Caritaspatrum
Accueil du site
Dernière mise à jour :
samedi 30 mai 2020
Statistiques éditoriales :
854 Articles
1 Brève
77 Sites Web
65 Auteurs

Statistiques des visites :
330 aujourd'hui
84 hier
820636 depuis le début
   
Annonces
COLLOQUES A VENIR

La théologie orientale.

organisé par : Département Études patristiques du Centre Sèvres

Lieu : Centre Sèvres - 35bis, rue de Sèvres – 75006 Paris

Dates : 17 mai 2019

Pour en savoir plus, cliquer ici

 
Brèves
VIENT DE PARAITRE
lundi 10 février

Claire SOTINEL (dir.)

ROME, LA FIN D’UN EMPIRE. De Caracalla à Théodoric, 212-fin du Ve siècle

En 212, l’empereur Caracalla confère par édit la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l’Empire. Cette mesure couronne une évolution séculaire vers un empire à la fois politiquement unifié et culturellement universel. En 527, les élites romaines prennent conscience que les royaumes gothiques ont achevé de tuer l’Empire d’Occident. Le passage de témoin à l’Empire byzantin se réalise dans un Ve siècle qui se termine lorsque l’empereur Justinien tente de reconstituer une unité impériale universelle, sur des bases devenues profondément différentes de celles qui avaient fondé l’Empire romain.

Éditeur : Belin

ISBN : 978-2-7011-6497-7

 
dimanche 15 mars 2020
Marais inondés, coqs confinés : un Carême inattendu pour Bessus et Vera

En effet, le poulailler de nos voisins mitoyens a été inondé la semaine dernière suite aux débordements des cours d’eau qui font actuellement de notre marais un territoire liquide. Afin de sauver leurs gallinacés (douze poules et trois coqs) [2] qui appartiennent à cette race Gauloise dorée [3] que nous savourons passionnément, tant sur le plan esthétique que sur le plan culinaire, ils les ont confinés si près de leur maison qu’au petit matin, ma Vera et moi, nous nous demandons si un démon nocturne ne nous a pas changés nous-mêmes respectivement en gallus et gallina. Mon épouse m’assure que, dans mon sommeil, j’ai cité d’une voix tonitruante, en conjuguant les verbes à la première personne, le portrait du coq selon Pline l’Ancien : Je marche la tête haute, la crête droite ; […] seul parmi les oiseaux, je regarde souvent le ciel, dressant aussi dans les airs ma queue recourbée comme une faucille. Aussi j’inspire de la terreur, même aux lions, les plus courageux des animaux [4].

En parfait accord avec ma Véra, nous avons choisi de vivre ce temps d’épreuve sonore matutinale sans récrimination, comme une forme de pénitence consonant avec notre entrée dans la Sainte quarantaine [5]. Une curiosité, que nous espérions louable et salutaire, nous a détournés de Pline l’Ancien pour partir chasser le coq dans les livres bibliques. Jusque là, nous n’en connaissions qu’un, celui dont le triple coco coco [6] révéla à l’apôtre Pierre sa trahison à l’égard de son Maître. Le premier discours de Yahvé dans le livre de Job débusqua brièvement notre premier coq vétérotestamentaire : Qui a mis dans l’ibis la sagesse ? donné au coq l’intelligence ? Le livre des Proverbes en fit surgir un deuxième de manière plus loquace : Trois choses ont une belle allure et quatre une belle démarche : le lion, le plus brave des animaux, qui ne recule devant rien ; le coq bien râblé ou le bouc, et le roi qui harangue le peuple. Maigre tableau de chasse qui, de surcroît, fondit comme neige au soleil lorsque navigant entre Bible hébraïque, Septante, Vetus latina et Vulgate, nous prîmes conscience que le « coq » chez Job relevait d’une traduction plus qu’incertaine, Quant à celui des Proverbes, on pouvait aussi bien le transformer en « cigale », en « cheval », en « zèbre » ou en « lévrier ».

Quelque peu dépités, nous décidâmes alors de pratiquer un jeûne (temporaire, tu t’en doutes) d’exégèse et de nous restaurer spirituellement avec les 25 strophes de l’Hymne au Chant du Coq de Prudence [7] qui voit en lui la figure du Christ ressuscité des morts, et comme tel, l’annonciateur de la dernière aurore, celle du Jugement dernier. Nous vous offrons la première et la cinquième strophes : Le messager ailé du jour / chante l’approche de la lumière ; / voici que l’éveilleur des âmes, / le Christ, nous appelle à la vie. […] Nous qui sommes enveloppés d’affreuses ténèbres / et enfoncés dans de molles couvertures, / elle [cette voix] nous incite à quitter le repos / au moment où le jour va venir.

