Caritaspatrum
Accueil du siteCHRISTIANISATION DE L’AQUITAINEAu Ve et VIe siècle en Aquitaine.
Dernière mise à jour :
jeudi 20 avril 2017
Statistiques éditoriales :
771 Articles
1 Brève
73 Sites Web
25 Auteurs

Statistiques des visites :
190 aujourd'hui
176 hier
438699 depuis le début
   
Brèves
VIENT DE PARAITRE
mercredi 1er février

Sylvain DESTEPHEN

LE VOYAGE IMPÉRIAL DANS ANTIQUITÉ TARDIVE : DES BALKANS AU PROCHE-ORIENT)

En 324, la fondation de Constantinople sur les rives du Bosphore modifie les voyages impériaux qui s’organisent désormais autour de la nouvelle capitale. D’abord considérée comme un point de départ ou de passage, Constantinople se transforme en lieu de pouvoir. La reconstitution des itinéraires permet de saisir l’évolution de l’Empire romain dans sa moitié orientale du IVe au Ve siècle, l’État et la cour avançant d’un même pas. Suivi de sa famille et de ses familiers, escorté par les hauts fonctionnaires et les officiers supérieurs, l’empereur se déplace sans cesse. La présence de parents et de courtisans, d’officiels et de soldats, montre que les voyages impériaux possèdent une dimension privée et publique autant que civile et militaire. L’ampleur de la suite et de l’escorte exige de vastes réquisitions pour fournir gîte et couvert, véhicules et attelages. Le système de cour, porté à sa perfection sous la dynastie théodosienne (379-450), circonscrit ensuite les voyages aux environs de Constantinople, devenue le cadre unique du faste impérial

Éditeur : Boccard

ISBN : 978-2-7018-0493-4

 
L’Eglise d’Aquitaine au Ve s. ou de l’art de gérer les transitions
vendredi 10 mars 2017
par Pascal G. DELAGE
popularité : 5%

Grandeurs et servitudes de l’épiscopat aquitain.

Il semble bien que les évêques d’Aquitaine comme ceux du reste de la Gaule se soient réjouis de la montée en puissance d’un roi pro-catholique, véritable « nouveau Constantin » et prêchant même la croisade « anti-arienne » si l’on en croit Grégoire de Tours : « C’est avec beaucoup de peine que je supporte que ces Ariens occupent une partie des Gaules. Marchons avec l’aide de Dieu et quand ils auront été vaincus nous soumettrons leur terre à notre domination » [1]. Les évêques ne se firent donc pas tirer l’oreille pour participer au premier concile « franc » convoqué par Clovis le 10 juillet 511. On y retrouve là Pierre de Saintes, Cronopius de Périgueux, Adelfius de Poitiers, Lupicinus d’Angoulême et Cyprianus de Bordeaux, le métropolitain de l’Aquitaine Seconde. Les canons de ce concile sont des réponses circonstanciées à des questions précises que posait Clovis comme la réintégration des prêtres ariens (c. 10) ou le statut des bénéficiaires du droit d’asile (c. 1-3). Le concile rappelle que l’Eglise est classiquement composée de laïcs et de clercs, mais de façon plus surprenante le canon 4, inspiré par le nouveau pouvoir, précise qu’il est interdit « d’ordonner un laïc ». Ce qui pose un problème. Ne pourront donc être clercs que des fils ou des petits-fils de clercs. Or l’Eglise depuis plus d’un siècle décourage le mariage des clercs. Fort heureusement le même c. 4 prévoit un compromis : un laïc pourra être finalement ordonné mais et seulement avec la permission du roi ou de son représentant (le comte). A Orléans, Clovis s’affiche donc non seulement comme le protecteur de l’Eglise catholique, la seule qui ait le droit d’exister, mais le roi franc se donne surtout le moyen d’une Eglise qui soit entièrement acquise à sa cause, chaque nomination épiscopale devant être avalisée par le pouvoir royal.

Nous en avons un exemple précoce pour notre région avec l’évêque Aphtonius d’Angoulême nommé vers 542/3 et qui, selon la Chronique d’Adhémar de Chabane (1, 16), aurait été un ancien officier du roi franc. Cette nomination allogène est peut-être à mettre en lien avec la zone de peuplement franc repérée entre Saintes et Angoulême (nécropoles de Chadnier, Biron, Herpes). Vers 566, toujours à Angoulême, lui succède un autre Franc, Maracharius, qui était jusque-là le comte de la cité. C’est d’ailleurs plutôt un bon évêque qui se dépense pour l’évangélisation et « construit de nombreuses églises et maisons religieuses ». Il meurt au bout de 7 ans d’épiscopat ayant été empoisonné – pense-t-on – par celui qui allait lui succéder, Fronton. Ce dernier ne survécut que quelques mois à la mort de Maracharus. Il s’en suivra une guerre privée entre le nouvel évêque d’Angoulême, Héraclius, et le neveu de Marachius, le nouvel évêque d’Angoulême récusant la thèse du complot [2]. Cette guerre fit de nombreux morts et ne prit fin qu’avec la mort imprévue – et donc miraculeuse – du neveu, Nanthin (celui-ci en avait surtout après les biens que son oncle Maracharius avait légué à l’Eglise d’Angoulême). Vers 583/4, Bordeaux reçoit comme évêque un personnage au lignage prestigieux, un prince franc, Bertranchmus, le fils d’Ingitrude, la sœur de la reine Ingonde (Bertrand était donc le cousin germain des rois Caribert, Gontran et Sigisbert). A la même époque, nous observons d’autres nominations de prélats d’origine franque tant à Poitiers (Marovée vers 570), qu’à Périgueux (Saffarius vers 590) ou Toulouse (Magnulphe vers 580).

 

[1] cf. Grégoire de Tours, Histoire des Francs, 2, 37

[2] cf. Grégoire de Tours, Histoire des Francs, 5, 36