Caritaspatrum
Accueil du siteDES HOMMES ET DES LIEUX
Dernière mise à jour :
jeudi 25 février 2021
Statistiques éditoriales :
886 Articles
1 Brève
82 Sites Web
70 Auteurs

Statistiques des visites :
42 aujourd'hui
1009 hier
1135033 depuis le début
   
Les secrets de la femme romaine de Spitalfields (Londres).
mardi 5 janvier 2021

popularité : 1%

Les chercheurs sont parvenus à mieux cerner l’identité d’une mystérieuse femme romaine décédée dans la seconde moitié du IVe siècle, femme qui fut inhumée dans une tombe particulièrement soignée découverte en 1999 sur le site du marché de Spitalfields à Londres. La tombe de la « dame romaine de Spitalfields » avait d’abord étonné les archéologues par sa grande richesse. La défunte, déposée dans un cercueil de plomb luxueusement décoré, avait été inhumée dans une robe tissée de fils d’or. Tout cela déjà laissait présager d’une appartenance à la classe des notables britto-romains. Aujourd’hui la poursuite des recherches scientifiques de cette tombe inhabituelle maintenant largement détaillées dans un livre qui vient de paraître chez MoLa [1] a conduit les chercheurs à des découvertes particulièrement intéressantes. Ainsi le vêtement de la défunte était tissé d’une soie de très haute qualité provenant de Chine et les fils utilisés étaient constitués à 97% d’or pur. Les bandes de laine qui entouraient son corps, matériaux aujourd’hui détériorés après plus de seize siècle d’enfouissement et ne présentant qu’un aspect brun atone, se sont ainsi révélées à l’analyse microscopique être à l’origine de teinte pourpre. Dans la Bretagne romaine comme dans le reste de l’Empire, l’usage de la pourpre était caractéristique des milieux riches et aristocratiques, cette teinture étant obtenue à partir du broyage de certains mollusques de la côte du Levant. Ce pigment de pourpre était vraisemblablement le plus cher de ce monde de l’Antiquité Tardive et était exclusivement réservé au cercle des puissants.

Reconstitution de l’inhumation de la Dame de de Spitalfields

Par ailleurs, l’analyse isotopique des dents de la jeune femme a révélé également qu’elle avait été mariée à l’adolescence et que son époux, un homme de très haut rang, avait dû se rendre en Bretagne pour y exercé un gouvernorat, elle-même ayant grandi et passé la majeure partie de sa courte vie en Europe continentale, voire à Rome même. On ignore l’identité de ce mari en raison de nos connaissances lacunaires des derniers hauts-fonctionnaires romains de Bretagne, mais il est assuré que la Dame de Spitalfields devait être l’épouse d’un ces sénateurs ou haut-fonctionnaires présents dans l’île entre 350 et 410 (fin de la présence officielle de Rome dans l’île). Sous la tête de la jeune femme, une chercheuse de l’université de Rome a mis aussi en évidence des traces d’un oreiller constitué de feuilles de laurier, peut-être un autre indice de son milieu social. Toutefois le choix d’une inhumation dans un riche cercueil de plomb décoré d’un motif élaboré de coquilles festonnées est bien plus emblématique de cette classe des potentes.

détail du sarcophage

Toujours selon l’analyse isotopique des dents fournissant des indices tant sur l’alimentation, la santé, les lieux de vie et bien d’autres informations, la défunte fut atteinte d’une maladie grave vers l’âge de 5 ans. Elle fut inhumée avec des biens de grande valeur comme ces deux récipients en verre qui auraient pu contenir du parfum. L’un d’eux, de forme cylindrique et d’une hauteur de 23 cm, était orné d’un bouchon en pierre précieuse. Si la plupart des autres artéfacts retrouvés dans la tombe étaient des objets assez courants et attendus dans une tombe romaine, cinq flacons de verre allongés en forme de pipette sont tout à fait exceptionnels. On pense qu’ils contenaient soit de l’huile de sésame pour oindre les morts, soit du vin pour les cérémonies funéraires. De tels récipients sont très rarement attestés en Grande-Bretagne et jamais en si grand nombre. Une bouteille de médicament est aussi tout à fait unique : décorée d’un délicat chemin de verre en zigzag, elle fut enterrée au pied du sarcophage de la « Dame romaine de Spitalfields » à la fin du IVe siècle.

