L’image de Jésus, cachée dans l’église du Néguev, est l’une des plus anciennes d’Israël.
mercredi 5 décembre 2018

Une des premières représentations de Jésus a récemment été découverte dans une église byzantine datant du VIe siècle au cœur du désert du Néguev, en Israël. Le Dr Emma Maayan-Fanar a identifié le portrait du Messie chrétien à partir de quelques contours vagues à l’aide d’une combinaison de conditions qui était presque miraculeuse. Aux côtés des archéologues et spécialistes de la conservation de l’Université de Haïfa Pr. Guy Bar-Oz, Yotam Tepper et Ravit Linn, la spécialiste de l’histoire de l’art Maayan-Fanar participe à un projet de recherche interdisciplinaire pluriannuel appelé Programme de recherche en bioarchéologie byzantine du Néguev sur le site du patrimoine mondial de l’UNESCO de Shivta. Son objectif déclaré est d’examiner « les raisons de l’effondrement d’une société complexe dans une région hostile d’un point de vue écologique il y a 1 500 ans ».

Il y a deux semaines, Maayan-Fanar a dit à The Times of Israel qu’au cours d’une récente visite à l’église nord, l’une des trois églises présentes sur le site, elle a jeté un coup d’œil à l’abside du baptistère au-dessus d’elle et a immédiatement vu le visage de Jésus qui la fixait. « J’étais sous l’abside au bon endroit au bon moment. C’est tellement caché – c’est impossible à voir – mais les conditions de lumière étaient parfaites » dit Maayan-Fanar.

Dans un article paru dans l’édition du mois d’août de la revue Antiquity, l’équipe de recherche écrit que le visage, placé dans une représentation plus large du baptême de Jésus, est « la première scène du baptême du Christ datant de la période pré-iconoclaste à être trouvée en Terre Sainte ».

Contrairement aux robes et aux cheveux flottants habituellement rencontrés dans les représentations occidentales, le Jésus que l’on voit ici est jeune, aux cheveux courts et bouclés. Dans le rapport présenté dans la revue Antiquity, les chercheurs écrivent : « Malgré son état fragmentaire, il révèle le visage d’un jeune homme représenté sur la partie supérieure de l’abside. La silhouette a les cheveux courts et bouclés, un visage long et ovale, de grands yeux et un nez allongé. »

« Le visage du Christ dans cette peinture est une découverte importante en soi. Il appartient au schéma iconographique d’un Christ aux cheveux courts, particulièrement répandu en Égypte et en Syro-Palestine, mais disparu de l’art byzantin ultérieur. Des textes du début du VIe siècle comportent des polémiques sur l’authenticité de l’apparence visuelle du Christ, y compris sa coiffure. Sur la base de l’iconographie, nous estimons que cette scène a également été peinte au VIe siècle après J.-C. », écrivent les auteurs.

Pour le profane n’ayant pas reçu de formation, les lignes floues, capturées par Dror Maayan, son photographe professionnel et époux, ressemblent un peu aux taches de fer souvent trouvées après une pluie dans le désert. Comme l’a dit le professeur James Davila, un intellectuel/blogger, « à mes yeux inexpérimentés, la nouvelle représentation murale de Jésus ressemble à l’une de ces images de « Jésus sur un morceau de pain grillé » qui apparaissent constamment sur Internet ».

La clé, cependant, est de regarder les contours avec un œil aguerri. Dans sa publication, incluant l’article de Haaretz à l’origine de la révélation, Davila a ajouté : « Mais je suis sûr que les spécialistes d’histoire de l’art qui regardent le mur d’origine peuvent le voir mieux que moi ».

Pour l’article publié par la revue Antiquity, Maayan-Fanar a réalisé une reconstruction de l’image au crayon sur une photographie haute résolution prise par son mari. Avec les contours qu’elle a dessinés, les petites taches deviennent le portrait d’un jeune homme.

Mais est-ce Jésus ?

Selon Maayan-Fanar, il n’y a guère de doute. L’art et l’iconographie chrétiens primitifs suivent des formules bien connues, dit-elle. « Ceux qui connaissent l’iconographie du christianisme primitif peuvent reconnaître une telle image même à partir de presque rien », dit-elle. L’emplacement de l’image, dans le baptistère où il reste encore des restes du bassin baptismal en pierre en forme de croix, augmente sa certitude.

Maayan-Fanar a également identifié un deuxième personnage, plus grand, comme étant Jean le Baptiste. Cette combinaison d’un grand Jean le Baptiste et d’un jeune Jésus est courante dans l’art chrétien. « Des traces de peinture dans l’abside suggèrent que ces visages faisaient partie d’une scène plus large, qui pourrait contenir des personnages supplémentaires, » écrivent les chercheurs. La découverte de cette peinture est « extrêmement importante », écrivent-ils. « Jusqu’à présent, c’est la seule scène du baptême du Christ in situ (ndlr : dans son milieu d’origine) retrouvée en Terre Sainte datant avec certitude de la période pré-iconoclaste. Par conséquent, elle peut apporter un éclairage sur la communauté chrétienne byzantine de Shivta et l’art chrétien primitif dans toute la région. »

D’autres recherches à l’horizon

Autour du visage de Jésus, au centre de la scène, se trouvent des détails supplémentaires cachés sous une accumulation de poussière et de boue. Selon les chercheurs, la couche de saleté a protégé la peinture sous-jacente de toute détérioration supplémentaire.

