Caritaspatrum
Accueil du siteLES MERES DE L’EGLISE ET AUTRES DAMESLes Mères d’Arménie
Dernière mise à jour :
jeudi 20 avril 2017
Statistiques éditoriales :
771 Articles
1 Brève
73 Sites Web
25 Auteurs

Statistiques des visites :
273 aujourd'hui
176 hier
438782 depuis le début
   
Khosrovidukht, la Dame de Garni.
jeudi 5 avril 2012
par Pascal G. DELAGE
popularité : 6%

Fille du roi Khosrov Ier d’Arménie, cette princesse arsacide fut confiée à un noble arménien, Auta, après l’assassinat de son père (vers 285) alors que son frère Terdat fuyait en direction de l’empire romain.

Auta conduit à sa forteresse d’Ani, Khosrovidukht, « une jeune fille modeste comme une religieuse et qui n’avait pas du tout, comme les autres femmes, une bouche indiscrète » (Moïse de Khorène).

D’après l’Histoire d’Agathange (composée vers 490), après son rétablissement sur le trône en 298 avec l’aide des Romains de l’empereur Dioclétien, Terdat se rendit responsable du massacre d’Hrip’simê, de Gaianè et de leurs compagnes chrétiennes, des réfugiées grecques, sensiblement à la même époque où éclata la persécution de Dioclétien en 303.

A la suite de ce forfait, il perdit la raison : la légende veut même qu’il fut métamorphosé en sanglier (le totem d’un des dieux du panthéon arménien, Vahagn). Un songe révéla à Khosrovidukht, présente à Vagharchapat (Edjmiatzin), la capitale, que seule l’intervention d’un captif arménien revenu du territoire romain pourrait rendre la santé à son frère. La princesse se souvint alors d’un certain Grégoire jeté treize ans plus tôt dans un cul-de-basse-fosse du palais de l’ancienne capitale, Artachat.

Cet homme était le fils d’un prince arsacide, Anak, qui avait été le meurtrier de Khorsov Ier. Son fils Grégoire fut alors placé en sûreté à Césarée de Cappadoce où il se convertit au christianisme. Ce n’est que lors de son retour en Arménie que Grégoire fut arrêté sur l’ordre de Terdat et emprisonné à Artachat.

Délivré grâce à l’intervention de Khosrovidukht et après avoir pu assurer une sépulture décente à Hrip’simê et ses compagnes, Grégoire que l’on appellera bientôt l’Illuminateur, guérit le roi et le convertit au christianisme vers 311.

L’Arménie devenait la première nation officiellement chrétienne.

Grégoire fut consacré évêque par la suite à Césarée de Cappadoce.

Il s’appuya sur la force armée de Terdat pour assurer son œuvre d’évangélisation, détruisant les temples de l’ancienne religion et bâtissant à la place des églises, se faisant aussi seconder par des missionnaires grecs et syriens, allant jusqu’à imaginer de doter la jeune Eglise d’un clergé qu’il prendrait dans l’ancienne caste sacerdotale païenne. Vers 323 lui succéda son fils Aristakès qui participa au concile de Nicée en 325, la dignité de Catholicos d’Arménie devant être héréditaire jusqu’à la fin du IVe siècle mais Grégoire lui-même ne mourut que vers 328.

Curieusement un seul édifice païen survécut aux destructions du début du IVe siècle, l’élégant temple de Garni (premier siècle de notre ère), non loin de Dvin, car il passait pour servir de lieu de résidence d’été à Khosrovidukht. Il appartenait de fait à un ensemble palatial comprenant également des bains ornés de belles mosaïques (divinités marines) du IIIe siècle, mais à côté même du temple fut élevée une église dont il ne reste aujourd’hui que les fondations.

Temple de Garni

Seul temple arménien pré-chrétien parvenu jusqu’à nous, ce sanctaire appartenait au centre palatial qui remonterait au roi Terdat Ier mais les historiens l’attribuent maintenant plus volontiers au roi Terdat III, le frère de Khosrovidukht, tout au moins dans son dernier état.
L’océanide Thétys

Daté du IIIe siècle, l’ensemble thermal de Garni était organisé selon le modèle classique romain : vestibule, frigidarium, tepidarium et caldarium. Le vestibule était orné de mosaïques, les seules conservées en Arménie, mais malheureusement aujourd’hui en très mauvais état. Ces mosaïques représentaient des allégories marines, motifs typiques du Bas-Empire.