un des lacrimaires en vere

Les fouilles du cimetière romain où la « Dame de Spitalfields » a été inhumée ont révélé plus de 500 tombes. Les plus anciennes présentaient une proportion étonnante de cinq hommes pour une femme. Selon les chercheurs, cela pourrait être dû au fait qu’un grand nombre d’hommes avaient migré vers la Bretagne et/ou vers Londres en quête de travail ou y avaient été emmenés (comme esclaves) de force également à fin de productivité. Les archéologues notent également une surmortalité intentionnelle des petites filles. L’absence de femmes adultes peut peut-être s’expliquer par l’existence d’une autre nécropole ou aire cimétériale encore non-découverte et réservée aux femmes. Les chercheurs ont également mis en évidence qu’une partie du cimetière avait été réservée aux nourrissons. C’est très inhabituel et très peu d’inhumations de tout-petits enfants avaient été ainsi mises à jour jusque-là, y compris dans les grandes nécropoles de Rome. L’absence d’un statut social des nouveau-nés semblait expliquer l’inexistence de leurs tombes mais les découvertes de Spitalfields soulèvent de nouvelles hypothèses comme la possibilité de terrains réservés spécifiquement à l’inhumation des nourrissons et qui n’auraient pas été encore repérés.

Le site de la nécropole de Spitalfields fut plus tard utilisé comme cimetière médiéval en tant que dépendance d’un prieuré en 1197… avant de devenir un terrain d’entraînement pour les compagnies d’artillerie au XVIIe siècle. La dame romaine de Spitalfields est probablement morte très jeune, soit lors des suites d’un accouchement, soit de maladie infectieuse. Malheureusement la tombe ne comportait ni inscription funéraire, ni même pierre tombale ayant signalé sa présence. Les chercheurs pensent que si cette dernière a existé, elle a pu être récupérée dès le Moyen Age pour être incorporée dans les travaux d’agrandissement et d’embellissement de la Londres médiévale.

Le sarcophage en cours de dégagement

Sources : Eminetra

 

[1] In the Northern Cemetery of Roman London : Excavations at Spitalfields Market, London E1, 1991-2007, MoLa, octobre, 2020

Articles de cette rubrique
  1. Reprise de l’Histoire de la littérature grecque chrétienne, des origines à 451
    10 septembre 2017

  2. L’abbaye de Saint-Victor à Marseille (1)
    30 mai 2010

  3. L’abbaye Saint-Victor (2) : La « Traditio Legis »
    30 juin 2010

  4. L’abbaye Saint-Victor de Marseille (3). Les commencements
    30 juillet 2010

  5. L’abbaye Saint-Victor de Marseille (4) : le sarcophage de saint Jean Cassien
    30 août 2010

  6. L’abbaye Saint-Victor de Marseille (5) : le martyre du soldat.
    30 septembre 2010

  7. Disparition du P. Adalbert de Vogüé
    30 octobre 2011

  8. Disparition de Geza Alfoldy
    25 novembre 2011

  9. Lucien Jerphagnon, agnostique et mystique
    25 décembre 2011

  10. Disparition de Jean-Claude Fredouille
    15 août 2012

  11. Un site consacré à Henri-Irénée Marrou (1904-1977)
    10 septembre 2012

  12. La villa du Casale (Piazza Armerina)
    15 octobre 2012

  13. Catalogue en ligne de l’exposition "Transition to Christianity : Art of Late Antiquity, 3rd-7th Century AD}
    25 novembre 2012

