Caritaspatrum
Accueil du siteCOLLOQUES DE PATRISTIQUE DE LA ROCHELLELes Pères de l’Eglise et les femmes
Dernière mise à jour :
samedi 10 avril 2021
Statistiques éditoriales :
891 Articles
1 Brève
82 Sites Web
70 Auteurs

Statistiques des visites :
1318 aujourd'hui
2074 hier
1172092 depuis le début
   
Les Pères et les femmes : les communications
jeudi 8 mai 2008
par Pascal G. DELAGE
popularité : 7%

Hervé SAVON ( Professeur honoraire à l’Université libre de Bruxelles). Saint Ambroise et les femmes.

Deux sources principales : les œuvres d’Ambroise ( surtout les Lettres et les écrits destinés aux vierges consacrées ) ; la première biographie d’Ambroise, par le diacre Paulin, qui fut son secrétaire. Au commencement, il y a la relation d’Ambroise et de son frère Satyrus avec leur sœur aînée Marcelline, qui avait reçu le voile d’épouse du Christ des mains du pape Libère et qui menait dans le Palazzo familial à Rome une vie simple et frugale, consacrée à la prière, à la lecture de la Bible et à l’aumône. C’est cet exemple – reflet lui-même de la figure idéale de Marie – qu’il propose aux vierges consacrées dans plusieurs traités. Cette vie austère, mais harmonieuse, apparaît parfois dans ces exhortations comme une libération des servitudes de la vie conjugale. A l’opposé, mais en mineur, il y a la femme hantée par la volonté de puissance, dont le modèle est fourni par l’impératrice arienne Justine qui engagea contre Ambroise une lutte implacable, et fut la mauvaise conseillère de son jeune fils, comme Eve l’avait été d’Adam et la femme de Job de son irréprochable époux. Car pour Ambroise toute relation humaine ne trouve son sens que lorsqu’elle est interprétée à la lumière de son archétype biblique.