Caritaspatrum
Accueil du siteCHRONICAE WELLENSISCorrespondance campagnarde
Dernière mise à jour :
vendredi 5 mars 2021
Statistiques éditoriales :
887 Articles
1 Brève
82 Sites Web
70 Auteurs

Statistiques des visites :
481 aujourd'hui
871 hier
1138171 depuis le début
   
De l’agneau baptismal à l’agnoète infernal
mardi 15 octobre 2019
par Annie WELLENS
popularité : 2%

Ne voulant pas troubler davantage notre attention à la célébration, elle en attendit la fin pour me révéler qu’elle venait d’apprendre qu’un autre agneau de la même cuvée baptismale que la mienne venait de se transformer, lui, en agnoète intransigeant, ce qualificatif relevant de la redondance, sinon du pléonasme. En effet, les agnoètes, poussant à l’extrême le monophysisme modéré de Sévère d’Antioche [2] soutiennent que le Christ, comme tous les hommes, était sujet à l’ignorance, ce qui faisait bondir d’indignation au début de notre siècle notre Grand Grégoire : celui qui confesse que la Sagesse de Dieu en personne s’est incarnée, comment va-t-il pouvoir dire qu’il y a quelque chose qu’ignore la Sagesse de Dieu ? [3]

Sortirons-nous un jour de ces controverses sur la nature du Christ ou continuerons-nous, de Concile en Concile, à enchaîner ou déchaîner les définitions et redéfinitions ? Comment faire la part de ce qui relève de l’intelligence du Mystère de Dieu fécondant, parce que fécondée par le Verbe, une sobre formulation, et ce qui ne devient plus qu’un verbiage vertigineux qui détruit ce qu’il veut défendre, ou des mots pétrifiés dont on se sert pour lapider, symboliquement dans le meilleur des cas, les chrétiens qui en emploient d’autres que l’on ne cherche même pas à comprendre ? Je lis et je relis, en guise d’antidote à ces excès, l’avertissement de Justin dans sa Première Apologie pour les chrétiens : […] personne n’est capable d’attribuer un nom au Dieu qui est au-dessus de toute parole, et si quelqu’un ose prétendre qu’il en a un, il est atteint d’une folie mortelle. Ces mots : Père, Dieu, Créateur, Seigneur et Maître ne sont pas des noms mais des appellations motivées par ses bienfaits et par ses œuvres. Le mot Dieu n’est pas un nom, mais une approximation naturelle à l’homme pour désigner une chose inexplicable [4].

Au matin de Pâques, un désir nouveau m’a envahi. Je n’en ai pas encore parlé à ma Vera, attendant qu’il se confirme dans la durée des jours ou qu’il s’éteigne de lui-même : je souhaite aller sur les lieux où mourut celui qui m’a précédé dans la foi et dont j’ai choisi le nom pour mon nom de baptême, Bessus, dit aussi Besse ou Besso, qui échappa au massacre des légionnaires chrétiens thébéens orchestré par l’empereur Maximien vers 287 à Agaune [5]. Il se réfugia dans les alpages, mais des païens le découvrirent et le précipitèrent du haut d’un rocher. Ce n’est pas l’escalade du Mont de Saint Besse qui m’attire, tu me connais suffisamment, mais la participation à la louange perpétuelle instaurée par le roi Sigismond au début du siècle dernier dans la basilique construite précédemment et, heureusement pour moi, sous la falaise, par l’évêque Théodule en l’honneur des martyrs.

Mais voici que me vient une nouvelle idée : et si nous faisions ce pèlerinage en votre compagnie ? Qu’il nous serait doux de vérifier avec vous si les montagnes sautent parfois comme des béliers et les collines comme des agneaux [6].

Bessus

 

[2] Il est impossible de résumer en une note de bas de page la complexe histoire des multiples variantes ou accentuations de ceux qui n’admettent qu’une seule nature dans le Christ depuis la fin du IVe siècle. Les lecteurs intéressés peuvent se rapporter avec profit aux 5 pages de deux colonnes chacune qui sont consacrées aux « monophysites » dans le Dictionnaire Encyclopédique du Christianisme Ancien, tome 2, éditions du Cerf, 1990, p. 1669.