  14. Promotion de 30% sur 30 titres des Editions MIGNE
    10 septembre 2013

  15. La villa de Noheda (Cuenca)
    20 mai 2014

  16. Deux curés ressuscitent les Pères de l’Eglise provençale
    10 juin 2014

  17. 60 ans de la Collection des Études augustiniennes
    10 août 2014

  18. Nouvelle URL Revue des Études Tardo-antiques (RET)
    25 août 2014

  19. Promotion aux Sources Chrétiennes.
    25 septembre 2014

  20. Irénée de Lyon : un chemin vers l’unité des chrétiens
    15 janvier 2015

  21. Une forêt de croix gravées dans le désert d’Arabie saoudite
    20 février 2015

  22. La Providence selon Irénée de Lyon (I)
    25 mars 2015

  23. La Providence divine selon Irénée de Lyon (II)
    25 avril 2015

  24. Disparition de Jacques Fontaine
    5 juin 2015

  25. Un film tuniso-algérien sur Saint Augustin
    25 novembre 2015

  26. Promotion à 50 % sur les ouvrages édités par CaritasPatrum
    15 mars 2016

  27. Martin of Tours’ Monasticism and Aristocracies in Fourth-Century Gaul
    20 juin 2016

  28. Portraits de moines de Palestine et d’ailleurs
    5 juillet 2016

  29. découverte de manuscrits rares dans le Sinaï
    15 juillet 2017

  30. Une grande église du IVe siècle découverte dans la ville israélienne de Beit Shemesh
    5 janvier 2018

  31. Des offres à saisir... chez les Pères du Désert
    10 mars 2018

  32. Des travaux d’excavation commencent sur le lieu du monastère de Saint-Hilarion, situé sur la bande de Gaza
    5 mai 2018

  33. Une nouvelle église découverte en Syrie
    5 juin 2018

  34. Une résidence épiscopale de Ve siècle retrouvée sur le site de Misionis en Bulgarie
    5 octobre 2018

  35. L’image de Jésus, cachée dans l’église du Néguev, est l’une des plus anciennes d’Israël.
    5 décembre 2018

  36. Disparition de Noël Duval (1929-2018).
    20 décembre 2018

  37. « Sources Chrétiennes » fête sa 600e publication
    20 janvier 2019

  38. Les polémiques religieuses du Ier au IVe siècle de notre ère. Hommage à Bernard Pouderon
    15 avril 2019

  39. Sauvegarde de manuscrits anciens
    20 avril 2019

  40. Des femmes engagées dans le processus de christianisation
    5 mai 2019

  41. A la recherche de la tombe de Dèce.
    15 juin 2019

  42. Découverte d’une nouvelle église (fin Ve) à Hippos en Galilée
    5 août 2019

  43. Une basilique du IVe siècle découverte en Éthiopie
    20 janvier 2020

  44. Villa de la Olméda (Castille)
    25 mars 2020

  45. Célébration en 2020 des 1 600 ans de sainte Geneviève.
    5 avril 2020

  46. Cri de nuit au coeur de Pâques
    10 avril 2020

  47. Le Palais de Galère à Thessalonique (Grèce)
    10 mai 2020

  48. Préparer un diplôme universitaire « Patrimoine antique et culture chrétienne » ?
    5 octobre 2020

  49. La nécropole paléochrétienne de Saint-Pierre-l’Estrier à Autun
    20 juillet 2020

  50. Une église vieille de 1300 ans découverte à Kfar Kama en Galilée
    10 août 2020

  51. Tombes d’aristocrates éduens et nécropole de l’Antiquité tardive à Autun
    20 novembre 2020

  52. Décès de Mme Marguerie HARL
    5 septembre 2020

  53. Fundazione Aquileia
    15 décembre 2020

  54. Chiragan, une villa hors du commun.
    15 septembre 2020

  55. En ce jour de Noël....
    25 décembre 2020

  56. Disparition de Pierre Monat
    25 septembre 2020

  57. Les secrets de la femme romaine de Spitalfields (Londres).
    5 janvier 2021

  58. La villa tardoantique de Carranque
    15 janvier 2021

  59. Nécropole paléochrétienne de Sopianae (Pécs)
    5 février 2021

  60. 100 ans de la CUF : pour une histoire véritable, par Jacques Jouanna
    10 août 2017