Caritaspatrum
Accueil du siteLES MERES DE L’EGLISE ET AUTRES DAMESMatrones romaines
Dernière mise à jour :
mercredi 20 septembre 2017
Statistiques éditoriales :
781 Articles
1 Brève
73 Sites Web
25 Auteurs

Statistiques des visites :
222 aujourd'hui
166 hier
480185 depuis le début
   
Antonia Melania
dimanche 5 février 2012
par Pascal G. DELAGE
popularité : 17%

La jeune Mélanie sera donnée en mariage à Valerius Maximus, fils de Valerius Maximus Basilius, consul en 327, et d’une sœur de Galla, cette dernière n’étant autre que l’épouse de Jules Constance et la mère du César Gallus qui périt tragiquement en 354. Comme son père, l’époux de Mélania est païen, ce qui explique qu’il fut appelé à la préfecture de Rome à l’automne 361 par l’empereur Julien. Le mariage de Mélanie avait pu avoir lieu en 356 ; elle avait 16/17 ans, son époux entre 25 et 30 ans.

Selon Murphy, Melania était née et avait grandi en Espagne. C’est dans ce même pays que s’installa d’abord le nouveau couple, Melania fut pourtant très tôt en lien avec le très célèbre calligraphe Furius Dionysius Filocalus à qui elle commanda - ou bien son époux – une épigramme pour de nouveaux thermes [1]. Après plusieurs fausses couches, Mélanie donna naissance à trois garçons mais deux moururent la même année que leur père entre novembre 364 et novembre 365. C’est alors que Melania, veuve à l’âge de 25 ans, décida de venir habiter la Ville éternelle (au témoignage de Palladius). Le fils survivant, Valerius Publicola, né un peu avant 365, sera préteur urbain en 372, à l’âge de 7 ans ! [2]. De retour donc à Rome, Mélania après avoir élevé son fils, le confia au Préfet de la ville, lui abandonnant toutes ses propriétés immobilières car ayant décidé de se vouer à l’ascèse chrétienne, elle prit résolument la route de l’Orient l’hiver 372-3 (alors même que les routes maritimes sont fermées), à la stupeur de la bonne société romaine. Jérôme fait encore son éloge en 384 dans une lettre à Paula : Mais pourquoi ressasser de vieilles histoires ? Suis donc les exemples du présent : Vois sainte Mélanie, vraie noblesse des chrétiens à notre époque, à qui daigne, Seigneur, à toi comme à moi accorder une part au jour de son jugement ! Le cadavre de son mari était encore chaud, on ne l’avait pas encore inhumé, qu’elle perdit en même temps ses deux fils. Je vais dire une chose incroyable, mais non pas fausse, j’en atteste le Christ. Qui, dans cette conjoncture, ne l’eût imaginée hors d’elle-même, les cheveux épars, déchirant ses vêtements et lacérant sa poitrine avec frénésie ? Pas une goutte de larmes ne coula. Elle tint bon sans broncher. Prosternée aux pieds du Christ, comme si c’était lui-même qu’elle embrassait, elle s’écria, souriante : « Seigneur, je te servirai plus à l’aise, puisque tu m’as libérée de tels fardeaux ! » Mais peut-être fut-elle vaincue par la suite ? Bien au contraire. Dans quel esprit elle les avait méprisés, elle le montre ensuite à propos du seul fils qui lui restât : après lui avoir cédé tout ce qu’elle possédait, bien que l’on fût au début de l’hiver, elle s’embarqua pour Jérusalem [3].

Ce que Jérôme oublie ou ne sait pas, c’est que son saint périple la mène d’abord en Egypte où elle demeura six mois, visitant les abbas charismatiques du désert de Nitrie et des Kellias, exerçant à leur égard sa libéralité comme elle le racontera plus tard à Palladius d’Hellénopolis : Dans ma jeunesse, venue de Rome à Alexandrie, j’avais entendu parler de la vertu de Pambo par le bienheureux Isidore, qui me conduisit jusqu’à lui dans le désert. Je lui apportais pour trois cent livres d’argenterie, le priant d’accepter cette part de mes biens. Sans se lever, continuant de tresser ses feuilles de palmier, il me bénit en me disant simplement : « Que Dieu te donne la récompense » [Pambo ordonne à son disciple que cette somme soit attribuée aux monastères les plus pauvres]. Quant à moi je restais là, poursuit Mélanie, m’attendant à ce qu’il me félicite ou me loue pour ce don. Comme il ne disait toujours rien, je repris « Pour que tu le saches, maître, il y a trois cent livres ». Sans relever la tête, il me répondit : « Celui à qui tu l’as apporté, mon enfant, n’a pas besoin de poids. Celui qui pèse les montagnes sait bien davantage la quantité de cet argent. A la vérité, si c’est à moi que tu le donnais, tu faisais bien de me le dire, mais si c’est à Dieu, Lui qui n’a pas dédaigné les deux oboles de la veuve, tais-toi » [4]. Rude école que celle des Pères du désert ! Mélanie continuera à exercer sa générosité mais avec plus de discrétion et d’humilité auprès des moines. Elle n’en demeurera pas moins en relation avec Pambo et elle sera là au moment de sa mort en 373/4 : L’homme de Dieu mourut, sans fièvre, ni maladie, mais en cousant une corbeille. Il avait soixante-dix ans. Il me dit : « reçois cette corbeille de mes mains, pour te souvenir de moi car je n’ai rien d’autre à te laisser. » Je lui fis sa toilette funèbre, j’enroulais son corps dans des linges et le mis en terre. Puis je suis repartie du désert ; je garderai cette corbeille jusqu’à ma mort [5].Durant son séjour égyptien, elle rencontrera encore la recluse Alexandra, Macaire, Arsicius, Sérapion, Paphnuce de Scété ainsi qu’Isidore le confesseur, l’évêque d’Hermopolis.

 

[1] Anthologie Palatine, 4, l’identification de Melania a été établie par A. Cameron

[2] par la suite, il deviendra consulaire de Campanie et épousera, vers 382-383, Albina, la fille de Caeionius Rufius Albinus, futur préfet de la Ville en 389-9 : leur fille Mélanie la Jeune choisira à son tour la voie de l’ascétisme chrétien comme l’avait fait sa grand-mère

[3] Ep. 39, 5-6 ; trad. J. Labourt

[4] Histoire Lausiaque, 10, 2-4 ; trad. Carmélites de Mazille

[5] Histoire Lausiaque, 10, 5

Articles de cette rubrique
  1. Faltonia Betitia Proba
    5 mai 2011

  2. Caecinia Lolliana
    5 juin 2011

  3. Marcella
    5 août 2011

  4. Aconia Fabia Paulina
    5 septembre 2011

  5. Cornelia Paula Asina
    5 octobre 2011

  6. Rusticiana
    5 novembre 2011

  7. Marcellina
    5 décembre 2011

  8. Maecia Placidia
    5 janvier 2012

  9. Antonia Melania
    5 février 2012