[3] Lettre de Grégoire le Grand à Euloge d’Alexandrie (août 600) approuvant l’important traité que ce dernier venait d’écrire contre les agnoètes. Il précise dans la phrase précédant celle que cite Bessus : La chose est des plus claires [ici, la transcriptrice retient son souffle] car quiconque n’est pas nestorien ne peut nullement être agnoète. (Serait-ce vraiment élémentaire pour tous, mon cher Grégoire ?).

[4] Justin de Rome (v.100-165), philosophe et martyr.

[5] Saint Maurice est le plus connu de ces martyrs. Lui et ses compagnons refusent des ordres impies de l’empereur. Ils sont massacrés et ensevelis sur les lieux. La Passion des Martyrs d’Agaune, par l’évêque Eucher de Lyon, prête à Maurice ces paroles :« Nous sommes tes soldats, ô empereur, mais avant tout serviteurs de Dieu. Nous te devons l’obéissance militaire, mais nous lui devons l’innocence. Nous préférons mourir innocents que vivre coupables ». Agaune fait partie aujourd’hui du canton du Valais en Suisse.

[6] Référence évidente au psaume 114, 4.

Articles de cette rubrique
  1. De l’utilité de la navigation sur le Net.
    1er juin 2008

  2. Quand Bacchus s’intéresse aux Pères...
    15 juillet 2008

  3. Promesse de vendanges spirituelles.
    1er septembre 2008

  4. Pédagogie spirituelle
    15 octobre 2008

  5. Appétit de sciences
    1er décembre 2008

  6. Fièvre sternutatoire
    15 janvier 2009

  7. Agacements machistes...
    1er mars 2009

  8. Rencontre après Martin
    15 avril 2009

  9. Coup de tonnerre.
    1er juin 2009

  10. D’une correspondance à l’autre.
    15 juillet 2009

  11. Querelle hymnologique
    1er septembre 2009

  12. Entre vin nouveau et table tournante
    15 octobre 2009

  13. Vers la Lumière.
    1er décembre 2009

  14. De la réduction de texte à la réduction de tête
    15 janvier 2010

  15. D’un hymnographe à l’autre.
    1er mars 2010

  16. Où se résolvent heureusement deux affaires douloureuses pour Bacchus
    15 avril 2010

  17. Terreur volcanique
    1er juin 2010

  18. Douceur médocaine
    15 juillet 2010

  19. Une première liturgique à Mediolanum Santonum : le 15 août
    1er septembre 2010

  20. Turbulences intérieures et menaces incendiaires
    15 octobre 2010

  21. Trafic d’influences, d’Orphée à Grégoire de Nazianze
    1er décembre 2010

  22. De la colère aux larmes : rigueurs de l’exégèse et soucis de voisinage
    15 janvier 2011

  23. Commando colombanophile dans le Golfe des Pictons
    1er mars 2011

  24. La tentation de Saint Hilaire. Un parchemin retrouvé.
    15 avril 2011

  25. Dur printemps pour les Pictons.
    1er juin 2011

  26. Chrysostom’attitude en Narbonnaise.
    15 juillet 2011

  27. La monachomyomachie ou les moines contre les mulots
    1er septembre 2011

  28. Origène for ever !
    15 octobre 2011

  29. Lumière nouvelle sur le péché de saint Patrick.
    1er décembre 2011

  30. Discernement spirituel par correspondance
    15 janvier 2012

  31. Dégel intérieur mais frimas extérieurs. Bonus : un scoop sur les ragondins.
    1er mars 2012

  32. Le phénix de Lactance et le vin de Muscat, ou la thérapeutique spirituelle de Silvania
    15 avril 2012

  33. A mystagogie déplacée, liturgie dévoyée
    1er juin 2012

  34. De la pluie aux larmes, que d’eau ! que d’eau !
    15 juillet 2012

  35. Virgile, le Pseudo-Longin, Antoine et Athanase, même combat !
    1er septembre 2012

