Caritaspatrum
Accueil du siteCHRONICAE WELLENSISCorrespondance campagnarde
Dernière mise à jour :
jeudi 5 décembre 2019
Statistiques éditoriales :
832 Articles
1 Brève
76 Sites Web
59 Auteurs

Statistiques des visites :
52 aujourd'hui
247 hier
761912 depuis le début
   
Lumière nouvelle sur le péché de saint Patrick.
jeudi 1er décembre 2011
par Annie WELLENS
popularité : 5%

Tu es le premier, Bacchus, ami de toujours, à qui j’annonce cette nouvelle dont je ne sais si elle me réjouit ou me désole. Dois-je taire ou non ce que je viens d’apprendre ? Le fait de poser la question devant toi t’implique déjà dans ma décision future. La fréquentation assidue des Apophtegmes de nos Pères du désert nous a enseigné, à l’un comme à l’autre, la nécessité illuminatrice de mettre au jour nos « pensées » par l’ouverture du cœur, et ton affectueuse perspicacité a sans aucun doute déjà deviné le vertige qui me prive de ma stabilité coutumière, au point de refuser à ma Vera le verre de vin aromatisé qu’elle me proposait en attendant le repas du soir.

Je l’ai entendu murmurer en s’éloignant vers la cuisine : Dieu, viens à son aide, Seigneur, viens vite à son secours. Elle n’invoque jamais à la légère la Source suprême de tous les biens, et signifiait par là son inquiétude à l’égard de ma santé spirituelle qu’elle voyait – plus clairement que moi-même – décliner depuis que j’attendais une réponse à des missives envoyées à l’actuel abbé de Bangor, le monastère irlandais fondé par Comgall, mort, quant à lui, voici une cinquantaine d’années [1]. Je souhaitais obtenir des renseignements sur les écrits de Patrick, espérant y trouver, en-dehors de sa Confession dont plusieurs copies plus ou moins fiables circulent, des hymnes encore inconnues. Pendant que j’attendais impatiemment sa réponse (et, déjà, cette impatience aurait dû m’alerter) l’Adversaire m’a tendu un piège, que je reconnais de manière encore plus flagrante en te le narrant. Je ne pensais plus qu’à cette découverte qui, si elle était confirmée, ferait de moi l’inventeur d’un Patrick hymnographe. Je rêvais d’une révélation fracassante que je transmettrais aux épiscopes de notre Golfe des Pictons, petite portion bien vivante de la « Gaule chevelue », une appellation que je continue de privilégier, toute romanisée et maintenant francisée soit-elle.

Enfin, la réponse arriva, convertissant mes rêves en illusions, l’abbé de Bangor ne me laissant aucun espoir quant à l’attribution d’hymnes à Patrick. L’incantation irlandaise, Lorica, la « Cuirasse », curieuse invocation à la Trinité, dont il me joignait le texte, ne trouvait même pas grâce à ses yeux, le langage étant davantage celui de nos contemporains irlandais que celui de leur évangélisateur. Une fois mes illusions dissipées, alors que je me croyais en paix, je lus la deuxième partie de sa lettre, et voici que l’Adversaire reprit le dessus. L’abbé m’écrivait qu’il connaissait la nature du péché dont fait mention Patrick dans sa Confession : ses adversaires, alors qu’il était évêque, trouvèrent contre [lui] un prétexte vieux de trente ans, un aveu qu’[il avait] fait avant d’être diacre. L’âme abattue par l’inquiétude, [il avait] confié à un ami intime une action accomplie lorsqu’[il était] enfant, accomplie un seul jour, et même une seule heure, parce qu’[il n’était] pas encore robuste [2]. L’ami intime avait trahi la confiance de Patrick en révélant la confidence aux ennemis de l’évêque, sans que jamais on ne connut publiquement la teneur de ce péché. Rongé par la culpabilité, l’ami perfide avait laissé à son tour une « Confession », beaucoup plus courte que celle de son ami trahi, qu’il avait glissée sous la porte du monastère de Bangor. On y lit que l’action accomplie par Patrick ressemble analogiquement à l’habitude coupable prise par la mère d’Augustin, alors qu’elle n’était qu’une petite fille : chargée de remplir la cruche de vin à la cuve, avant les repas familiaux, elle prit plaisir, d’abord par jeu, puis par goût, à en prélever quelques gouttes pour son usage personnel, et c’est ainsi que de petite gorgée quotidienne en petite gorgée supplémentaire […] elle en prit l’habitude, se laissant aller à lamper, avidement, des coupes pratiquement pleines de vin pur, comme l’écrira plus tard le fils de Monique dans ses Confessions. Patrick, lui, par jeu, construisit un appareil à distiller, et à partir de céréales, composa une « eau de vie » [3] qu’il goûta sans discontinuer pendant une heure, sa faiblesse physique l’empêchant d’aller plus avant dans l’expérience, ce qui concorde avec ce qu’il exprime des effets de cette malheureuse expérience qu’il ne nomme pas.

