Caritaspatrum
Accueil du siteSOURCES
Dernière mise à jour :
vendredi 20 septembre 2019
Statistiques éditoriales :
825 Articles
1 Brève
76 Sites Web
54 Auteurs

Statistiques des visites :
18 aujourd'hui
277 hier
743796 depuis le début
   
Grégoire le Grand, « Morales sur Job ». Sixième partie (Livres XXX-XXXII).
dimanche 20 juin 2010
par Jean-Claude LARCHET
popularité : 1%

Les « Morales sur Job » (que l’on désigne souvent de leur nom latin « Moralia ») consistent en un volumineux commentaire du Livre de Job, élaboré par le futur pape Grégoire le Grand un peu après 579, alors qu’il était encore diacre et exerçait la fonction d’apocrisiaire (légat) du pape Pélage II à Constantinople. Autour de lui se trouvait un groupe de moines dont il était le père spirituel. C’est à leur demande qu’il entreprit de commenter le Livre de Job. Il était alors âgé de quarante ans. Le commentaire fut fait oralement. Sa mise par écrit fut réalisée sur la base des notes préparatoires de Grégoire et d’enregistrements sténographiques ; elle prit la forme finale de six volumes et trente-cinq livres. La collection « Sources chrétiennes » comportait déjà quatre volumes des « Morales sur Job », incluant les livres I-II, XI-XIV, XV-XVI, XXVIII-XXIX. Le présent volume nous offre les livres XXX-XXXII qui ont pour objet le commentaire de Job 38,34 à 40,14.

Ce commentaire donne à l’auteur l’occasion d’aborder des thèmes très divers, parmi lesquels : le « lieu du cœur », le silence de l’âme, la passion de gourmandise en ses formes multiples, la charité, les biens temporels et les biens éternels, la pénitence, le combat spirituel, le discernement, les sept vices capitaux (leur nature et les relations qu’ils entretiennent entre eux), la confession, la lutte contre les tentations, les vertus, la contemplation et la vision de Dieu… Une place importante dans ces chapitres est accordée, en relation avec la thématique dominante de chapitres commentés, à l’acquisition du discernement et à la vertu d’humilité.

Plutôt que l’adjectif « moral », il conviendrait, pour le titre, d’utiliser l’adjectif « éthique », dérivé du mot grec « ethos » qui, dans son sens ancien (conservé aujourd’hui encore par l’Église orthodoxe) n’a pas de connotation moraliste mais signifie « comportement » ou « mode de vie » ; la morale désigne alors la façon dont il convient de se comporter, intérieurement et extérieurement, pour vivre en Christ ; c’est ce que la spiritualité orientale désigne généralement par le mot « ascèse » compris dans son sens large. On trouvera dans les commentaires de Grégoire, centrés sur la vie spirituelle, un contenu très proche de celui que l’on trouve dans l’enseignement spirituel des Pères grecs de son époque ou des époques antérieures, dont il a assidûment fréquenté les écrits lors de son long séjour à Constantinople et dont il est fortement imprégné. C’est la raison pour laquelle Grégoire le Grand a été l’un des Pères latins les plus connus et les plus lus en Orient. Comme exemple de l’interprétation très fine de Grégoire qui fait passer l’esprit avant la lettre et dépasse tout légalisme en faisant usage d’un grand discernement, on peut citer le passage suivant qui concerne la passion de gourmandise :

