Caritaspatrum
Accueil du siteLES MERES DE L’EGLISE ET AUTRES DAMESLes Mères d’Arménie
Dernière mise à jour :
mercredi 15 novembre 2017
Statistiques éditoriales :
789 Articles
1 Brève
73 Sites Web
31 Auteurs

Statistiques des visites :
336 aujourd'hui
409 hier
498442 depuis le début
   
Salomé d’Ibérie et la femme-apôtre
samedi 5 mai 2012
par Pascal G. DELAGE
popularité : 9%

De son épouse Achken, la fille d’Achkhadar - une géante, assurent les vieilles traditions - Terdat d’Arménie eut au moins trois enfants, le prince Khosrov, qui lui succéda en 330, et deux filles.

L’une d’entre elles, Salomé (Sogone), fut donnée en mariage vers 320 au prince ibère (géorgien) Rev et elle fut de ce fait associée à l’évangélisation de la Géorgie menée par une femme à l’histoire étonnante, l’ascète Nino.

La belle-mère de Salomé, la reine Nana était aux portes de la mort quand elle fut guérie miraculeusement par une kadag (captive) chrétienne du nom de Nino et qui résidait dans les faubourgs de la capitale Mcxéta, menant une vie ascétique avec quelques femmes d’origine juive.

Etonnés par la douceur et l’humilité de Nino, les habitants de la ville lui amenèrent un enfant malade qu’elle guérit miraculeusement. C’est à ce moment là que la reine Nana entendit parler d’elle et la fit venir auprès d’elle (Rufin, Histoire ecclésiastique, 1, 11). La guérison et la conversion de Nana entraînèrent celle du roi Miriam (probablement entre 331 et 337) et par voie de conséquence, la christianisation de la Géorgie.

Résidant à Mcxéta, le couple royal pressa Nino de rentrer à la capitale quand elle tomba malade au village de Bodé en Kartli. Résidant à Udzharma, la seconde ville du royaume, Salomé se rendit avec son époux et sa fille auprès de Nino et ils restèrent auprès d’elle pour la soigner et l’ensevelir à Bodé comme elle l’avait demandé, non sans avoir reçu ses derniers enseignements spirituels.

Après les disparitions successives de son époux, le prince Rev, de son beau-père Miriam vers 435, et de son beau-frère Méribanès vers 365, Salomé vit les Arméniens soutenus par les Romains tenter d’imposer le fils qu’elle avait donné à Rev comme roi d’Ibérie, mais en 368 les Sassanides (Perse) imposèrent son cousin Aspacurios sans que les Romains, occupés sur le front danubien, ne puissent réagir (Ammien Marcellin, 27, 12, 16).

Selon la Vie des rois de Kartli, 12 (un texte du VIIIe siècle), Salomé et son fils renoncèrent au trône d’Ibérie tant que régnerait un descendant d’Aspacurios Ier dont le fils Aspacurios II épousa la propre fille de Salomé. De cette union devaient naître deux fils : Bacurius qui fut otage des Romains et Comes Domesticorum de Théodose Ier, il régna sur l’Ibérie par la suite de 395 à 406 ; l’autre petit-fils de Salomé, Ultra, fut otage pour sa part à la cour de Shapur II, il est peut-être à identifier au roi géorgien Mihrdat qui régna de 409-411.

Eglise de Bobdé

Haut-lieu de l’orthodoxie géorgienne, l’église de Bobdé fut élevée à l’endroit que Nino choisit pour sa retraite et son inhumation. A sa mort, le roi Miriam décida de transférer son corps à Mtskhéta mais 200 personnes ne réussirent pas à soulever le cercueil. On en déduisit que la sainte désirait demeurer à Bobdé et elle y resta.