A la relecture, nous nous demandons si les mauvaises langues qui estiment Prudence meilleur chrétien que poète n’ont pas un peu raison.

Nous vous laissons juges…

Bessus

 

[2] Il est intéressant de noter que le voisin de Bessus se situe dans la norme d’aujourd’hui : 4 à 5 poules pour un coq. A moins d’y voir une permanence de normes ancestrales

[3] Ce sont les Romains qui les premiers ont associé le coq et la Gaule. À l’origine de cette association, un simple jeu de mots : en latin c’est le même terme, gallus, qui désigne à la fois et l’oiseau et l’habitant de la Gaule. Plusieurs auteurs, dont César dans sa Guerre des Gaules, rapprochent ainsi la fougue des guerriers gaulois de la vaillance du coq défendant ses poules (Goudineau 2002 : 65-66). Michel Pastoureau, Le coq médiéval, in https://doi.org/10.4000/ethnoecologie.3288

[4] Voici la citation exacte : Il marche la tête haute, la crête droite ; […] seuls parmi les oiseaux, ils [les coqs] regardent souvent le ciel, dressant aussi dans les airs leur queue recourbée comme une faucille. Aussi inspirent-ils de la terreur, même aux lions, les plus courageux des animaux. (Naturalis Historia [NH], X, 48).

[5] Cette « Sainte quarantaine » ne renvoie pas, bien sûr, à une isolation des personnes pour suspicion de maladies contagieuses, mais au temps du Carême.

[6] Chant du coq en latin : ou bien Bessus privilégie la forme latine ou bien le « cocorico » n’était pas encore ambiant dans sa région et/ou au VIIe siècle.

[7] Prudence, né en Espagne, 348-415/425, homme d’une grande culture littéraire. Il fut chargé de hautes fonctions administratives et militaires. Au soir de sa vie, il se consacra à la composition de poésies religieuses, apologétiques, didactiques ou lyriques.

Articles les plus récents
samedi 30 mai 2020
398
Consulat d’Honorius auguste pour la 4e fois et d’Eutychianus
Mascezel, sachant à partir de l’exemple de Théodose combien, dans les situations les plus désespérées, la prière de l’homme pouvait obtenir de la clémence de Dieu par l’intermédiaire de la foi dans le Christ, alla dans l’île de Capraria où il emmena avec lui quelques serviteurs de Dieu… il mérita une victoire sans combat et une reconquête sans massacre (Paul Orose, Histoires, VII, 5)

lire la suite de l'article
dimanche 10 mai 2020
Le Palais de Galère à Thessalonique (Grèce)
Le complexe palatial de Galère, le groupe monumental le plus important de Thessalonique, a été construit aux confins de deux mondes, celui de Rome et celui de Byzance. Son édification a commencé au tournant du IIIe / IVe siècle après J.-C., lorsque le César Galerius Valerianus Maximianus Galerius (260-311), un haut-officier d’origine illyrienne associé au pouvoir par l’empereur Dioclétien en 293, choisit Thessalonique pour en faire l’une des capitales de l’Empire romain. Au début des « tempora christiana », Thessalonique servit fréquemment de lieu de résidence temporaire à de nombreux empereurs qui firent (…)

lire la suite de l'article
mardi 5 mai 2020
La Bibliothèque copte de Nag Hammadi
Vous y trouverez, signées par plus d’une vingtaine de collaborateurs, les traductions françaises de tous les textes en langue copte contenus dans les codex de papyrus découverts près de la ville moderne de Nag Hammadi en Haute-Égypte en 1945. Il importe de noter qu’il s’agit de traductions toujours sujettes à révision. Les lecteurs désireux d’en apprendre davantage sur ces textes tireront profit à consulter le volume Écrits gnostiques. La bibliothèque de Nag Hammadi publié dans la collection Bibliothèque de la Pléiade aux éditions Gallimard en décembre 2007.
Bienvenue sur le site de la Bibliothèque copte (…)

lire la suite de l'article
jeudi 30 avril 2020
397
Consulat de Caesarius et d’Atticus
A l’époque de ces consuls, la nobilissima Flacilla la jeune naquit au mois de Daisius, le 15 des calendes de juillet (« Chronique pascale »).

lire la suite de l'article
samedi 25 avril 2020
Une villa toscane de l’Antiquité tardive sortie de Terre
Durant 13 étés, Marco Cavalieri, professeur d’archéologie romaine à l’UCLouvain, et son équipe ont réalisé des fouilles près de la ville de San Gimignano en Toscane. Ils ont révélé petit à petit l’existence d’une immense villa datant de l’Antiquité tardive. D’ici 2021, un parc archéologique et un musée mettront en lumière ce long travail de fouilles.
Pour en savoir un peu plus, cliquer ici

lire la suite de l'article