Caritaspatrum
Accueil du siteCHRONICAE WELLENSISCorrespondance campagnarde
Dernière mise à jour :
jeudi 5 décembre 2019
Statistiques éditoriales :
832 Articles
1 Brève
76 Sites Web
59 Auteurs

Statistiques des visites :
125 aujourd'hui
233 hier
762218 depuis le début
   
Discernement spirituel par correspondance
dimanche 15 janvier 2012
par Annie WELLENS
popularité : 5%

Ta confiante ouverture d’âme à mon égard, Bessus très cher, alors que je ne suis pas ton père spirituel, a suscité en moi un double mouvement, le second corrigeant très vite le premier : d’abord la tristesse de ressentir mon indignité face à une telle demande de discernement des pensées, puis la joie de voir se manifester ainsi l’amitié spirituelle que nous pratiquons selon l’esprit de notre bien-aimé Paulin de Nole. Même si nos demeures sont géographiquement très éloignées l’une de l’autre, nous sommes présents l’un à l’autre… puisque nous sommes membres d’un seul corps, nous avons un unique chef, nous sommes irrigués par une unique grâce, nous vivons d’un seul pain, nous marchons sur une même route, nous habitons une même maison [1].

Ma Silvania, dont la vitalité est curieusement galvanisée par le froid intense qui gèle notre campagne, tourbillonne près de moi afin, me dit-elle, de chasser les poussières révélées par les rayons du soleil hivernal sur les volumes qui peuplent mon cher scriptorium, le lieu d’où je t’écris. Il m’arrive d’envier le sort des moines qui, eux, ne risquent pas d’être dérangés dans leurs travaux de copies ou d’enluminures, par une femme venant traquer impitoyablement les toiles d’araignée, au risque de perturber le précieux désordre indispensable dans ce genre de lieu.

Convient-il ou non que tu révèles publiquement le péché de Patrick d’Irlande telle est ta question. Il m’apparaît clairement, après avoir relu plusieurs fois ta missive, que, dégrisé de ton accès de vaine gloire quant à ton ambition de devenir le découvreur d’un Patrick hymnographe, le même mauvais esprit t’a de nouveau agité, en te proposant, cette fois, de te travestir en redresseur de torts au service de la vérité. Car enfin, Bessus très cher, à quoi servirait-il de déconsidérer l’épiscope irlandais et son précieux labeur ecclésial pour une heure d’égarement qui n’a blessé que lui-même et dont il s’est repenti ? La violation du secret de l’exagoreusis [2] me semble encore plus grave que le fait de donner des armes aux ennemis de notre foi qui pourraient produire d’insultants libelles au sujet de cette révélation. Pire encore, songe à l’enchaînement fatal qui te guetterait : une fois que tu auras goûté au plaisir de la divulgation du secret d’autrui, tes portes intérieures seront désormais ouvertes à tous les vents du bavardage indiscret. Je te supplie de ne pas tomber dans ce piège dénoncé non seulement par nos Pères mais aussi par nos auteurs païens, grecs et latins. Rappelle-toi l’histoire du berger Battus rapportée par Ovide, qui fut témoin d’un vol de jeunes vaches commis par le dieu Mercure. Ce dernier en donna une au berger pour s’assurer de son silence. Battus promit de se taire, et bientôt, Mercure revint vers lui sous un autre aspect et lui promit un taureau en plus d’une vache s’il dévoilait le larcin. Sans hésitation, Battus avoua. Aussitôt, Mercure éclata de rire en lui disant : C’est moi, perfide, que tu trahis pour moi ?. Il changea le berger en une pierre que l’on appela « index », le dénonciateur, et Ovide, qui rapporte l’histoire, d’ajouter : Une antique infamie s’attache à ce rocher qui n’avait pas mérité cela [3].

Plus sérieusement, reprends le chemin de ton âme, relis les étapes par lesquelles tu es passé jusqu’au moment où tu m’as écrit ta lettre. Les premiers ascètes, grâce à leur expérience, nous ont balisé, si j’ose dire, la route des tentations. Marc l’Ermite estime que le premier moment (prosbolè) n’est pas de notre responsabilité, la tentation nous advient. Viennent ensuite le colloque intérieur avec la suggestion (syndyasmos) puis la lutte contre elle (palè). Alors, nous pouvons vaincre ou consentir (syncatathesis), c’est-à-dire commettre le péché, qui, répété, engendre la passion (pathos) aboutissant à la terrifiante captivité de l’âme sous le joug du Mauvais.

Je m’arrête, avant que le vain bavardage ne vienne obscurcir les mots que je t’écris. Puisse le Verbe de Dieu qui, seul, donne poids et justesse à nos paroles humaines, te guider, te réconforter et te donner de choisir à bon escient les sentiers parfois déroutants où nous accompagne inlassablement le bon Berger.

Bacchus

 

[1] Selon toute vraisemblance, Bacchus cite ici, à sa manière, la Lettre aux Ephésiens 6,2, de Paulin de Nole

[2] Dans la tradition des Pères orientaux, ouverture de conscience totale à l’Abbé, pour les moines, au Père spirituel pour les laïcs.

[3] Certainement dans les Métamorphoses, II.

