Caritaspatrum
Accueil du siteSOURCES
Dernière mise à jour :
dimanche 10 novembre 2019
Statistiques éditoriales :
830 Articles
1 Brève
76 Sites Web
59 Auteurs

Statistiques des visites :
0 aujourd'hui
205 hier
756922 depuis le début
   
Eusèbe de Césarée, « Vie de Constantin ».
dimanche 20 octobre 2013
par Jean-Claude LARCHET
popularité : 20%

Ce nouveau volume de la collection « Sources chrétiennes » nous offre une source de première importance, puisqu’elle est la seule à présenter dans son ensemble la personnalité de l’œuvre du saint empereur. Son auteur, Eusèbe de Césarée (265-339), évêque qui est mort martyr, a écrit cette vie dans les années qui ont suivi la mort de Constantin et disposait d’une documentation de première main, ayant été non seulement un contemporain, mais un proche de l’empereur. L’ouvrage se divise en quatre livres.

Le Livre 1 traite de la situation politique et religieuse qui a abouti à faire de Constantin l’empereur chrétien de l’Occident : il évoque sa jeunesse (passée en grande partie à Trêves, dans l’Allemagne actuelle) à l’époque de la Tétrarchie, puis la douloureuse persécution contre les chrétiens, menées par ses prédécesseurs, à l’exception de son propre père Constance Chlore. Il relate comment Constantin, acclamé, après la mort de celui-ci, en juillet 306, par l’armée de Bretagne, est passé en Gaule, puis a mené une expédition en Italie contre le tyran Maxence ; recevant alors une vision céleste confirmée par un songe, Constantin se convertit à la foi chrétienne et obtint près de Rome, par la grâce de Dieu, la victoire sur son rival (28 octobre 312), ce qui lui permit de devenir le maître de tout l’Occident. Trois ans plus tard, cependant, il constata avec douleur que son homologue en Orient, Licinius, continuait à persécuter les chrétiens.

Le Livre II est tout entier consacré aux événements de l’année 324 : la campagne victorieuse menée contre Licinius, qui permit la réunification de l’empire sous un monarque chrétien, lequel promulgua, dans les provinces orientales, en faveur des victimes des persécutions, des mesures réparatrices. L’unité religieuse ne se fit pas pour autant au sein de l’Église : apprenant qu’une controverse théologique déchirait l’Église d’Alexandrie, Constantin tenta, en vain, de réconcilier les adversaires. Le Livre III s’ouvre avec la réunion, au premier semestre 325, du concile de Nicée, se donnant pour tâche de rétablir la concorde religieuse. Constantin convoqua le concile et ratifia officiellement les décisions qui y furent prises par les Pères. Eusèbe relate ensuite les mesures prises par le monarque, d’une part pour mettre en valeur, en les couvrant de sanctuaires prestigieux, les Lieux Saints de Palestine (auprès desquels se rendit pieusement, avant sa mort, la mère de l’empereur, Hélène) et pour édifier des églises dans diverses cités orientales, et d’autre part pour combattre le culte des idoles. Le Livre se termine avec l’évocation des troubles nés dans l’Église d’Antioche et finalement apaisés par l’intervention, en 328, de Constantin, lequel, en interdisant les conventicules d’hérétiques et de schismatiques, acheva d’assurer la suprématie de l’Église orthodoxe.

Le Livre IV commence par un bilan général de l’œuvre de l’empereur, en insistant sur le fait que celui-ci, tout au long de son règne, a répandu les bienfaits de son gouvernement tant sur ses sujets que sur les peuples barbares qui s’étaient soumis à lui ou avaient réclamé son alliance. Eusèbe récapitule ensuite les initiatives de Constantin s’appliquant, par ses lois et ses discours, à protéger les fidèles du Christ et à répandre la foi chrétienne. Un chapitre est ensuite consacré à l’année 335, où Constantin réunit en concile les évêques, d’abord à Tyr, puis à Jérusalem, pour mettre fin aux dissensions renaissantes en Égypte. La suite du Livre est consacrée aux dernières années de l’empereur qui, à l’approche de sa mort, partagea l’empire entre ses fils, construisit à Constantinople l’église des Saints-Apôtres pour abriter sa dernière demeure, et se fit enfin baptiser, juste avant sa mort, le 22 mai 337. Eusèbe évoque, pour terminer, les funérailles du souverain et la proclamation, la même année, de ses trois fils comme augustes.

Eusèbe a pris soin de placer dans son ouvrage des portraits de l’empereur aux trois étapes majeures de sa vie : dans la force de sa jeunesse (Livre I, 19), au sommet de sa puissance, lors du concile de Nicée (Livre III, 10) et dans la vigueur de sa vieillesse (Livre IV, 53).

