Caritaspatrum
Accueil du siteLES PETITES JOURNEES DE PATRISTIQUEMartin de Tours et l’évangélisation des campagnes de l’Ouest.
Dernière mise à jour :
jeudi 25 mai 2017
Statistiques éditoriales :
775 Articles
1 Brève
73 Sites Web
25 Auteurs

Statistiques des visites :
12 aujourd'hui
326 hier
448053 depuis le début
   
21 mars 2009 : Martin de Tours et l’évangélisation des campagnes de l’Ouest
jeudi 5 mars 2009
par Pascal G. DELAGE
popularité : 1%

21 mars 2009 : Saint Martin et l’évangélisation des campagnes de l’ouest.

Qu’est-ce qu’évangéliser ? Qu’est-ce que faire naître des communautés chrétiennes dans des cultures qui n’ont jamais entendu parler du Christ ? Qu’est-ce qu’être témoin d’une espérance qui nous permet d’aller sereinement vers demain au milieu d’autres systèmes de valeurs ou de croyances ?

Telle fut l’expérience de Martin, un ancien soldat, fondateur de la première communauté monastique d’Occident à l’instigation de l’évêque Hilaire de Poitiers, et que, bientôt, les chrétiens de Tours réclameront comme pasteur.

Or Martin était illettré, venait d’une région reculée et lointaine de l’empire romain, ne parlait pas le gaulois des paysans de l’Ouest. Pourtant en quelques années - de 371 à 397 -, il va devenir l’Apôtre des Gaules selon l’expression de son biographe Sulpice Sévère, ce que rappellent toujours aujourd’hui les 220 villes ou villages de France placés sous son patronage.

C’est à cette extraordinaire figure apostolique et à sa « stratégie missionnaire » que va s’attacher cette première Petite Journée de Patristique à Saintes.

La charité de Martin - Eglise de Nieul-les-Saintes (17)

Communications :

Léopold MAUREL (archéologue départemental)

La villa de l’époque gallo-romaine aux débuts du Moyen Âge : l’exemple du site de Saint-Saturnin du Bois en Charente-Maritime.

Dans le cadre d’un projet de lotissement communal, le Service départemental d’archéologie du Conseil Général de la Charente-Maritime a conduit une fouille dans la commune de Saint-Saturnin du Bois, non loin de Surgères. La fouille a permis de mettre au jour un établissement rural daté de l’époque gallo-romaine ainsi que plusieurs témoignages archéologiques d’une occupation du haut Moyen Age. Malgré d’importantes récupérations dues aux phases successives d’occupations, les bâtiments antiques présentent un état de conservation tout à fait exceptionnel aussi bien en ce qui concerne les maçonneries que les niveaux de sols découverts dans la plupart des cas sous des niveaux d’abandon et de démolition relativement épais (environ 30 cm en moyenne). Les différentes études actuellement en cours confirment l’état de conservation exceptionnel du site. Cette découverte est une opportunité importante d’enrichir notre connaissance de l’Antiquité Tardive et du haut Moyen Âge.

Pascal-Grégoire DELAGE (Séminaire de Bordeaux)

Auditeurs des champs, auditeurs des villes : les supporters de Martin de Tours.

Il est bien connu que l’élection du moine Martin à la tête de l’Eglise de Tours ne se fit pas sans peine. En effet, ce candidat multipliait les handicaps : il n’appartenait pas à une grande famille gallo-romaine, il n’était pas lettré et il n’est même pas sûr qu’il comprît le celte du monde des campagnes. Et pourtant en quelques années à peine, l’exorciste de Ligugé devenait l’« apôtre de la Gaule », son action évangélisatrice étant relayée jusque dans les classes les plus hautes de l’Empire, celles qui font l’opinion et qui offrent les moyens de la mission. Mais comment Martin en était-il venu à nouer un tel réseau d’influences ?

Vincent ZARINI (Université Paris IV-Sorbonne)

La spiritualité de la rencontre dans les Vies antiques de saint Martin.

Où il sera question d’abord des rencontres humaines, dans leur diversité, leur richesse et leurs déceptions, puis des rencontres surnaturelles (avec Dieu et le Diable, la maladie et la mort), enfin de la spiritualité de la rencontre dans ces textes, tributaires d’une écriture typologique, proposant un idéal de vie « mixte », et soulignant surtout chez saint Martin une disponibilité apostolique.

Marc MILHAU (Université de Poitiers)

Les « vertus » de saint Martin.

A partir du récit de Sulpice Sévère dans la Vita Martini, l’exposé évoquera les « vertus » ou les « hauts faits » de Martin. Au-delà du merveilleux qui peut porter à l’incrédulité, il s’attachera à dresser le portrait d’un « homme puissant et vraiment digne des apôtres ».

Michel COZIC (Université de Poitiers)

Saint Martin et Paulin de Nole, une amitié « paradoxale » ?

L’amitié entre deux êtres joue un rôle capital dans toute vie mais garde aussi une part de mystère (cf. Montaigne et La Boétie : Parce que c’était lui, parce que c’était moi). Nous nous proposons de voir pourquoi et comment deux hommes aussi différents que Martin de Tours et Paulin de Nole se sont « reconnus ». Martin, l’ancien soldat d’origine modeste et à la culture fruste, mena une action pastorale énergique, se déplaçant sans cesse, alors que Paulin, ancien haut magistrat issu d’une grande famille et fin lettré, eut une action pastorale plus « casanière » à Nole et aux alentours. De plus, l’un et l’autre furent pratiquement canonisés de leur vivant. C’est un tel mystère que nous essaierons d’éclairer en distinguant en particulier les points communs et les riches contrastes de cette amitié spirituelle selon le beau principe de Jacques Maritain, Distinguer pour unir… en Dieu si possible. En quoi une telle amitié peut-elle être encore pour nous « exemplaire » ?

Annie WELLENS (écrivain)

Vérité littéraire d’une hagiographie.

Pour un usage allègre de la « Vita Martini » : accueillir sans effroi ses ambiguïtés en remontant à ses sources, consentir paisiblement à la critique textuelle d’un genre littéraire original et … lire dans la joie ce qui se donne à lire, donc à goûter, imaginer, penser et vivre.

Pour toute demande de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter :

 
Documents joints à cet article :