Caritaspatrum
Accueil du siteCOLLOQUES DE PATRISTIQUE DE LA ROCHELLELes Pères de l’Eglise et les ministères
Dernière mise à jour :
samedi 25 mars 2017
Statistiques éditoriales :
769 Articles
1 Brève
73 Sites Web
25 Auteurs

Statistiques des visites :
1450 aujourd'hui
3125 hier
423467 depuis le début
   
Les ministères chrétiens dans l’Antiquité tardive
Evolutions, idéal et réalités
jeudi 8 mai 2008
par Pascal G. DELAGE
popularité : 19%

Choix, nomination et fonctions des ministres ; origines sociales et familiales ; hiérarchie et relations réelles ou idéales entre l’évêque et ses clercs dans un souci d’unité du clergé, donc de l’Église ; activité pastorale, mais aussi rôle social des prêtres et des diacres dans les communautés urbaines ou rurales ; place de la prédication et de la célébration des mystères dans le ministère du prêtre ; et qu’en est-il lorsque l’aura des confesseurs ou le charisme des moines risque d’entraver l’exercice des ministères ?

Les chrétiens des années 180-260 se sont sentis autorisés à innover en faisant des choix dans les possibles institutionnels qui s’offraient à eux, en forgeant un vocabulaire pour dire ces choix. Les notions de « laïc » et de « clerc », qui étaient deux concepts indépendants se sont précisées pour se consolider dans une exclusion mutuelle et s’organiser autour de ce que la recherche récente définit comme des processus de « sacerdotalisation », de « professionnalisation », de « modélisation sur la mystique lévitique ». Cette étape capitale, où l’organisation des ministères se systématise, s’universalise, et atteint à une relative stabilité, peut être considérée comme un certain aboutissement. Elle ne marque pas – loin s’en faut – la fin de l’évolution des ministères, notamment en ce qui concerne les questions de la continence, la hiérarchisation des fonctions cultuelles autour des notions de tempora et de cursus, l’inversion de la qualification sacerdotale entre l’évêque et les presbytres. Il reste encore bien du chemin à parcourir pour l’organisation ecclésiastique. Le colloque de La Rochelle s’est attaché à préciser dans quelles mesures les générations qui vont suivre Cyprien ont géré et transmis cet héritage

Alexandre Faivre