  36. De Johannes-Petrus à Doliprane de Céphalée.
    15 octobre 2012

  37. Picnolepsie et antiennes Ô
    1er décembre 2012

  38. Bacchus, vous avez dit : « dévarié » ?
    15 janvier 2013

  39. De Bethléem à Madiran : nouvelles lueurs sur le caractère de Jérôme
    1er mars 2013

  40. La joyeuse cinquantaine
    15 avril 2013

  41. D’Eugène de Tolède aux « énergumènes »
    1er juin 2013

  42. Sentiment océanique
    15 juillet 2013

  43. Des « astrologues chrétiens » : oxymore ou coquecigrue ?
    1er septembre 2013

  44. Les « reliques » ou le feu aux poudres
    15 octobre 2013

  45. Esclave, chasse les mouches !
    1er décembre 2013

  46. Mystère de l’esperluette
    15 janvier 2014

  47. Du Verbe abrégé à la bulle d’eau humaine
    1er mars 2014

  48. Benoit et Colomban : même combat spirituel ?
    1er mai 2014

  49. L’hémine et le charivari
    15 juin 2014

  50. Main basse sur les reliques de Benoît et Scholastique
    15 août 2014

  51. Venance Fortunat, auteur de « Frère Jacques » ?
    15 septembre 2014

  52. Marmite bouillante, amitié florissante
    1er décembre 2014

  53. L’érysipèle, l’hérésie et le Christ médecin
    15 janvier 2015

  54. Erasme et le vin de Nîmes
    15 avril 2015

  55. Confession ou rétractation ?
    1er juin 2015

  56. Le Purgatoire, ou l’Enfer climatisé
    15 juillet 2015

  57. Le Bréviaire d’Alaric ou le salut (pour Bessus) par les Wisigoths
    15 septembre 2015

  58. Haro gaulois sur les stylites !
    1er novembre 2015

  59. Polémique monastique en Armorique et menace de burn-out pour Bessus
    1er mars 2017

  60. Romanos le Mélode : plus fort que le son des cloches et des orgues !
    15 décembre 2015

  61. De l’allitération au kakemphaton et du kakemphaton à l’Hypapante
    15 février 2016

  62. Du bréviaire hispano-mozarabe au sang de Jupiter
    15 juin 2016

  63. L’ascension du Mont Ventoux, un « copié-collé » de celle du Crêt Pourri, ou : Pétrarque a-t-il plagié Bacchus ?
    15 août 2016

  64. Corrupticoles, phantasiastes et dyscoles, ou la mise en abyme de Bessus
    1er novembre 2016

  65. La « Divine Liturgie » de Jean Chrysostome au monastère de Saint Oyend ?
    1er janvier 2017

  66. L’appel au secours de Silvania : Bacchus tenté par l’enkratéia
    1er juin 2017

  67. Proskynèse, douleurs articulaires et crottes de bouquetins
    1er août 2017

  68. Résurrection de Bacchus selon Sédulius
    1er octobre 2017

  69. Ordination presbytérale au pays des Colliberts : une première !
    1er février 2018

  70. Archives en péril au monastère des Îles d’Hyères
    15 mars 2018

  71. Epanadiplose, Buisson ardent et Troussepinette, ou le retour victorieux de Bessus au jardin
    1er juillet 2018

  72. Sacramentaires gélasiens et souris théophages
    15 septembre 2018

  73. Des Odes de Salomon au jaune liturgique
    15 décembre 2018

  74. Il était une fois … La (fausse) question de l’âme des femmes
    1er avril 2019

  75. De l’agneau baptismal à l’agnoète infernal
    15 octobre 2019

  76. De la fête des Martyrs à celle de tous les Saints : le songe prémonitoire de Silvania
    15 janvier 2020

  77. Marais inondés, coqs confinés : un Carême inattendu pour Bessus et Vera
    15 mars 2020

  78. L’ascendance taïfale de Silvania ou la révélation d’un mensonge généalogique
    15 juin 2020

  79. Variations grégoriennes, litanies des saints et mots-barrières
    1er octobre 2020