Caritaspatrum
Accueil du siteCHRONICAE WELLENSISCorrespondance campagnarde
Dernière mise à jour :
samedi 20 mai 2017
Statistiques éditoriales :
774 Articles
1 Brève
73 Sites Web
25 Auteurs

Statistiques des visites :
96 aujourd'hui
324 hier
446862 depuis le début
   
La tentation de Saint Hilaire. Un parchemin retrouvé.
vendredi 15 avril 2011
par Annie WELLENS
popularité : 10%

Plus véloce que le Bubulcus ibis [1] qui, actuellement, doit voltiger dans tes marais auprès des troupeaux, je m’empresse de te transmettre une émouvante nouvelle, Bessus ami, surtout pour toi, si proche géographiquement de celui qu’elle concerne. Ne t’étonne pas que je parle au présent du grand Hilaire de Poitiers, puisqu’il s’agit de lui, alors que sa naissance au ciel date déjà de presque trois cents ans, mais Silvania et moi sommes encore dans le bouleversement opéré par le récit que vient de nous faire notre ami Josselinus concernant une découverte récente sur l’emploi du temps pré-exilique de l’épiscope picton.

Tu te souviens, bien sûr, que notre hardi combattant au service de l’orthodoxie de la foi rencontra l’hostilité de l’obscène collusion des forces ariennes impériales et - trois fois hélas ! - épiscopales. Il fut l’objet d’une infâme sentence d’exil en Phrygie, au cours du Synode de Béziers, en 356, annus horribilis que je n’évoque jamais sans frémir. Souvent, au cours de nos soirées bénies sous les tilleuls régnant dans le jardin de Josselinus, nous nous étions demandé où et comment Hilaire vécut les jours qui suivirent sa condamnation et précédèrent son départ. Nous le savons maintenant grâce aux travaux entrepris dans sa cave par un viticulteur de Vingrau à 45 lieues de Béziers, qui vient de retrouver un parchemin,malheureusement en mauvais état, au milieu de débris d’amphore [2].

Plusieurs savants ont confronté leurs lectures et sont unanimes pour y reconnaître notre Hilaire comme signataire, et un certain Arsène Lup…(la fin du nom manque) comme destinataire. Selon les éléments de textes qu’ils ont pu déchiffrer, notre lutteur très saint traversait une grave crise de découragement, se sentant mis plus bas que terre par la décision du Synode de Béziers…, se demandant, avec crainte et tremblement, s’il ne devrait pas abandonner l’épiscopat pour se consacrer à la viticulture, car il se considérait désormais indigne des Vignes du Seigneur. Cette nouvelle voie l’attirait, certainement par goût profond manifesté dans ce document par la citation d’Horace mise en exergue : Maintenant il faut boire, maintenant il faut frapper la terre d’un pied léger. Mais, de plus, son énergie combative retrouvait là, semble-t-il, un nouvel aliment en constatant l’exploitation qu’avaient fait subir les Romains aux viticulteurs gaulois, et la falsification qu’avaient fait subir au vin, pour des raisons de concurrence commerciale, les viticulteurs gaulois. Double vicissitude, sinon double péché, digne du tentateur à la langue bifide. Désormais je veux défendre l’intelligence de la vigne et la vérité du vin, lit-on dans les dernières lignes sauvegardées du parchemin, ce qui résonne, tu le reconnaîtras, comme de l’authentique Hilaire. Connaissant la suite de sa vie nous pouvons en conclure qu’il a renoncé à cet appel, sans doute trop personnel, pour continuer en toute confiance sa route vers l’exil.

Josselinus, bon historien et authentique poète, mais médiocre goûteur de crus vinicoles, a demandé à son ami et voisin Franciscus, héritier spirituel d’Ausone en discernement œnologique et littéraire, ce qu’Hilaire avait voulu signifier par la double vicissitude. Franciscus lui a rappelé que les Romains, après la conquête de la Gaule du Sud, ont voulu réglementer le vignoble de la province, interdisant aux vignerons non romains de cultiver la vigne et l’olivier. A l’époque d’Hilaire, un nouvel équilibre « gallo-romain » permettait un partage plus paisible des vignes, mais les Gaulois de souche n’hésitaient pas, pour vendre davantage en séduisant les acheteurs potentiels avec des arômes nouveaux, à travestir le goût et le parfum des vins par l’adjonction de plantes et d’herbes telles la lavande, la gentiane ou l’anis. Enivrés par leurs inventions marchandes, certains allaient même jusqu’à enfumer les lieux où vieillissait le vin.

Bessus très cher, tu auras à cœur, je l’espère, de communiquer aux Pictons d’aujourd’hui, cette découverte projetant un émouvant clair-obscur sur l’homme intérieur hilairien. Quoi que l’on dise de la difficulté de ses hymnes, je retrouve avec joie en elles l’affrontement de la pensée exigeante et du Mystère qui toujours se dérobe, comme dans ces lignes de son « Hymne à la Trinité » : Mais la lettre avec quoi nous te chantons / Ne nous permet pas, Dieu engendré / De dire la geste qui est la tienne / Et le chant de ta naissance, toi qui étais déjà Dieu.

Portez-vous bien dans la lumière prochaine de Pâques.