« Il faut savoir en outre que le vice de la gourmandise nous tente de cinq manières : tantôt elle devance l’heure d’un réel besoin ; tantôt, sans devancer cette heure, elle recherche des mets plus délicats ; tantôt elle apporte trop de soin à préparer le moindre aliment ; tantôt, tout en gardant la mesure pour la qualité et l’heure des repas, elle commet des excès dans la quantité. Parfois, il arrive aussi que, tout en désirant des mets assez ordinaires, elle entraîne cependant à pécher gravement à cause de l’ardeur même d’un désir sans mesure. C’est une sentence de mort que Jonathan mérita de la bouche de son père pour avoir mangé du miel avant l’heure prévue. Même le peuple élu que Dieu avait fait sortir d’Égypte succomba dans le désert pour avoir méprisé la manne et demandé en guise de nourriture de la viande, qui lui semblait un aliment meilleur. De même, la première faute des fils d’Héli eut lieu quand, à leur suggestion, le serviteur du grand prêtre ne voulut pas prendre, selon l’usage ancien, des viandes cuites provenant du sacrifice, mais rechercha des viandes crues qu’il apprêterait avec plus de soin. Ainsi, quand il est dit à Jérusalem : “Voici quelle fut l’iniquité de Sodome, ta sœur : l’orgueil, la satiété de pain et l’abondance”, cela nous indique clairement qu’elle perdit son salut parce que, outre le vice de l’orgueil, elle dépassa la mesure d’une nourriture modérée. Ésaü, lui aussi, perdit son honneur de fils aîné pour avoir désiré avec trop d’avidité un plat vulgaire, c’est à dire des lentilles ; lorsqu’il les préféra, ayant vendu même son droit d’aînesse, il montra combien il était haletant de convoitise pour elles. Le mal n’est pas dans la nourriture, mais dans la convoitise. Nous prenons souvent des mets excellents sans aucun péché, et goûtons à des mets vulgaires non sans reproche de notre conscience. Nous avons vu Ésaü perdre son droit d’aînesse pour des lentilles, tandis qu’Élie, au désert, garda sa vigueur physique en mangeant de la viande. Comme l’antique ennemi sait que ce n’est pas la nourriture, mais un désir désordonné de nourriture qui est cause de damnation, il se soumit le premier homme non par de la viande, mais par un fruit, et, de même, il tenta le second Adam, non avec de la viande, mais avec du pain. Il arrive donc souvent que l’on commette la faute d’Adam même en prenant des nourritures ordinaires et de bas prix. Car Adam n’est pas le seul qui ait reçu l’interdiction de prendre du fruit défendu. Quand Dieu nous fait savoir que certains aliments sont contraires à notre santé, c’est comme s’il nous les interdisait par un ordre formel. Et quand nous prenons avec concupiscence ce qui nous est nuisible, que faisons nous d’autre que goûter à ce qui est défendu.

 
Articles de cette rubrique
  1. « Les « Propos sur la contrition » de Jean Chrysostome et le destin d’écrits de jeunesse méconnus »
    20 mai 2010

  2. « L’Eucharistie, école de vie » chez Jean Chrysostome
    15 février 2010

  3. Origène, « Commentaire sur l’Épitre aux Romains », vol. I, Livres I-II.
    20 février 2010

  4. Les symboles du christianisme ancien (Ier-VIIe siècle) de Gérard-Henry Baudry.
    10 avril 2010

  5. Grégoire le Grand, « Morales sur Job ». Sixième partie (Livres XXX-XXXII).
    20 juin 2010

  6. Paroles et exemples des Anciens. Recueil ascétique de Paul Evergétinos
    20 juillet 2010

  7. « Paroles et exemples des Anciens. Recueil ascétique de Paul Evergétinos », tomes 3 et 4.
    20 août 2010

  8. « La tradition grecque de la Dormition et de l’Assomption de Marie ».
    20 septembre 2010

  9. Jean Damascène, « La Foi orthodoxe »
    20 octobre 2010

  10. Actes et passions des martyrs chrétiens des premiers siècles
    20 novembre 2010

  11. Philippe Henne, « La Bible et les Pères »
    20 décembre 2010

  12. Maxime le Confesseur, « Questions à Thalassios (I-XL) ».
    25 janvier 2011

  13. Grégoire de Nysse, « Contre Eunome, I » (vol. 2)
    25 février 2011

  14. Stephane Bigham, « Les images chrétiennes »
    25 mars 2011

  15. Patristique et oecuménisme : thèmes, contextes, personnages
    20 avril 2011

  16. Philippe Henne, « Tertullien l’Africain »
    20 mai 2011

  17. Clément d’Alexandrie, « Quel riche sera sauvé ? »
    25 juin 2011

  18. « L’Antichrist ». Anthologie introduite par Cristian Badilita
    25 juillet 2011

  19. Alexandre Faivre, « Chrétiens et Eglises, des identités en construction ».
    15 septembre 2011

  20. Origène, « Commentaire sur l’Épître aux Romains, tome III, Livres VI-VIII »
    25 octobre 2011

  21. Évagre le Scholastique, « Histoire ecclésiastique - Livres I-III »
    30 novembre 2011

