Caritaspatrum
Accueil du siteLES MERES DE L’EGLISE ET AUTRES DAMESLa procession martyriale de Ravenne
Dernière mise à jour :
lundi 20 mars 2017
Statistiques éditoriales :
768 Articles
1 Brève
73 Sites Web
25 Auteurs

Statistiques des visites :
53 aujourd'hui
1126 hier
418945 depuis le début
   
Christina de Bolsena
lundi 30 novembre 2009
par Pascal G. DELAGE
popularité : 23%

Alors même que le premier évêque attesté de Volsinii est attesté précocement au début du IVe siècle [1], la ville demeura majoritairement païenne tout au long de ce siècle, illustrée entre autres par l’œuvre du poète et grand aristocrate Rufius Festus Avienus qui sacrifie encore à l’antique divinité Northia [2] vers 320/330. Toutefois deux nécropoles chrétiennes se constituent à la fin du siècle dont l’une, une catacombe, se structure autour d’une tombe sainte dès les années 360/70.

Une basilique sera ensuite construite dans le second quart du Ve siècle en l’honneur de cette martyre identifiée comme sainte Christina, la popularité de son culte étant illustrée par les très nombreuses sépultures qui se serrent auprès de la tombe sainte autant que par la diffusion du nom de la sainte parmi la population locale comme en témoigne une épitaphe du début Ve : Christina, que la paix soit avec toi et tous les saints [3].Toutefois l’important sarcophage retrouvé en 1880 dans le sous-sol de la basilique martyriale et contenant une urne funéraire où était gravée l’inscription : hic requiescit corpus beata Xristina martyris [4] est daté sûrement de la première moitié du Xe siècle, l’actuelle basilique romane ayant très probablement été élevée un peu plus tard au XIe sur l’ordre de la puissante duchesse de Toscane Mathilde.

Qui donc était Christina ? Si une légende médiévale en fait une jeune fille qui par fidélité à sa foi fut transpercée de flèches avant que son corps ne soit jeté dans le lac, les jambes lestées d’un morceau de basalte pour disparaître à jamais mais que ces coreligionnaires réussirent à préserver et à cacher, la martyre Christina semble bien avoir vécu sous des cieux plus orientaux.

En effet le Martyrologe hiéronymien ne connaît qu’une Christina qui souffrit sa passion un 24 juillet mais à Tyr en Phénicie. Cette même martyre est encore connue par un fragment de papyrus retrouvé en Egypte et daté du début du Ve siècle. Or la martyre de Bolsena est aussi fêtée le 24 juillet, ce qui semblerait bien indiquer que le culte de Christina dans la ville toscane soit né des reliques de la sainte phénicienne importées entre 350 et 370 par des pèlerins italiens comme à la même époque le moine Gaudentius (futur évêque de Brescia) rapporte d’Orient des reliques des 40 martyrs de Sébaste qu’il s’est procurées auprès des nièces de Basile de Césarée. Ce culte devint rapidement très populaire comme en témoignent tant les inhumations ad sancto pratiquées dès la fin du IVe siècle que la popularité du nom de la martyre déjà notée dans la communauté chrétienne. Il reste aussi l’hypothèse possible d’une matrone chrétienne portant le nomen (nom) ou même le cognomen (surnom) de Christina (la « Chrétienne ») dont les largesses pourraient être à l’origine de l’existence de la nécropole et dont l’homonymie aurait par la suite « attiré » le culte de la martyre orientale.

Toutefois dès le milieu du VIe siècle comme en témoigne la procession de Ravenne, Christina est considérée comme une martyre occidentale, figurant dans un groupe de saintes italiennes. Cependant la première attestation littéraire de la sainte de Bolsena ne date que du XIe et on la doit à Adon qui dans son martyrologe tente de réduire les contradictions entre les données hagiographiques orientales et l’existence du lieu de culte toscan, d’autant plus célèbre, qu’il se trouve sur la route des pèlerins se rendant à Rome, en inventant ingénument une ville de Tyro « circo lacum Vulsinum » [5] !

Christina de Bolsena
 

[1] En 313, Evandrius siège au consile de Rome. Cf art. « Evandrius » in Prosopographie Chrétienne du Bas-Empire, p. 661

[2] C.I.L., IV, 537

[3] I.C.I, n° 70

[4] Ici repose le corps de la bienheureuse martyre Christina

[5] P.L., 123, c 307

Articles de cette rubrique
  1. Euphémie de Chalcédoine.
    10 avril 2016

  2. Pélagie d’Antioche
    10 mai 2016

  3. Agathe de Catane
    10 juin 2016

  4. Agnès de Rome
    10 juillet 2016

  5. Eulalie de Mérida
    10 août 2016

  6. Cécile de Rome
    10 septembre 2016

  7. Lucie de Syracuse
    20 octobre 2016

  8. Crispina de Thagore
    20 décembre 2016

  9. Valeria de Milan
    20 janvier 2017

  10. Vincentia de Ravenne
    20 février 2017

  11. Perpétue de Carthage
    20 mars 2017

  12. Félicité de Carthage.
    5 juin 2009

  13. Justina de Padoue
    30 juin 2009

  14. Anastasia de Sirmium
    30 juillet 2009

  15. Daria de Rome
    30 août 2009

  16. Viviane de Rome
    30 septembre 2009

  17. Anatolia de Trebula
    30 octobre 2009

  18. Christina de Bolsena
    30 novembre 2009

  19. Savina de Vindena
    30 décembre 2009

  20. Eugenia de Rome
    30 janvier 2010