Caritaspatrum
Accueil du siteLES MERES DE L’EGLISE ET AUTRES DAMESLes filles des tentes
Dernière mise à jour :
mercredi 5 août 2020
Statistiques éditoriales :
863 Articles
1 Brève
78 Sites Web
68 Auteurs

Statistiques des visites :
0 aujourd'hui
1818 hier
865746 depuis le début
   
Riqâsh, la mère du tombeur de Zénobie
mardi 20 mars 2018
par Pascal G. DELAGE
popularité : 12%

Lorsque l’enfant naquit, on lui donna le nom d’Arm et il fut adopté par son oncle Gadhîma qui l’éleva comme l’un de ses fils et lui donna un collier d’or. Toutefois à l’âge de 10 ans, l’enfant fut enlevé [2] et il ne revint à la cour de Gadhîma que 10 ans plus tard. Lorsque Gadhîma entra en conflit avec les banu Odeinath vers 275, il confia le leadership de la nébuleuse tanoukhide à son neveu Adï.

Après la mort du sheik Gadhîma, la guerre dut faire rage et la cité d’Umm al-Jimal fut détruite de fond en comble. Probablement que comme à leur habitude, les seigneurs des sables se retirèrent alors loin dans le désert, non loin de la frontière perse, dans la région d’Hira. Cette cité deviendra alors un des pôles majeurs du monde arabe dans l’Antiquité tardive.

Quand l’empereur Aurélien reprit l’initiative de la lutte contre Zénobie en 272, Arm put faire partie des princes arabes qui l’épaulèrent dans sa reconquête du limes oriental. En effet, les traditions arabes font de ce prince un des artisans de la chute de Zénobie, ayant réussi à pénétrer dans Palmyre avec ses soldats cachés dans les lourds ballots de soierie transportés par une caravane. La reine elle-même s’étonnait de l’étrange allure des chameaux : « Pourquoi ces chameaux marchent-ils si lentement ? Portent-ils des pierres ou du fer ? Ou du plomb froid et lourd, ou des hommes ramassés et pliés sur eux-mêmes ? » Entrés dans la forteresse palmyrénienne, les hommes d’Arm commencèrent le massacre et lui-même se précipita chez la reine. Toutefois parvenant à faire mentir la prophétie qui lui avait annoncé qu’elle mourrait de la main d’Arm, Zénobie s’empoisonna et Arm ne put que l’achever.

Selon les sources romaines et de façon plus vraisemblable, la reine de Palmyre fut capturée vivante par des éclaireurs arabes en août 273, et après avoir figuré dans le triomphe d’Aurélien à Rome, elle termina sa vie en exil doré dans une villa de Tibur (Tivoli) près de Rome.

Quand au fils de Riqâsh, il réunit le royaume de Mésopotamie à celui d’Irâq, et tous les Arabes se soumirent à lui. Il occupa le trône pendant cent vingt ans, puis il mourut. L’empire demeura entre les mains de ses descendants comprenant l’Irâq, la Mésopotamie, le désert et le Hijâz, et cet empire passa de père en fils pendant l’espace de cent ans. On les appelle les rois nasrites ; leurs faits et gestes sont racontés dans les livres arabes et persans. Pendant ce temps, le territoire situé entre le Jîhoun et le Holwan était en la possession des rois des Provinces, et les pays de Roum et de Syrie entre les mains des empereurs, jusqu’à l’avènement d’Ardashir Bâbagân [3] qui soumit les rois des Provinces, et leur enleva la Perse et le Khorâsan, et qui prit aussi aux rois nasrites l’Irâq et la Mésopotamie. Ardashir relégua ses rois dans le Bahraïn, dans le désert et dans le Hijâz, où ils furent sous sa domination… et il leur donna un roi de la famille d’Arm, fils d’Adï [4].

De fait, Arm le Nasrite dont l’historicité est bien attestée (il régna dans le dernier quart du IIIe siècle), dut composer rapidement avec la puissance montante des Sassanides et installa ses campements tout autour du désert septentrional d’Arabie, faisant de la cité d’Hira une de ses places fortes, peut-être même sa capitale, ce qui ne l’empêchait pas le cas échéant de se réfugier en direction du limes romain.

Maurice Sartres rappelle pour sa part que Arm b. Adî était un descendant de la dynastie arabe qui régnait sur Edesse [5]

 

[2] par les djinns, disent les traditions, plus probablement par des membres de la tribu de son père

[3] premier roi sassanide, 226-242

[4] D’après Tabari, Histoire des prophètes et des rois

[5] in D’Alexandre à Zénobie, histoire du Levant antique, Fayard, 2001, p. 987