Articles de cette rubrique
  1. De l’utilité de la navigation sur le Net.
    1er juin 2008

  2. Quand Bacchus s’intéresse aux Pères...
    15 juillet 2008

  3. Promesse de vendanges spirituelles.
    1er septembre 2008

  4. Pédagogie spirituelle
    15 octobre 2008

  5. Appétit de sciences
    1er décembre 2008

  6. Fièvre sternutatoire
    15 janvier 2009

  7. Agacements machistes...
    1er mars 2009

  8. Rencontre après Martin
    15 avril 2009

  9. Coup de tonnerre.
    1er juin 2009

  10. D’une correspondance à l’autre.
    15 juillet 2009

  11. Querelle hymnologique
    1er septembre 2009

  12. Entre vin nouveau et table tournante
    15 octobre 2009

  13. Vers la Lumière.
    1er décembre 2009

  14. De la réduction de texte à la réduction de tête
    15 janvier 2010

  15. D’un hymnographe à l’autre.
    1er mars 2010

  16. Où se résolvent heureusement deux affaires douloureuses pour Bacchus
    15 avril 2010

  17. Terreur volcanique
    1er juin 2010

  18. Douceur médocaine
    15 juillet 2010

  19. Une première liturgique à Mediolanum Santonum : le 15 août
    1er septembre 2010

  20. Turbulences intérieures et menaces incendiaires
    15 octobre 2010

  21. Trafic d’influences, d’Orphée à Grégoire de Nazianze
    1er décembre 2010

  22. De la colère aux larmes : rigueurs de l’exégèse et soucis de voisinage
    15 janvier 2011

  23. Commando colombanophile dans le Golfe des Pictons
    1er mars 2011

  24. La tentation de Saint Hilaire. Un parchemin retrouvé.
    15 avril 2011

  25. Dur printemps pour les Pictons.
    1er juin 2011

  26. Chrysostom’attitude en Narbonnaise.
    15 juillet 2011

  27. La monachomyomachie ou les moines contre les mulots
    1er septembre 2011

  28. Origène for ever !
    15 octobre 2011

  29. Lumière nouvelle sur le péché de saint Patrick.
    1er décembre 2011

  30. Discernement spirituel par correspondance
    15 janvier 2012

  31. Dégel intérieur mais frimas extérieurs. Bonus : un scoop sur les ragondins.
    1er mars 2012

  32. Le phénix de Lactance et le vin de Muscat, ou la thérapeutique spirituelle de Silvania
    15 avril 2012

  33. A mystagogie déplacée, liturgie dévoyée
    1er juin 2012

  34. De la pluie aux larmes, que d’eau ! que d’eau !
    15 juillet 2012

  35. Virgile, le Pseudo-Longin, Antoine et Athanase, même combat !
    1er septembre 2012

  36. De Johannes-Petrus à Doliprane de Céphalée.
    15 octobre 2012

  37. Picnolepsie et antiennes Ô
    1er décembre 2012

  38. Bacchus, vous avez dit : « dévarié » ?
    15 janvier 2013

  39. De Bethléem à Madiran : nouvelles lueurs sur le caractère de Jérôme
    1er mars 2013

  40. La joyeuse cinquantaine
    15 avril 2013

  41. D’Eugène de Tolède aux « énergumènes »
    1er juin 2013

  42. Sentiment océanique
    15 juillet 2013

  43. Des « astrologues chrétiens » : oxymore ou coquecigrue ?
    1er septembre 2013

  44. Les « reliques » ou le feu aux poudres
    15 octobre 2013

  45. Esclave, chasse les mouches !
    1er décembre 2013

  46. Mystère de l’esperluette
    15 janvier 2014

  47. Du Verbe abrégé à la bulle d’eau humaine
    1er mars 2014

  48. Benoit et Colomban : même combat spirituel ?
    1er mai 2014

  49. L’hémine et le charivari
    15 juin 2014

  50. Main basse sur les reliques de Benoît et Scholastique
    15 août 2014

  51. Venance Fortunat, auteur de « Frère Jacques » ?
    15 septembre 2014

  52. Marmite bouillante, amitié florissante
    1er décembre 2014

  53. L’érysipèle, l’hérésie et le Christ médecin
    15 janvier 2015

  54. Erasme et le vin de Nîmes
    15 avril 2015

  55. Confession ou rétractation ?
    1er juin 2015

  56. Le Purgatoire, ou l’Enfer climatisé
    15 juillet 2015

  57. Le Bréviaire d’Alaric ou le salut (pour Bessus) par les Wisigoths
    15 septembre 2015

  58. Haro gaulois sur les stylites !
    1er novembre 2015

  59. Polémique monastique en Armorique et menace de burn-out pour Bessus
    1er mars 2017

  60. Romanos le Mélode : plus fort que le son des cloches et des orgues !
    15 décembre 2015

  61. De l’allitération au kakemphaton et du kakemphaton à l’Hypapante
    15 février 2016

  62. Du bréviaire hispano-mozarabe au sang de Jupiter
    15 juin 2016

  63. L’ascension du Mont Ventoux, un « copié-collé » de celle du Crêt Pourri, ou : Pétrarque a-t-il plagié Bacchus ?
    15 août 2016

  64. Corrupticoles, phantasiastes et dyscoles, ou la mise en abyme de Bessus
    1er novembre 2016

  65. La « Divine Liturgie » de Jean Chrysostome au monastère de Saint Oyend ?
    1er janvier 2017

  66. L’appel au secours de Silvania : Bacchus tenté par l’enkratéia
    1er juin 2017

  67. Proskynèse, douleurs articulaires et crottes de bouquetins
    1er août 2017

  68. Résurrection de Bacchus selon Sédulius
    1er octobre 2017

  69. Ordination presbytérale au pays des Colliberts : une première !
    1er février 2018

  70. Archives en péril au monastère des Îles d’Hyères
    15 mars 2018

  71. Epanadiplose, Buisson ardent et Troussepinette, ou le retour victorieux de Bessus au jardin
    1er juillet 2018

  72. Sacramentaires gélasiens et souris théophages
    15 septembre 2018

  73. Des Odes de Salomon au jaune liturgique
    15 décembre 2018

  74. Il était une fois … La (fausse) question de l’âme des femmes
    1er avril 2019