  22. Riches et pauvres dans l’Église ancienne
    30 janvier 2012

  23. Saint Maxime le Confesseur (580-662)
    20 mars 2012

  24. Recension « Les Pères de l’Eglise et la chair »
    20 avril 2012

  25. Patristique et œcuménisme : thèmes, contextes, personnages.
    15 juin 2012

  26. Textes en ligne des Pères dans la Foi - sur Migne.fr
    15 juillet 2012

  27. « Basile le Grand » de Philippe HENNE
    20 juillet 2012

  28. Antonio Orbe, « Introduction à la théologie des IIe et IIIe siècles »
    20 août 2012

  29. Maxime le Confesseur, « Questions à Thalassios », vol. 2
    20 octobre 2012

  30. Recension : Cyprien de Carthage, « Ceux qui sont tombés »
    20 novembre 2012

  31. Grégoire de Nysse, « Contre Eunome », II.
    15 décembre 2013

  32. Origène, « Commentaire de l’épître aux Romains », Livres IX-XI.
    20 décembre 2012

  33. Jean Chrysostome, « Homélies sur la Résurrection, l’Ascension et la Pentecôte », tome 1.
    15 mars 2014

  34. Amphiloque d’Iconium, Homélies – Fragments – Lettres
    15 février 2013

  35. « Divine liturgie de saint Jacques, Frère du Seigneur en slavon et en français »
    5 juillet 2014

  36. « La lettre au service du Verbe ». Correspondance de Paulin de Nole.
    25 avril 2013

  37. Philippe Henne, « Le vertige divin. La saga des stylites »
    5 août 2014

  38. Anastase le Sinaïte, « Trois homélies », suivies de « Questions et réponses spirituelles et pastorales choisies ».
    20 juillet 2013

  39. « Prier quinze jours avec Jean Chrysostome » de Laurence Brottier.
    15 octobre 2014

  40. « Constantin le Grand. Empereur romain, empereur chrétien »
    20 août 2013

  41. « Discours ascétiques. Commentaires » d’Abba Isaïe.
    25 novembre 2014

  42. Eusèbe de Césarée, « Vie de Constantin ».
    20 octobre 2013

  43. Hiéromoine Macaire de Simonos-Pétra, « Le Synaxaire. Vie des saints de l’Église orthodoxe »
    25 janvier 2015

  44. Jean Chrysostome , « L’impuissance du diable ».
    20 novembre 2013

  45. Recension : Guillaume BADY, « Jean Chrysostome, Trop occupé pour t’occuper de ta vie ?
    20 avril 2015

  46. Père Théodore Papanicolaou, « La vision de la mort à la lumière des Pères de l’Eglise »
    25 mai 2015

  47. Grégoire de Nysse, Éloge de Grégoire le Thaumaturge. Éloge de Basile.
    25 décembre 2015

  48. Ambroise de Milan, « La fuite du siècle »
    10 février 2016

  49. Maxime le Confesseur, Questions à Thalassios,
    10 mars 2016

  50. Michel Quenot, « Maladie et guérison : les saints médecins anargyres »
    15 octobre 2016

  51. Pseudo-Denys l’Aréopagite « Les Noms divins, I-IV », « Les Noms divins V-XIII – La Théologie mystique »
    5 décembre 2016

  52. Philippe Henne, « Clément d’Alexandrie »,
    5 janvier 2017

  53. Grégoire de Nysse, « Réfutation de la profession de foi d’Eunome ».
    10 février 2017

  54. Cyrille d’Alexandrie, « Contre Julien », tome Il, livres III-V.
    25 avril 2017

  55. Grégoire Palamas, « Traités démonstratifs sur la procession du Saint-Esprit »
    25 mai 2017

  56. Isidore de Péluse, « Lettres, tome III, 1701-2000 »
    10 octobre 2017

  57. Evagre le Pontique, « Chapitres sur la prière ».
    10 décembre 2017

  58. Évagre le Pontique, À Euloge – Les vices opposés aux vertus.
    15 janvier 2018

  59. Grégoire de Nysse, Lettre canonique. « Lettre sur la Pythonisse » et autres lettres pastorales.
    10 février 2018

  60. Patrick Koelher, « Sainte-Odile. Le mont et les grâces »
    10 juillet 2018

  61. Jean Chrysostome, « Panégyriques de martyrs », tome I
    5 août 2018

  62. Grégoire de Nysse, « Homélies sur le Notre Père »
    5 septembre 2018

  63. Recension : Saint Grégoire Palamas, « Les Cent cinquante chapitres »
    10 janvier 2019

  64. Cyrille d’Alexandrie, Commentaire sur saint Jean. Tome I (Livre I)
    5 mars 2019

  65. Origène et la fonction révélatrice du Verbe incarné
    5 juin 2019

  66. L’Abeille et l’acier, Clément d’Alexandrie et Origène
    15 juillet 2019

  67. « Symphonia » La concorde des textes et des doctrines dans la littérature grecque jusqu’à Origène
    20 août 2019