Caritaspatrum
Accueil du site
Dernière mise à jour :
vendredi 25 septembre 2020
Statistiques éditoriales :
867 Articles
1 Brève
78 Sites Web
68 Auteurs

Statistiques des visites :
813 aujourd'hui
1696 hier
928152 depuis le début
   
Annonces
COLLOQUES A VENIR

« Classique et barbare » : la sculpture de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (IVe-Xe siècle). Du corpus aux humanités numériques.

organisé par : L’association SATHMA (Sculptures de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge)

Lieu : Ecole du Louvre, amphithéâtre Michel-Ange - Paris

Dates : 24-25 septembre 2020

Pour en savoir plus, cliquer ici

 
Brèves
VIENT DE PARAITRE
mardi 15 septembre

Bernadette CABOURET

LA SOCIETE DE L’EMPIRE ROMAIN D’ORIENT : IVe-VIe SIECLE

On peut choisir d’étudier l’Empire romain par le biais des événements généraux et des vicissitudes militaires ou politiques, on peut faire l’histoire des grands hommes en suivant des sources antiques qui les ont privilégiés. Mais on peut aussi s’intéresser aux composantes anonymes de la société qui a incarné cette histoire. Les femmes et les hommes qui ont peuplé villes et campagnes de l’Orient romain sont ici présentés en une période particulière, celle de l’Antiquité tardive. Pourquoi l’Antiquité tardive ? C’est une époque de bouleversements et de profonds remaniements : le gouvernement impérial devient un dominat, l’Etat impose des contraintes qui sont vivement ressenties et l’économie se transforme, la séparation est consommée entre l’Orient et l’Occident et le christianisme modifie les comportements, les pensées, bref paraît irriguer et informer la société.

Éditeur : Presses Universitaires Rennes

ISBN : 978-2753579835

 
Auteur : Pierre MARAVAL
Articles de cet auteur
mercredi 20 janvier 2010
« Constantine and the Bishops » d’H.A. Drake.
Comme il nous l’annonçait dernièrement sur le site de CaritasPatrum, le professeur Pierre Maraval nous fait part ici de la recension qu’il a faite de l’ouvrage de H. A. DRAKE, « Constantine and the Bishops. The Politics of Intolerance », recension parue une première fois dans la revue Adamantius. Cette étude en particulier nous invite à considérer autrement la politique religieuse d’un empereur qui, loin de vouloir faire triompher « sa » religion, s’était efforcé créer un véritable consensus entre chrétiens et païens en faveur d’un espace public religieusement neutre.

lire la suite de l'article