Caritaspatrum
Accueil du siteCHRONICAE WELLENSISCorrespondance campagnarde
Dernière mise à jour :
lundi 15 octobre 2018
Statistiques éditoriales :
820 Articles
1 Brève
74 Sites Web
46 Auteurs

Statistiques des visites :
252 aujourd'hui
518 hier
602060 depuis le début
   
Commando colombanophile dans le Golfe des Pictons
mardi 1er mars 2011
par Annie WELLENS
popularité : 6%

Dans notre Golfe des Pictons, je suis en butte, moi aussi, non pas à un seul, mais à des disciples de disciples (je maintiens cette redondance significative) colombanophiles fraîchement débarqués, qui prétendent s’installer dans une partie de notre demeure. « Nous avons remarqué qu’elle était bien vaste, et que vous ne pouvez occuper à vous deux, même en vous séparant, toutes les pièces à la fois », m’a dit, d’un ton doucereux autant qu’inquisiteur, le chef de l’expédition, ajoutant que ses cinq compagnons et lui ne demandaient pas qu’on les entretienne mais qu’ils estimaient devoir être dédommagés des travaux qu’ils venaient entreprendre pour le bien de tous.

Comme toi, je connaissais le rigorisme ascétique et le manque de courtoisie de cette famille monastique, mais je découvris alors qu’ils pouvaient y adjoindre les subtilités d’une rhétorique entièrement à leur avantage. Ma Vera, les yeux modestement baissés ( j’entendais cependant son rire intérieur) fit remarquer qu’il serait sûrement malséant que des moines séjournent dans une maison où demeurait une femme. « Nous apprécions votre pudeur qui s’exprime par ces mots, répondit le plus jeune de la troupe, mais sachez que la Règle de notre bien-aimé fondateur, béni soit-il, interdit notre séjour dans une maison où se trouve une vierge. Or, puisque vous vivez sous le joug conjugal, nous pouvons en déduire que nous sommes en règle avec notre Règle. » Je préférai attaquer sur un autre front : « Hormis les travaux spirituels, quels sont les autres que vous destinez au bien de tous ? ». Un troisième larron se dressa de toute sa taille fort impressionnante et vociféra : « Nous allons assainir vos marais, et transformer l’humide en sec, comme dans la Genèse. » « Paix, frère Tullamore, réserve tes forces pour notre chantier ! » lui conseilla son Abbé. Ma vaillante Vera repartit au combat : « Mais qui vous a chargé de ces travaux d’assèchement ? ». « Les voies du Seigneur sont impénétrables, vous le savez. L’inspiration nous en a été donnée par un songe ». Pour nous, leur songe virait au cauchemar.

Comme au livre de l’Apocalypse, il se fit un moment de silence. En priant le Créateur infini du ciel qui a su imposer des limites à toutes ses créatures, je risquai le tout pour le tout : « Savez-vous que nos voisins et amis les plus proches sont les arrière-petits-enfants de Brunehilde ? » A peine avais-je terminé ma phrase qu’ils se signèrent tous frénétiquement en glapissant d’une même voix : « Les enfants des bâtards maudits par notre Père Colomban ! Fuyons, frères ! » [En 607, Colomban avait traité de « bâtards » les petits-enfants de Brunehilde (aieule du roi Thierry II de Bourgogne) : « ils ne recevront pas le sceptre royal car ils sont issus de mauvais lieux » . Brunehilde mit tout en œuvre pour renvoyer Colomban en Irlande mais l’expulsion échoua, ou plutôt, ce fut le bateau du retour qui s’échoua sur les côtes bretonnes.]. Jamais un mensonge ne m’a paru aussi léger à porter, et Vera, familière des chemins d’une saine morale, me confirma que mieux valait accepter un moindre mal afin d’ éviter un grand péril. Je serais curieux de savoir si les Règles pénitentielles de nos irlandais prévoient ce cas de figure.

Occupé par cette histoire, j’allais succomber au péché d’omission en oubliant de te dire que, grâce à ta dernière missive narrant les dégâts occasionnés par la pluie chez ton jeune voisin, j’ai relu avec gourmandise dans L’ordre de notre bien-aimé Augustin, au Livre 1er, 6-7, sa méditation nocturne sur l’écoulement des eaux derrière les bains de la villa de Cassiciacum : Je trouvais très étonnant que la même eau rendît en se précipitant sur les cailloux un son tantôt clair tantôt sourd. Entendant son ami Licentius frapper son lit avec un morceau de bois pour en éloigner les souris, Augustin conclut fort justement qu’il ne dort pas plus que lui-même, et l’interroge sur le phénomène repéré. Licentius propose l’explication très simple d’un conduit bouché par des feuilles tombées pendant l’automne, qui ralentissent l’écoulement. Puis, la pression aquatique se faisant plus forte, le « bouchon » saute. Augustin s’étonne de ne pas y avoir pensé et Licentius s’étonne de l’étonnement de son ami. Commence alors un dialogue, dans l’obscurité de la nuit éclairée par la vive lumière de leur intelligence, sur la source de cette attitude qu’est l’étonnement. Peut-être ton voisin colérique, si tu lui lis cette histoire, sera-t-il apaisé par le verbe augustinien.

Que Prudence accompagne notre entrée dans une nuit paisible : Bien que notre corps fatigué / gise doucement incliné / nous penserons à Toi, néanmoins, / ô Christ, dans notre sommeil même.