Auteur d’une monumentale Histoire ecclésiastique, Eusèbe inscrit sa Vie de Constantin dans la continuité de celle-ci. Sa méthode n’est pas celle de la science historique actuelle : elle prend place dans le domaine d’une historiographie religieuse qui comprend les événements de l’histoire politique et sociale à la lumière de l’histoire de l’Église et non l’inverse. Comme le note l’auteur de l’introduction, « la Vita Constantini dépasse le cadre de la trajectoire personnelle de l’empereur, car celle-ci vient s’inscrire dans le temps de l’histoire du salut dont elle constitue une étape majeure ». On n’est pas surpris que le portrait qu’Eusèbe dresse de l’empereur – qui a restauré la liberté religieuse dans l’empire et a fortement contribué à l’établissement et au développement du christianisme – ait le plus souvent la forme d’une hagiographie que d’une simple biographie. Le panégyrique et la visée apologétique n’effacent cependant pas l’apport proprement historique. Outre les éléments biographiques objectifs que peut trouver dans cette œuvre l’historien actuel, l’ouvrage nous transmet quinze lettres de l’empereur et un certain nombre de lois (l’introduction donne un tableau récapitulatif de celles-ci et de celles-là), qui, selon une méthode utilisée dans l’Histoire ecclésiastique, viennent étayer le récit.

Cette édition, qui repose sur le texte critique établi pour le GCS par F. Winkelman, bénéficie d’une excellente introduction de près de 140 pages et de substantielles annotations dues à Luce Pietri, ainsi que d’une élégante traduction de Marie-Josèphe Rondeau.

Jean-Claude Larchet

source : www.orthodoxie.com

 
Articles de cette rubrique
  1. « Les « Propos sur la contrition » de Jean Chrysostome et le destin d’écrits de jeunesse méconnus »
    20 mai 2010

  2. « L’Eucharistie, école de vie » chez Jean Chrysostome
    15 février 2010

  3. Origène, « Commentaire sur l’Épitre aux Romains », vol. I, Livres I-II.
    20 février 2010

  4. Les symboles du christianisme ancien (Ier-VIIe siècle) de Gérard-Henry Baudry.
    10 avril 2010

  5. Grégoire le Grand, « Morales sur Job ». Sixième partie (Livres XXX-XXXII).
    20 juin 2010

  6. Paroles et exemples des Anciens. Recueil ascétique de Paul Evergétinos
    20 juillet 2010

  7. « Paroles et exemples des Anciens. Recueil ascétique de Paul Evergétinos », tomes 3 et 4.
    20 août 2010

  8. « La tradition grecque de la Dormition et de l’Assomption de Marie ».
    20 septembre 2010

  9. Jean Damascène, « La Foi orthodoxe »
    20 octobre 2010

  10. Actes et passions des martyrs chrétiens des premiers siècles
    20 novembre 2010

  11. Philippe Henne, « La Bible et les Pères »
    20 décembre 2010

  12. Maxime le Confesseur, « Questions à Thalassios (I-XL) ».
    25 janvier 2011

  13. Grégoire de Nysse, « Contre Eunome, I » (vol. 2)
    25 février 2011

  14. Stephane Bigham, « Les images chrétiennes »
    25 mars 2011

  15. Patristique et oecuménisme : thèmes, contextes, personnages
    20 avril 2011

  16. Philippe Henne, « Tertullien l’Africain »
    20 mai 2011

  17. Clément d’Alexandrie, « Quel riche sera sauvé ? »
    25 juin 2011

  18. « L’Antichrist ». Anthologie introduite par Cristian Badilita
    25 juillet 2011

  19. Alexandre Faivre, « Chrétiens et Eglises, des identités en construction ».
    15 septembre 2011

  20. Origène, « Commentaire sur l’Épître aux Romains, tome III, Livres VI-VIII »
    25 octobre 2011

  21. Évagre le Scholastique, « Histoire ecclésiastique - Livres I-III »
    30 novembre 2011

