Caritaspatrum
Accueil du siteQUESTIONS DE PROSOPOGRAPHIE
Dernière mise à jour :
vendredi 25 septembre 2020
Statistiques éditoriales :
867 Articles
1 Brève
78 Sites Web
68 Auteurs

Statistiques des visites :
1577 aujourd'hui
1903 hier
931798 depuis le début
   
Bakurios, « premier roi chrétien d’Ibérie »
jeudi 20 septembre 2012
par Pascal G. DELAGE
popularité : 2%

Retour au premier roi chrétien d’Ibérie

Cette expression est utilisée deux fois [28] par Jean Rufus pour qualifier le grand-père de Pierre l’Ibérien ne renvoie pas à une quelconque confusion avec le roi Miriam mais à une seconde campagne de christianisation entreprise au lendemain d’une mainmise des Perses sassanides sur l’Ibérie entre 365 et la fin du IVe siècle. Ainsi la peinture très négative du règne de Varaz-Bakʻar II, « un homme impie et fléau de la religion », renvoie explicitement à sa conversion au mazdéisme comme en témoigne sa polygamie [29].

A la suite d’une éclipse du pouvoir perse (comme lors du règne de Vahram IV de 389 à 399), le retour au pouvoir des descendants de Rev vers 400, plus proches de l’épopée de sainte Nino et romanophiles, s’accompagna d’une reprise de la mission chrétienne qui va se manifester en particulier la (re-) construction d’édifices chrétiens selon le texte de La conversion du Kʻartʻli. Un dernier épisode particulièrement violent suivit l’insurrection du jeune Mirdat : les Perses saccagèrent l’Ibérie, détruisirent les églises et imposèrent leur culte du feu durant trois années complètes (Q 139). Seuls quelques cantons de la vallée de la Kaxetʻi furent préservés. Est-ce à partir de là que le roi Bakarios réintroduisit le christianisme dans les autres régions de l’Ibérie [30] ?

La Vie de Pierre l’Ibérien nous laisse entendre comment Bakurios et son époux Duktia introduisirent des usages monastiques qu’ils avaient pu contracter dans les cercles ascétiques de Jérusalem (jeûnes, prières, aumônes, soin des pauvres, renoncement aux relations conjugales) [31]. Une dernière vignette conservée par Jean Rufus nous le montre prêt à affronter le martyr alors qu’il servait dans le ban du Roi des rois (très probablement Yazdgard Ier qui régna de 399 à 420). Alors que tous les nobles et les généraux du roi descendaient de leurs chevaux au soleil levant pour l’adorer, Bakurios refusa de descendre de sa monture. Dénoncé, le roi perse, contre toute attente, admirant sa grandeur d’âme, déclara : « C’est Bakurios et nous avons grand besoin de lui. Que pourrions-nous faire en sa faveur ? [32] »

Pascal-Grégoire Delage

Poster un commentaire.

 

[28] JEAN RUFUS, Vie, 6 et 11.

[29] Conversion du Kʻartʻli, 132-135.

[30] Arčʻil ne régna pas sur la Kaxetʻi (Ibérie orientale) mais sur le Kartli (sa capitale est Mcʻxetʻa).

[31] JEAN RUFUS, Vie, 11. Bakurios serait même à l’origine d’une « maison des pauvres » à l’instar de la Basiliade fondée par Basile dans sa ville de Césarée de Cappadoce vers 370.

[32] JEAN RUFUS, Vie, 13. Le roi Yazdgard fut favorable aux chrétiens au début de son règne.

Documents joints à cet article :