Philippe Henne, « La Bible et les Pères »
lundi 20 décembre 2010
par Jean-Claude LARCHET

L’auteur, qui est dominicain et enseigne la patrologie à la faculté de théologie catholique de Lille, examine dans ce livre la conception que divers auteurs orientaux et occidentaux, depuis l’Antiquité (Philon d’Alexandrie) jusqu’au XIIe siècle (Bernard de Clairvaux), parmi lesquels un grand nombre de Pères de l’Église, ont eu de l’exégèse de la Sainte Écriture et de l’utilisation de celle-ci dans le cadre de la vie spirituelle.

L’exposé cultive la simplicité et la clarté, et veut rester proche de la personnalité des auteurs et de leurs intentions spirituelles. Il se tient à l’écart tant d’une théorisation des différentes formes exégétiques que de toute référence savante (les notes de bas de pages sont absentes, seules sont données, entre parenthèses dans le cours du texte, les localisations des citations produites). L’ouvrage est donc bien à sa place dans la collection « Initiations aux Pères de l’Église ».

On constate et un déséquilibre historique entre les auteurs occidentaux (dont le dernier cité est décédé au milieu du XIIe siècle) et les auteurs orientaux (dont le dernier cité est décédé au milieu du Ve siècle).

Parmi les Pères grecs ultérieurs qui ont été ici négligés, on peut en particulier déplorer l’absence de saint Maxime le Confesseur, dont l’apport à l’exégèse et à l’usage de l’Écriture dans la vie spirituelle est généralement considéré comme l’un des plus importants et des plus originaux. Il aurait sans doute été possible aussi, pour faire pendant à Bernard de Clairvaux, et pour montrer que, en Orient, la tradition exégétique ne s’arrête pas au milieu du Ve siècle, de faire une place à son contemporain, le grand exégète orthodoxe Théophylacte de Bulgarie.

Jean-Claude Larchet

Source : www.orthodoxie.com