  22. Riches et pauvres dans l’Église ancienne
    30 janvier 2012

  23. Saint Maxime le Confesseur (580-662)
    20 mars 2012

  24. Recension « Les Pères de l’Eglise et la chair »
    20 avril 2012

  25. Patristique et œcuménisme : thèmes, contextes, personnages.
    15 juin 2012

  26. Textes en ligne des Pères dans la Foi - sur Migne.fr
    15 juillet 2012

  27. « Basile le Grand » de Philippe HENNE
    20 juillet 2012

  28. Antonio Orbe, « Introduction à la théologie des IIe et IIIe siècles »
    20 août 2012

  29. Maxime le Confesseur, « Questions à Thalassios », vol. 2
    20 octobre 2012

  30. Recension : Cyprien de Carthage, « Ceux qui sont tombés »
    20 novembre 2012

  31. Grégoire de Nysse, « Contre Eunome », II.
    15 décembre 2013

  32. Origène, « Commentaire de l’épître aux Romains », Livres IX-XI.
    20 décembre 2012

  33. Jean Chrysostome, « Homélies sur la Résurrection, l’Ascension et la Pentecôte », tome 1.
    15 mars 2014

  34. Amphiloque d’Iconium, Homélies – Fragments – Lettres
    15 février 2013

  35. « Divine liturgie de saint Jacques, Frère du Seigneur en slavon et en français »
    5 juillet 2014

  36. « La lettre au service du Verbe ». Correspondance de Paulin de Nole.
    25 avril 2013

  37. Philippe Henne, « Le vertige divin. La saga des stylites »
    5 août 2014

  38. Anastase le Sinaïte, « Trois homélies », suivies de « Questions et réponses spirituelles et pastorales choisies ».
    20 juillet 2013

  39. « Prier quinze jours avec Jean Chrysostome » de Laurence Brottier.
    15 octobre 2014

  40. « Constantin le Grand. Empereur romain, empereur chrétien »
    20 août 2013

  41. « Discours ascétiques. Commentaires » d’Abba Isaïe.
    25 novembre 2014

  42. Eusèbe de Césarée, « Vie de Constantin ».
    20 octobre 2013

  43. Hiéromoine Macaire de Simonos-Pétra, « Le Synaxaire. Vie des saints de l’Église orthodoxe »
    25 janvier 2015

  44. Jean Chrysostome , « L’impuissance du diable ».
    20 novembre 2013

  45. Recension : Guillaume BADY, « Jean Chrysostome, Trop occupé pour t’occuper de ta vie ?
    20 avril 2015

  46. Père Théodore Papanicolaou, « La vision de la mort à la lumière des Pères de l’Eglise »
    25 mai 2015

  47. Grégoire de Nysse, Éloge de Grégoire le Thaumaturge. Éloge de Basile.
    25 décembre 2015

  48. Ambroise de Milan, « La fuite du siècle »
    10 février 2016

  49. Maxime le Confesseur, Questions à Thalassios,
    10 mars 2016

  50. Michel Quenot, « Maladie et guérison : les saints médecins anargyres »
    15 octobre 2016

  51. Pseudo-Denys l’Aréopagite « Les Noms divins, I-IV », « Les Noms divins V-XIII – La Théologie mystique »
    5 décembre 2016

  52. Philippe Henne, « Clément d’Alexandrie »,
    5 janvier 2017

  53. Grégoire de Nysse, « Réfutation de la profession de foi d’Eunome ».
    10 février 2017

  54. Cyrille d’Alexandrie, « Contre Julien », tome Il, livres III-V.
    25 avril 2017

  55. Grégoire Palamas, « Traités démonstratifs sur la procession du Saint-Esprit »
    25 mai 2017

  56. Isidore de Péluse, « Lettres, tome III, 1701-2000 »
    10 octobre 2017

  57. Evagre le Pontique, « Chapitres sur la prière ».
    10 décembre 2017

  58. Évagre le Pontique, À Euloge – Les vices opposés aux vertus.
    15 janvier 2018

  59. Grégoire de Nysse, Lettre canonique. « Lettre sur la Pythonisse » et autres lettres pastorales.
    10 février 2018

  60. Patrick Koelher, « Sainte-Odile. Le mont et les grâces »
    10 juillet 2018

  61. Jean Chrysostome, « Panégyriques de martyrs », tome I
    5 août 2018

  62. Grégoire de Nysse, « Homélies sur le Notre Père »
    5 septembre 2018

  63. Recension : Saint Grégoire Palamas, « Les Cent cinquante chapitres »
    10 janvier 2019

  64. Cyrille d’Alexandrie, Commentaire sur saint Jean. Tome I (Livre I)
    5 mars 2019

  65. Origène et la fonction révélatrice du Verbe incarné
    5 juin 2019

  66. L’Abeille et l’acier, Clément d’Alexandrie et Origène
    15 juillet 2019

  67. « Symphonia » La concorde des textes et des doctrines dans la littérature grecque jusqu’à Origène
    20 août 2019

  68. Sources Chrétiennes. Apport grec et latin à la culture européenne
    25 septembre 2019

  69. Recension : Grégoire de Nysse, « Trois oraisons funèbres » et « Sur les enfants morts prématurément ».
    10 octobre 2019

  70. « Le Cantiques des cantiques » dans la Septante
    10 novembre 2019