Dois-je ou non révéler ce que je sais ? Mais, si oui, quel prix accordera-t-on alors aux visions et révélations racontées par l’évêque d’Irlande ? Ne risque-t-on pas de voir leur auteur soupçonné, par des malveillants, d’avoir continué à s’adonner à « l’eau de vie » génératrice d’images et de voix étranges ? Je suspends mon jugement jusqu’à réception du tien, en priant Celui que suppliait l’auteur hélas ! anonyme de la Lorica : Je me lève aujourd’hui […] par le bouclier de Dieu pour me protéger / l’armée de Dieu pour me sauver / des filets des démons / des séductions des vices / des inclinations de la nature / de tous les hommes qui me désirent du mal / de loin et de près / dans la solitude et dans une multitude.

Bessus

 

[1] Cette précision permet de dater enfin la correspondance entre Bessus et Bacchus : milieu du VII ème siècle.

[2] Les lecteurs du XXI ème siècle se reporteront avec profit à la Confession et Lettre à Coroticus, Saint Patrick, Sources Chrétiennes n° 249.

[3] ou uisce beatha en irlandais qui donnera whisky en anglais.

Articles de cette rubrique
  1. De l’utilité de la navigation sur le Net.
    1er juin 2008

  2. Quand Bacchus s’intéresse aux Pères...
    15 juillet 2008

  3. Promesse de vendanges spirituelles.
    1er septembre 2008

  4. Pédagogie spirituelle
    15 octobre 2008

  5. Appétit de sciences
    1er décembre 2008

  6. Fièvre sternutatoire
    15 janvier 2009

  7. Agacements machistes...
    1er mars 2009

  8. Rencontre après Martin
    15 avril 2009

  9. Coup de tonnerre.
    1er juin 2009

  10. D’une correspondance à l’autre.
    15 juillet 2009

  11. Querelle hymnologique
    1er septembre 2009

  12. Entre vin nouveau et table tournante
    15 octobre 2009

  13. Vers la Lumière.
    1er décembre 2009

  14. De la réduction de texte à la réduction de tête
    15 janvier 2010

  15. D’un hymnographe à l’autre.
    1er mars 2010

  16. Où se résolvent heureusement deux affaires douloureuses pour Bacchus
    15 avril 2010

  17. Terreur volcanique
    1er juin 2010

  18. Douceur médocaine
    15 juillet 2010

  19. Une première liturgique à Mediolanum Santonum : le 15 août
    1er septembre 2010

  20. Turbulences intérieures et menaces incendiaires
    15 octobre 2010

  21. Trafic d’influences, d’Orphée à Grégoire de Nazianze
    1er décembre 2010

  22. De la colère aux larmes : rigueurs de l’exégèse et soucis de voisinage
    15 janvier 2011

  23. Commando colombanophile dans le Golfe des Pictons
    1er mars 2011

  24. La tentation de Saint Hilaire. Un parchemin retrouvé.
    15 avril 2011

  25. Dur printemps pour les Pictons.
    1er juin 2011

  26. Chrysostom’attitude en Narbonnaise.
    15 juillet 2011

  27. La monachomyomachie ou les moines contre les mulots
    1er septembre 2011

  28. Origène for ever !
    15 octobre 2011

  29. Lumière nouvelle sur le péché de saint Patrick.
    1er décembre 2011

  30. Discernement spirituel par correspondance
    15 janvier 2012

  31. Dégel intérieur mais frimas extérieurs. Bonus : un scoop sur les ragondins.
    1er mars 2012

  32. Le phénix de Lactance et le vin de Muscat, ou la thérapeutique spirituelle de Silvania
    15 avril 2012

