Caritaspatrum
Accueil du siteCOLLOQUES DE PATRISTIQUE DE LA ROCHELLELes Pères de l’Eglise et les femmes
Dernière mise à jour :
lundi 10 août 2020
Statistiques éditoriales :
864 Articles
1 Brève
78 Sites Web
68 Auteurs

Statistiques des visites :
1049 aujourd'hui
1519 hier
873696 depuis le début
   
Les Pères et les femmes : les communications
jeudi 8 mai 2008
par Pascal G. DELAGE
popularité : 6%

Patrick LAURENCE (Université de Tours – François Rabelais), Les Lettres d’Eutrope à Cerasia.

Fin du quatrième siècle, début du cinquième, le prêtre Eutrope envoie quatre lettres à une femme noble du nom de Cerasia. La première répond à la demande de conseil de cette dame qui, avec sa sœur, vient d’être déshéritée par son père. La seconde est une exégèse chrétienne de la circoncision. La troisième est une méditation sur l’homme et sur ce que doit représenter son idéal. La quatrième et dernière s’interroge sur les souffrances de l’humanité. Mais il existe un point commun entre ces lettres : toutes quatre traitent de l’ascèse chrétienne, constituée par le renoncement au monde, à ses richesses et à ses plaisirs : c’est dans cette voie que s’était engagée Cerasia, et la correspondance d’Eutrope nous invite à comprendre comment ce prêtre envisage le mode de vie monastique pour une femme noble, et quels sont les présupposés, mais aussi les conséquences de tels conseils.

Denis LENGRAND (Centre de Recherches sur l’Antiquité Tardive et le Haut Moyen-Age René Ginouves), L’évêque d’Hippone et les femmes.

L’œuvre de saint Augustin nous a semblé offrir un témoignage extrêmement riche sur la condition des femmes dans l’Antiquité Tardive. En effet, l’évêque d’Hippone était à la fois un pasteur, une référence morale et un homme d’autorité amené à juger ou à défendre ses ouailles, dans un contexte difficile de lutte contre le paganisme, l’hérésie. Sa correspondance , les sermons qu’il agrémente d’anecdotes tirées de la vie quotidienne, permettent d’appréhender les conditions concrètes de la vie des jeunes filles, épouses et mères. En même temps, saint Augustin témoigne de la place des femmes dans la société chrétienne et du système de valeurs en usage, stigmatisant la « mauvaise femme » mais citant de nombreux exemples contraires.