Caritaspatrum
Accueil du siteCOLLOQUES DE PATRISTIQUE DE LA ROCHELLELes Pères de l’Eglise et les Barbares
Dernière mise à jour :
mardi 10 décembre 2019
Statistiques éditoriales :
833 Articles
1 Brève
76 Sites Web
60 Auteurs

Statistiques des visites :
0 aujourd'hui
324 hier
764543 depuis le début
   
Articles publiés dans cette rubrique
dimanche 20 octobre 2019
par Annie WELLENS
Des « poèmes barbares » ? Petite finale en forme de fugue (6/6)
Finale de la finale avec la chanson « Ah ! L’éloquence » !……. ou : de quelques barbarismes, solécismes et impropriétés soigneusement choisis par l’auteur Jean-Raphaël Febbrari, plus connu sous l’abréviation Jean Rafa 1910-1998), et chantés par André Raimbourg, plus connu sous le nom de Bourvil (1917-1970). En 1950, il interprète avec Pierrette Bruno (1928-2015) la chanson de Jean Rafa : Ah ! L’éloquence !

lire la suite de l'article
samedi 30 septembre 2017
Les Pères de l’Eglise et les Barbares
Le prochain colloque de Patristique et d’Histoire ancienne de La Rochelle portera sur les « Pères de l’Eglise et les Barbares » : Comment penser, accueillir et contrôler l’irruption des « autres » ? Les 6, 7 et 8 octobre 2017 à la Rochelle (Les Minimes).

lire la suite de l'article
vendredi 20 octobre 2017
Les langues : frontières ou passerelles ?
Les communications du dimanche matin données au Centre Jean-Baptiste Souzy s’inscrivent dans une perspective d’actualisation de la problématique traitée dans l’aire patristique. James Barnett, prêtre anglican, Commission inter-européenne sur l’église et l’école (ICCS) auprès du Conseil de l’Europe.

lire la suite de l'article
dimanche 5 novembre 2017
par Matthieu Poupart
« Les Pères de l’Eglise et les Barbares » : regards angevins
Le colloque de Patristique et d’Histoire ancienne « Les Pères de l’Eglise et les Barbares » qui s’est tenu les 6, 7 et 8 octobre derniers à La Rochelle présentait une double qualité si parfaite qu’elle en devient presque hypocrite : choisir un thème d’une actualité brûlante, comme l’indiquait le sous-titre de l’évènement, et en même temps s’inscrire dans une rigueur scientifique si bien tenue qu’elle interdisait tout raccourci simpliste entre l’Antiquité tardive et notre temps.

lire la suite de l'article
mercredi 15 novembre 2017
par Jacques RICOT
Qu’est-ce qu’un barbare ? (I)
Les communications du dimanche matin données au Centre Jean-Baptiste Souzy s’inscrivent dans une perspective d’actualisation de la problématique traitée dans l’aire patristique. Jacques Ricot, Agrégé et docteur en philosophie, Chercheur associé au Centre Atlantique de Philosophie, (Caphi EA 7463), Université de Nantes.

lire la suite de l'article
samedi 25 novembre 2017
par Annie WELLENS
Des « Poèmes barbares » ? Petite finale en forme de fugue (1/6)
Dans le domaine musical la fugue est une forme de composition qui relève du contrepoint, technique suivant laquelle on développe simultanément plusieurs lignes mélodiques. Même s’il existe un certain ordre dans le déroulement de cette petite finale nous entendrons que des « conversations » se nouent d’un auteur à un autre et des lecteurs de l’un aux lecteurs de l’autre, des conversations passionnées au point d’en devenir orageuses à maintes reprises. Faut-il s’en étonner puisque leur thème est le mot « barbare » ?

lire la suite de l'article
vendredi 15 décembre 2017
par Jacques RICOT
Qu’est-ce qu’un « Barbare » ? (II)
Les communications du dimanche matin données au Centre Jean-Baptiste Souzy s’inscrivent dans une perspective d’actualisation de la problématique traitée dans l’aire patristique. Nous retrouvons ici la seconde partie de la communication de Jacques Ricot, Agrégé et docteur en philosophie, Chercheur associé au Centre Atlantique de Philosophie, (Caphi EA 7463), Université de Nantes.

lire la suite de l'article
mercredi 10 janvier 2018
par Annie WELLENS
Des « Poèmes barbares » ? Petite finale en forme de fugue (2/6)
Dans le domaine musical la fugue est une forme de composition qui relève du contrepoint, technique suivant laquelle on développe simultanément plusieurs lignes mélodiques. Même s’il existe un certain ordre dans le déroulement de cette petite finale nous entendrons que des « conversations » se nouent d’un auteur à un autre et des lecteurs de l’un aux lecteurs de l’autre, des conversations passionnées au point d’en devenir orageuses à maintes reprises. « Vierges martyres » et « Vierges folles » ou la barbarie d’aujourd’hui selon le socialiste Esquiros (1812-1876).

lire la suite de l'article
mardi 10 avril 2018
par Annie WELLENS
Des « Poèmes barbares » ? Petite finale en forme de fugue (3/6)
Dans le domaine musical la fugue est une forme de composition qui relève du contrepoint, technique suivant laquelle on développe simultanément plusieurs lignes mélodiques. Même s’il existe un certain ordre dans le déroulement de cette petite finale nous entendrons que des « conversations » se nouent d’un auteur à un autre et des lecteurs de l’un aux lecteurs de l’autre, des conversations passionnées au point d’en devenir orageuses à maintes reprises.

lire la suite de l'article
lundi 5 novembre 2018
par Annie WELLENS
Des « poèmes barbares » ? Petite finale en forme de fugue (4/6)
Des poèmes délibérément barbares chez les Parnassiens.
Nombre de conflits littéraires bouillonnèrent au XIXe siècle. En privilégiant l’expression lyrique des sentiments personnels, les romantiques dénonçaient l’excès de rationalisme du siècle précédent. Ils furent rapidement pris à partie par les Parnassiens, qui, eux, n’attendirent pas le siècle suivant pour leur reprocher de pratiquer une littérature utilitariste, au service de leurs sentiments ou de leurs engagements. Parmi les représentants de ce nouveau courant Théophile Gautier, dans la Préface de Mademoiselle de Maupin, n’y va pas par (…)

lire la suite de l'article
dimanche 25 août 2019
par Annie WELLENS
Des « poèmes barbares » ? Petite finale en forme de fugue (5/6)
Julien Gracq et les barbares : de la peur au repos. Ici, un salut autant respectueux que reconnaissant à Monsieur Georges Cesbron pour m’avoir adressé son texte intitulé « Soixante ans après : un inédit de Julien Gracq, Les Terres du Couchant (2014) » dans lequel les barbares, qui traversaient déjà bien des œuvres de l’auteur, ont la part belle.

lire la suite de l'article