Bessus

 
Articles de cette rubrique
  1. De l’utilité de la navigation sur le Net.
    1er juin 2008

  2. Quand Bacchus s’intéresse aux Pères...
    15 juillet 2008

  3. Promesse de vendanges spirituelles.
    1er septembre 2008

  4. Pédagogie spirituelle
    15 octobre 2008

  5. Appétit de sciences
    1er décembre 2008

  6. Fièvre sternutatoire
    15 janvier 2009

  7. Agacements machistes...
    1er mars 2009

  8. Rencontre après Martin
    15 avril 2009

  9. Coup de tonnerre.
    1er juin 2009

  10. D’une correspondance à l’autre.
    15 juillet 2009

  11. Querelle hymnologique
    1er septembre 2009

  12. Entre vin nouveau et table tournante
    15 octobre 2009

  13. Vers la Lumière.
    1er décembre 2009

  14. De la réduction de texte à la réduction de tête
    15 janvier 2010

  15. D’un hymnographe à l’autre.
    1er mars 2010

  16. Où se résolvent heureusement deux affaires douloureuses pour Bacchus
    15 avril 2010

  17. Terreur volcanique
    1er juin 2010

  18. Douceur médocaine
    15 juillet 2010

  19. Une première liturgique à Mediolanum Santonum : le 15 août
    1er septembre 2010

  20. Turbulences intérieures et menaces incendiaires
    15 octobre 2010

  21. Trafic d’influences, d’Orphée à Grégoire de Nazianze
    1er décembre 2010

  22. De la colère aux larmes : rigueurs de l’exégèse et soucis de voisinage
    15 janvier 2011

  23. Commando colombanophile dans le Golfe des Pictons
    1er mars 2011

  24. La tentation de Saint Hilaire. Un parchemin retrouvé.
    15 avril 2011

  25. Dur printemps pour les Pictons.
    1er juin 2011

  26. Chrysostom’attitude en Narbonnaise.
    15 juillet 2011

  27. La monachomyomachie ou les moines contre les mulots
    1er septembre 2011

  28. Origène for ever !
    15 octobre 2011

  29. Lumière nouvelle sur le péché de saint Patrick.
    1er décembre 2011

  30. Discernement spirituel par correspondance
    15 janvier 2012

  31. Dégel intérieur mais frimas extérieurs. Bonus : un scoop sur les ragondins.
    1er mars 2012

  32. Le phénix de Lactance et le vin de Muscat, ou la thérapeutique spirituelle de Silvania
    15 avril 2012

  33. A mystagogie déplacée, liturgie dévoyée
    1er juin 2012

  34. De la pluie aux larmes, que d’eau ! que d’eau !
    15 juillet 2012

  35. Virgile, le Pseudo-Longin, Antoine et Athanase, même combat !
    1er septembre 2012

  36. De Johannes-Petrus à Doliprane de Céphalée.
    15 octobre 2012

  37. Picnolepsie et antiennes Ô
    1er décembre 2012

  38. Bacchus, vous avez dit : « dévarié » ?
    15 janvier 2013

  39. De Bethléem à Madiran : nouvelles lueurs sur le caractère de Jérôme
    1er mars 2013

  40. La joyeuse cinquantaine
    15 avril 2013

  41. D’Eugène de Tolède aux « énergumènes »
    1er juin 2013

  42. Sentiment océanique
    15 juillet 2013

  43. Des « astrologues chrétiens » : oxymore ou coquecigrue ?
    1er septembre 2013

  44. Les « reliques » ou le feu aux poudres
    15 octobre 2013

  45. Esclave, chasse les mouches !
    1er décembre 2013

  46. Mystère de l’esperluette
    15 janvier 2014

  47. Du Verbe abrégé à la bulle d’eau humaine
    1er mars 2014

  48. Benoit et Colomban : même combat spirituel ?
    1er mai 2014

  49. L’hémine et le charivari
    15 juin 2014

  50. Main basse sur les reliques de Benoît et Scholastique
    15 août 2014

  51. Venance Fortunat, auteur de « Frère Jacques » ?
    15 septembre 2014

  52. Marmite bouillante, amitié florissante
    1er décembre 2014

  53. L’érysipèle, l’hérésie et le Christ médecin
    15 janvier 2015

  54. Erasme et le vin de Nîmes
    15 avril 2015

  55. Confession ou rétractation ?
    1er juin 2015

  56. Le Purgatoire, ou l’Enfer climatisé
    15 juillet 2015

  57. Le Bréviaire d’Alaric ou le salut (pour Bessus) par les Wisigoths
    15 septembre 2015

  58. Haro gaulois sur les stylites !
    1er novembre 2015

  59. Polémique monastique en Armorique et menace de burn-out pour Bessus
    1er mars 2017

  60. Romanos le Mélode : plus fort que le son des cloches et des orgues !
    15 décembre 2015

  61. De l’allitération au kakemphaton et du kakemphaton à l’Hypapante
    15 février 2016

  62. Du bréviaire hispano-mozarabe au sang de Jupiter
    15 juin 2016

  63. L’ascension du Mont Ventoux, un « copié-collé » de celle du Crêt Pourri, ou : Pétrarque a-t-il plagié Bacchus ?
    15 août 2016

  64. Corrupticoles, phantasiastes et dyscoles, ou la mise en abyme de Bessus
    1er novembre 2016

  65. La « Divine Liturgie » de Jean Chrysostome au monastère de Saint Oyend ?
    1er janvier 2017

  66. L’appel au secours de Silvania : Bacchus tenté par l’enkratéia
    1er juin 2017

  67. Proskynèse, douleurs articulaires et crottes de bouquetins
    1er août 2017

  68. Résurrection de Bacchus selon Sédulius
    1er octobre 2017

  69. Ordination presbytérale au pays des Colliberts : une première !
    1er février 2018

  70. Archives en péril au monastère des Îles d’Hyères
    15 mars 2018

  71. Epanadiplose, Buisson ardent et Troussepinette, ou le retour victorieux de Bessus au jardin
    1er juillet 2018