  33. A mystagogie déplacée, liturgie dévoyée
    1er juin 2012

  34. De la pluie aux larmes, que d’eau ! que d’eau !
    15 juillet 2012

  35. Virgile, le Pseudo-Longin, Antoine et Athanase, même combat !
    1er septembre 2012

  36. De Johannes-Petrus à Doliprane de Céphalée.
    15 octobre 2012

  37. Picnolepsie et antiennes Ô
    1er décembre 2012

  38. Bacchus, vous avez dit : « dévarié » ?
    15 janvier 2013

  39. De Bethléem à Madiran : nouvelles lueurs sur le caractère de Jérôme
    1er mars 2013

  40. La joyeuse cinquantaine
    15 avril 2013

  41. D’Eugène de Tolède aux « énergumènes »
    1er juin 2013

  42. Sentiment océanique
    15 juillet 2013

  43. Des « astrologues chrétiens » : oxymore ou coquecigrue ?
    1er septembre 2013

  44. Les « reliques » ou le feu aux poudres
    15 octobre 2013

  45. Esclave, chasse les mouches !
    1er décembre 2013

  46. Mystère de l’esperluette
    15 janvier 2014

  47. Du Verbe abrégé à la bulle d’eau humaine
    1er mars 2014

  48. Benoit et Colomban : même combat spirituel ?
    1er mai 2014

  49. L’hémine et le charivari
    15 juin 2014

  50. Main basse sur les reliques de Benoît et Scholastique
    15 août 2014

  51. Venance Fortunat, auteur de « Frère Jacques » ?
    15 septembre 2014

  52. Marmite bouillante, amitié florissante
    1er décembre 2014

  53. L’érysipèle, l’hérésie et le Christ médecin
    15 janvier 2015

  54. Erasme et le vin de Nîmes
    15 avril 2015

  55. Confession ou rétractation ?
    1er juin 2015

  56. Le Purgatoire, ou l’Enfer climatisé
    15 juillet 2015

  57. Le Bréviaire d’Alaric ou le salut (pour Bessus) par les Wisigoths
    15 septembre 2015

  58. Haro gaulois sur les stylites !
    1er novembre 2015

  59. Polémique monastique en Armorique et menace de burn-out pour Bessus
    1er mars 2017

  60. Romanos le Mélode : plus fort que le son des cloches et des orgues !
    15 décembre 2015

  61. De l’allitération au kakemphaton et du kakemphaton à l’Hypapante
    15 février 2016

  62. Du bréviaire hispano-mozarabe au sang de Jupiter
    15 juin 2016

  63. L’ascension du Mont Ventoux, un « copié-collé » de celle du Crêt Pourri, ou : Pétrarque a-t-il plagié Bacchus ?
    15 août 2016

  64. Corrupticoles, phantasiastes et dyscoles, ou la mise en abyme de Bessus
    1er novembre 2016

  65. La « Divine Liturgie » de Jean Chrysostome au monastère de Saint Oyend ?
    1er janvier 2017

  66. L’appel au secours de Silvania : Bacchus tenté par l’enkratéia
    1er juin 2017

  67. Proskynèse, douleurs articulaires et crottes de bouquetins
    1er août 2017

  68. Résurrection de Bacchus selon Sédulius
    1er octobre 2017

  69. Ordination presbytérale au pays des Colliberts : une première !
    1er février 2018

  70. Archives en péril au monastère des Îles d’Hyères
    15 mars 2018

  71. Epanadiplose, Buisson ardent et Troussepinette, ou le retour victorieux de Bessus au jardin
    1er juillet 2018

  72. Sacramentaires gélasiens et souris théophages
    15 septembre 2018

  73. Des Odes de Salomon au jaune liturgique
    15 décembre 2018

  74. Il était une fois … La (fausse) question de l’âme des femmes
    1er avril 2019