Bacchus

 

[1] Appelé familièrement aujourd’hui « héron garde-bœufs » (note de l’éditrice)

[2] Le vignoble et la cave - le « Domaine des Chênes » : excellents crus des Côtes du Roussillon - existent toujours. Vingrau est situé à 100 kilomètres de Béziers et à 30 kilomètres de Perpignan. Il semble que le nom vienne de « viginti gradi », les vingt grades ou les vingt marches : un chemin, menant au village datant de l’époque romaine, était constitué d’une voie pavée et de vingt marches taillées dans la falaise (note de l’éditrice)

Articles de cette rubrique
  1. De l’utilité de la navigation sur le Net.
    1er juin 2008

  2. Quand Bacchus s’intéresse aux Pères...
    15 juillet 2008

  3. Promesse de vendanges spirituelles.
    1er septembre 2008

  4. Pédagogie spirituelle
    15 octobre 2008

  5. Appétit de sciences
    1er décembre 2008

  6. Fièvre sternutatoire
    15 janvier 2009

  7. Agacements machistes...
    1er mars 2009

  8. Rencontre après Martin
    15 avril 2009

  9. Coup de tonnerre.
    1er juin 2009

  10. D’une correspondance à l’autre.
    15 juillet 2009

  11. Querelle hymnologique
    1er septembre 2009

  12. Entre vin nouveau et table tournante
    15 octobre 2009

  13. Vers la Lumière.
    1er décembre 2009

  14. De la réduction de texte à la réduction de tête
    15 janvier 2010

  15. D’un hymnographe à l’autre.
    1er mars 2010

  16. Où se résolvent heureusement deux affaires douloureuses pour Bacchus
    15 avril 2010

  17. Terreur volcanique
    1er juin 2010

  18. Douceur médocaine
    15 juillet 2010

  19. Une première liturgique à Mediolanum Santonum : le 15 août
    1er septembre 2010

  20. Turbulences intérieures et menaces incendiaires
    15 octobre 2010

  21. Trafic d’influences, d’Orphée à Grégoire de Nazianze
    1er décembre 2010

  22. De la colère aux larmes : rigueurs de l’exégèse et soucis de voisinage
    15 janvier 2011

  23. Commando colombanophile dans le Golfe des Pictons
    1er mars 2011

  24. La tentation de Saint Hilaire. Un parchemin retrouvé.
    15 avril 2011

  25. Dur printemps pour les Pictons.
    1er juin 2011

  26. Chrysostom’attitude en Narbonnaise.
    15 juillet 2011

  27. La monachomyomachie ou les moines contre les mulots
    1er septembre 2011

  28. Origène for ever !
    15 octobre 2011

  29. Lumière nouvelle sur le péché de saint Patrick.
    1er décembre 2011

  30. Discernement spirituel par correspondance
    15 janvier 2012

  31. Dégel intérieur mais frimas extérieurs. Bonus : un scoop sur les ragondins.
    1er mars 2012

  32. Le phénix de Lactance et le vin de Muscat, ou la thérapeutique spirituelle de Silvania
    15 avril 2012

  33. A mystagogie déplacée, liturgie dévoyée
    1er juin 2012

  34. De la pluie aux larmes, que d’eau ! que d’eau !
    15 juillet 2012

  35. Virgile, le Pseudo-Longin, Antoine et Athanase, même combat !
    1er septembre 2012

  36. De Johannes-Petrus à Doliprane de Céphalée.
    15 octobre 2012

  37. Picnolepsie et antiennes Ô
    1er décembre 2012

  38. Bacchus, vous avez dit : « dévarié » ?
    15 janvier 2013

  39. De Bethléem à Madiran : nouvelles lueurs sur le caractère de Jérôme
    1er mars 2013

  40. La joyeuse cinquantaine
    15 avril 2013

  41. D’Eugène de Tolède aux « énergumènes »
    1er juin 2013

  42. Sentiment océanique
    15 juillet 2013

  43. Des « astrologues chrétiens » : oxymore ou coquecigrue ?
    1er septembre 2013

  44. Les « reliques » ou le feu aux poudres
    15 octobre 2013

  45. Esclave, chasse les mouches !
    1er décembre 2013

  46. Mystère de l’esperluette
    15 janvier 2014

  47. Du Verbe abrégé à la bulle d’eau humaine
    1er mars 2014

  48. Benoit et Colomban : même combat spirituel ?
    1er mai 2014

  49. L’hémine et le charivari
    15 juin 2014

  50. Main basse sur les reliques de Benoît et Scholastique
    15 août 2014

  51. Venance Fortunat, auteur de « Frère Jacques » ?
    15 septembre 2014

  52. Marmite bouillante, amitié florissante
    1er décembre 2014

  53. L’érysipèle, l’hérésie et le Christ médecin
    15 janvier 2015

  54. Erasme et le vin de Nîmes
    15 avril 2015

  55. Confession ou rétractation ?
    1er juin 2015

  56. Le Purgatoire, ou l’Enfer climatisé
    15 juillet 2015

  57. Le Bréviaire d’Alaric ou le salut (pour Bessus) par les Wisigoths
    15 septembre 2015

  58. Haro gaulois sur les stylites !
    1er novembre 2015

  59. Polémique monastique en Armorique et menace de burn-out pour Bessus
    1er mars 2017

  60. Romanos le Mélode : plus fort que le son des cloches et des orgues !
    15 décembre 2015

  61. De l’allitération au kakemphaton et du kakemphaton à l’Hypapante
    15 février 2016

  62. Du bréviaire hispano-mozarabe au sang de Jupiter
    15 juin 2016

  63. L’ascension du Mont Ventoux, un « copié-collé » de celle du Crêt Pourri, ou : Pétrarque a-t-il plagié Bacchus ?
    15 août 2016

  64. Corrupticoles, phantasiastes et dyscoles, ou la mise en abyme de Bessus
    1er novembre 2016

  65. La « Divine Liturgie » de Jean Chrysostome au monastère de Saint Oyend ?
    1er janvier 2017