Caritaspatrum
Accueil du site
Dernière mise à jour :
mardi 10 décembre 2019
Statistiques éditoriales :
833 Articles
1 Brève
76 Sites Web
60 Auteurs

Statistiques des visites :
59 aujourd'hui
307 hier
763792 depuis le début
   
Annonces
COLLOQUES A VENIR

La théologie orientale.

organisé par : Département Études patristiques du Centre Sèvres

Lieu : Centre Sèvres - 35bis, rue de Sèvres – 75006 Paris

Dates : 17 mai 2019

Pour en savoir plus, cliquer ici

 
Brèves
VIENT DE PARAITRE
mardi 15 octobre

David BRAKKE

LES GNOSTIQUES Mythe, rituel et diversité au temps du christianisme primitif

Qui étaient les gnostiques ? Comment le mouvement gnostique a-t-il influencé le développement du christianisme dans l’Antiquité ? L’Église a-t-elle rejeté le gnosticisme ? La somme de David Brakke introduit le lecteur dans les débats les plus récents à propos du « gnosticisme » et de la diversité du premier christianisme. En reconnaissant que la catégorie « gnostique » est imparfaite et doit être reconsidérée, David Brakke plaide pour un rassemblement plus prudent des preuves sur le premier christianisme, connu comme école de pensée gnostique. Il met ainsi en évidence la manière dont le mythe et les rituels gnostiques se sont adressés à des questionnements humains élémentaires, répandant le message d’un Christ sauveur et permettant aux hommes de regagner leur connaissance de Dieu en tant que source ultime de l’être.

Editeur : Les Belles-Lettres

ISBN : 978-2251449739

 

[1] L’épanadiplose est une figure de style reprenant, à la fin d’une proposition, le même mot que celui situé en début d’une proposition précédente. Figure de narration utilisée dans de nombreux genres littéraires, elle est alors nommée « épanadiplose narrative ». Il s’agit de la reprise d’une scène initiale ou d’un motif initial (dans l’incipit) à la fin (ou clausule) de l’intrigue. L’épanadiplose de Bessus, maintenant qu’elle est livrée aux lecteurs, connaîtra-t-elle la même notoriété que celle de François de Malherbe : « Et rose elle a vécu ce que vivent les roses / L’espace d’un matin », dans sa Consolation à Monsieur du Périer (1598) ?

Auteur : Annie WELLENS
Articles de cet auteur
dimanche 1er juillet 2018
Epanadiplose, Buisson ardent et Troussepinette, ou le retour victorieux de Bessus au jardin
Et ronces elles ont vécu ce que vivent les ronces… hélas ! plus d’un matin, pour ne pas dire trois années. Que l’épanadiplose [1], Bacchus ami, qui ouvre cette missive te signifie ma victoire sur l’empêchement qui était le mien d’entretenir notre jardin depuis mon accès d’erysipelas.

lire la suite de l'article