINO
    10 mai 2014

  56. Entretien avec... Annie WELLENS
    10 janvier 2015

  57. Entretien avec... Jean-Marie AUWERS
    10 février 2015

  58. Entretien avec... Nathalie RAMBAULT
    10 mars 2015

  59. Entretien avec... Jean GUYON
    10 avril 2015

  60. Entretien avec... Vincent DESPREZ
    20 juin 2015

  61. Entretien avec Thomas DESWARTE
    10 septembre 2015

  62. Entretien avec... Michel POIRIER
    10 novembre 2015

  63. Entretien avec Arevik PARSAMYAN
    15 janvier 2016

  64. Entretien avec... Pierre-Marie Picard
    25 octobre 2016

  65. Entretien avec... Lionel MARY
    25 novembre 2016

  66. Entretien avec... Bruno DUMEZIL
    25 décembre 2016

  67. Entretien avec… Marie-Françoise BASLEZ
    25 janvier 2017

  68. Entretien avec... Adrien BAYARD
    25 mars 2017

  69. Entretien avec... Marie-Joseph PIERRE
    15 mai 2017

  70. Entetien avec... Brigitte STEGER
    5 juillet 2017

  71. Entretien avec ... Mgr Charbel MAALOUF
    5 octobre 2017