Caritaspatrum
Accueil du siteCOLLOQUES DE PATRISTIQUE DE LA ROCHELLELes Pères de l’Eglise et la chair
Dernière mise à jour :
jeudi 25 mai 2017
Statistiques éditoriales :
775 Articles
1 Brève
73 Sites Web
25 Auteurs

Statistiques des visites :
12 aujourd'hui
326 hier
448053 depuis le début
   
Entre incarnation et diabolisation, les premiers chrétiens au risque du corps
lundi 15 août 2011
par Pascal G. DELAGE
popularité : 6%

Entre incarnation et diabolisation, les premiers chrétiens au risque du corps

Chez nombre de nos contemporains marqués par la pensée de Nietzsche ou plus récemment par les considérations de Michel Onfray, le christianisme est la religion de la négation de la chair. La chair comme lieu de l’épanouissement du désir sexuel mais pas seulement : que l’on pense à la bonne chère des gourmets, à l’effort magnifié des sportifs, au bien-être procuré par une thalassothérapie…

Or, comment ne pas être frappé par ce paradoxe : au cœur de la foi chrétienne, il y a l’incarnation, le « devenir-chair » de Dieu, et au cœur de sa pratique, la communion à la chair du Christ ?

Comment rendre compte d’un tel décalage – s’il est bien effectif – entre les présupposés de la foi chrétienne et ses réalisations historiques et contingentes ? Certes il y a bien Paul de Tarse et sa mise en garde contre l’empire de la chair, mais c’est très rapidement sur les Pères de l’Eglise et leurs enseignements que se porte le soupçon.

A partir d’Origène (début IIIe siècle) se multiplient les appels à la continence et les discours affirmant la supériorité du célibat sur le mariage. Les chrétiens désertent les lieux habituels de la sociabilité gréco-romaine que sont le stade, le théâtre ou encore les thermes. La frugalité du monachisme frise parfois la mise en danger d’autrui. Tout cela pour soumettre la chair, quitte à l’assommer !

Il reste à vérifier si une telle présentation aussi rapide qu’interprétative est conforme à ce qu’ont vécu réellement les premiers chrétiens de cette relation à la chair comme lieu de leur « être au monde ». C’est à cette tâche que va s’efforcer de répondre le Ve colloque de Patristique de La Rochelle.

Susanne et ses accusateurs

PRESENTATIONS DES COMMUNICATIONS

Vendredi matin - 9 h 00 - 12 h 30

Problématiques bibliques et premiers jalons.

- Yves-Marie BLANCHARD (Institut Catholique de Paris).

La dialectique chair / esprit dans l’Evangile de Jean : théologie, anthropologie, herméneutique.

- Marc COUMONT (pasteur, Eglise réformée de France).

Selon la chair et selon l’esprit, approches pauliniennes.

- Bernard POUDERON (Université de Tours et IUF).

La chair de Marie chez Justin de Rome et les gnostiques.

- Marie-Laure CHAIEB (Institut Catholique de l’Ouest).

La faiblesse de la chair selon Irénée de Lyon : de l’opiniâtreté théologique à assumer la corporéité dans la relation à Dieu.

- Magdalena DIAZ-AJAURO (Université Paris IV – Sorbonne).

Le « péché de la chair » dans la Vie grecque d’Adam et Eve. La relation entre la chair et le mauvais penchant dans une tradition judéo-hellénistique.

Vendredi après-midi - 14 h 00 - 18 h 00

Approfondissement doctrinal et nouvelles pratiques

- Gilles DORIVAL (Université Aix – Marseille I).

Origène, théologien de la chair.

- Jérôme ALEXANDRE (Collège des Bernardins).

Tertullien ou la chair paradoxale.

- Marie-Françoise BASLEZ (Université de Paris IV – Sorbonne).

Du corps anéanti au corps glorifié : représenter et penser le corps des martyrs (dans la littérature chrétienne des trois premiers siècles).

- Emmanuel SOLER (Université de Rouen).

Incarnation, corps saints et purification des corps dans la prédication chrysostomienne.

- Benoît JEANJEAN (Université de Brest)

A propos des œuvres de la chair, l’utilisation de Gal. 5, 19-21 chez les Pères latins.

- Delphine VIELLARD (Université de Strasbourg)

Les citations de Jérôme et d’Augustin au sujet de la chair dans la tradition canonique jusqu’à Gratien.

Samedi matin - 9 h 00 - 12 h 30

Entre répulsion et apprivoisement

- Michel COZIC (Université de Poitiers).

De la chair assagie par la maladie : les lettres du moine Eutrope.

- Aline CANELLIS (Université de Saint-Etienne).

Jeûne et éloge de la gourmandise dans le De Helia et ieiunio d’Ambroise de Milan.

- Françoise THELAMON (Université de Rouen).

Ascèse alimentaire et vie angélique : l’idéal de perfection des moines d’Égypte.

- Pascal-Grégoire DELAGE (Séminaire de Bordeaux).

De la chair éprouvée des saintes femmes.

- Sophie MALICK-PRUNIER (Université de Lille).

Horace et le psautier : images plurielles du corps féminin chez les premiers poètes chrétiens.

Samedi après-midi - 14 h 00 - 17 h 30

La chair comme lieu de salut

- Marcel METZGER (Université de Strasbourg)

Sexualité et mariage dans les Constitutions apostoliques : la voie moyenne.

- Benoît GAIN (Université de Grenoble)

La défense du mariage en Asie Mineure et en Syrie au IVe siècle.

- Dominique LHUILLIER-MARTINETTI (Université de Rennes 2)

Le mariage et l’inflexion chrétienne.

- François-Xavier BERNARD (Université de Paris IV – Sorbonne)

Le corps malade et les pratiques médicales dans l’œuvre d’Augustin.

- Pierre DESCOTES (Université de Paris IV – Sorbonne)

Nihil est animae sua carne propinquius  : les rapports entre la chair et l’âme selon saint Augustin.

Dimanche matin - 9 h 30 - 12 h 00

Actualisation et perspectives

- Jean-Claude LARCHET (patrologue et théologien orthodoxe).

La valorisation du corps dans la théologie, l’anthropologie et la spiritualité patristiques.

- Annie WELLENS (écrivain, directrice de collection aux éditions du Cerf).

Du discernement œnologique chez les Pères de l’Église. Boire ou se bien conduire, faut-il choisir ?

- Véronique MARGRON (Institut Catholique de l’Ouest).

Aujourd’hui les chrétiens au risque du corps : entre crainte et désir.

Lieu du colloque :

Faculté de Droit et de Sciences Politiques de La Rochelle

45, rue François Vaux-de-Foletier - La Rochelle

(Domaine universitaire près de la Maison de La Rochelle - Quartier des Minimes).

Pour toute demande de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter

 
Documents joints à cet article :