L’équipe prévoit d’utiliser diverses techniques et technologies pour réunir autant d’informations que possible sur la peinture, selon le spécialiste de la conservation Linn. L’astuce consiste à voir l’invisible sans toucher la peinture et sans causer de détérioration supplémentaire. Ce qui est révolutionnaire dans le domaine de l’archéologie, dit-elle, c’est qu’une grande partie de ce travail peut maintenant se faire sur le terrain, plutôt que de prélever des échantillons pour les emporter en laboratoire. « Nous essayons de diffuser autant d’informations que possible sur place, mais il n’y a pas grand-chose à faire, c’est vrai », dit Linn. Selon elle, le fait de considérer l’image comme représentant Jésus est beaucoup plus qu’une « supposition éclairée » basée sur des exemples parallèles trouvés ailleurs dans la chrétienté primitive.

L’année dernière, l’équipe a publié une autre image de Jésus : une scène de la Transfiguration trouvée dans l’église sud du site datant du milieu du IVe siècle apr. J.-C., qui n’est qu’un des deux exemples figuratifs de la scène du début de la période chrétienne, selon les chercheurs.

La datation de la peinture de Jésus ne peut être donnée avec une certitude absolue, mais une inscription gravée sur le sol de l’église date la rénovation de la structure en 640 apr. J.-C. Des graffitis arméniens indiquent que l’église n’a pas été abandonnée avant le IXe siècle.

À l’aide de l’imagerie en luminescence induite visible (VIL), l’équipe a cartographié la distribution du pigment bleu égyptien dans le tableau et a découvert des étoiles rayonnantes de lumières inédites émanant des corps de Jésus et d’autres figures qui s’y trouvent.

« Bien que ce motif soit une partie importante du récit de la Transfiguration et qu’il apparaisse dans la plupart des scènes représentées ailleurs, il n’avait pas été identifié auparavant dans cette peinture car il n’était détectable par aucune autre technique d’inspection », écrivent les chercheurs.

Linn a dit que le plan de recherche et de conservation de la nouvelle peinture trouvée cette année dans l’église nord est toujours en formation. L’équipe prévoit d’examiner chaque bloc de pierre individuellement et dans son ensemble.

« Avant de faire quoi que ce soit, nous devons savoir ce que nous allons faire et avec quoi », a-t-elle dit, ajoutant que l’image n’est qu’une petite partie du projet de bioarchéologie beaucoup plus vaste en cours.

Une approche à 360° de l’étude archéologique

Le projet est basé à l’Institut d’archéologie Zinman de l’Université de Haïfa et dirigé par Bar-Oz, mais comprend des scientifiques d’un large éventail de disciplines. Les publications précédentes ont mis l’accent sur l’agriculture et l’élevage dans le désert, ainsi que d’autres découvertes archéologiques. « Shivta est le point central de notre projet actuel pour explorer les forces et les processus qui ont permis à une société urbaine et agricole en plein essor de s’épanouir pendant la période byzantine dans la région aride du Néguev, ainsi que pour comprendre les facteurs qui ont conduit à son déclin », écrivent les chercheurs.

Située au cœur du désert du Néguev, Shivta a été colonisée, potentiellement par les Nabatéens nomades, au début de l’époque romaine. Selon les archéologues, « La colonie aurait été établie pour la première fois par les Nabatéens au Ier siècle apr. J.-C., avant l’annexion romaine de la région (105/106) ». Les quelques signes d’une colonie nabatéenne sont une poignée de tessons de poterie, qui auraient pu y être apportés par d’autres à l’époque romaine, dit Tepper.

Le village atteignit son apogée dans une colonie légèrement éloignée du village nabatéen à l’époque byzantine (Ve-VIe s. apr. J.-C.). Il a finalement été abandonné peu après sa transition culturelle et sa transformation au début de la période islamique (milieu du VIIe – milieu du VIIIe s. apr. J.-C.), pour être finalement redécouverte par les archéologues de Terre Sainte au XIXe siècle, écrit l’équipe de recherche dans un récent rapport intitulé « Sonder la transition de la période byzantine/aux débuts de la période islamique dans le Néguev : les nouvelles fouilles de Shivta, 2015-2016 ».

Il y a eu des fouilles antérieures sur le site, dont une qui a « brièvement relevé » le visage de Jésus récemment découvert à la fin des années 1920, écrit Maayan-Fanar dans l’article de la revue Antiquity du mois d’août. Mais la documentation des fouilles était partielle – si tant est qu’il y en ait eu – et l’équipe de l’Université de Haïfa a estimé que le terrain était suffisamment ouvert pour accueillir de plus amples recherches.

Il est intéressant de noter que, peut-être en raison de la chaîne de colonies multiculturelles, il existe une légende urbaine qui promeut le site en tant que centre de coexistence interreligieuse. Cela n’est pas vraiment confirmé par les empreintes archéologiques, selon les auteurs.

« La présence de trois grandes églises indique que Shivta était une communauté chrétienne prospère. En comparaison, la mosquée unique est beaucoup plus petite que les monuments précédents, ce qui indique un déclin de la population sur le site », écrivent-ils.

Il semble, écrivent-ils, que bien que la mosquée soit située au centre, à côté de l’église sud et des réservoirs publics, il y a eu une forte diminution de la population du village durant les débuts de la période islamique. Selon les conclusions de l’équipe, ces premiers musulmans auraient été principalement trouvés « dans des structures byzantines abandonnées et détruites », ce qui pourrait indiquer un remplacement de population, plutôt que la coexistence. La coexistence, l’agriculture et même le visage de Jésus ne sont que quelques-unes des pièces du puzzle examinées par l’équipe multidisciplinaire à 360 degrés. « Nous poursuivons la recherche et nous nous attendons à ce qu’il y ait beaucoup d’autres projets intéressants dans un avenir proche », a déclaré Linn.

Sources : orthodoxie.com