Caritaspatrum
Accueil du siteCOLLOQUES DE PATRISTIQUE DE LA ROCHELLELes Pères de l’Eglise et les femmes
Dernière mise à jour :
mercredi 5 août 2020
Statistiques éditoriales :
863 Articles
1 Brève
78 Sites Web
68 Auteurs

Statistiques des visites :
431 aujourd'hui
1844 hier
866203 depuis le début
   
Les Pères et les femmes : les communications
jeudi 8 mai 2008
par Pascal G. DELAGE
popularité : 15%

Philippe BLAUDEAU (Membre de l’Ecole Française de Rome), Les augustae garantes de la continuité de la politique religieuse impériale ? Regard sur l’engagement respectif de Pulchérie et d’Eudocie dans la controverse christologique (448-156). Le déclenchement de la polémique autour des convictions de l’archimandrite Eutychès (448) s’accompagne d’une intervention marquée de l’empereur Théodose II. Sa préférence pour la ligne défendue par Dioscore d’Alexandrie s’exprime sans réserve et ne varie nullement jusqu’à sa mort accidentelle ( juillet 450). Or, dernier descendant mâle de la dynastie théodosienne, le basileus disparaît alors que la situation religieuse reste fort agitée, au point que Pulchérie et Eudocie, respectivement sœur et épouse de Théodose qui ont été tenues à l’écart des décisions prises par le souverain, apparaissent bientôt comme les figures emblématiques des deux camps opposés. Causée par des considérations personnelles, l’implication de ces deux augustae dans le développement de la controverse est cependant indissociable des liens qui les unissent au souverain défunt. Aussi doivent-elles signifier chacune qu’elles assurent par leur choix une certaine continuité de la politique religieuse décidée, un temps au moins, par Théodose. C’est cette délicate mise en perspective du motif de fidélité à une représentation idéale de l’Eglise impériale censée caractériser la première moitié du 5e siècle que nous nous proposons d’examiner ici en interrogeant des sources partisanes d’une grande richesse.

Catherine BROC-SCHMEZER (Université de Bordeaux), Les femmes de la Bible, reflet de l’évolution de Jean Chrysostome.

Le commentaire que fait occasionnellement Jean Chrysostome sur les femmes de la Bible permet de suivre l’évolution de sa pensée sur les femmes et sur leur rôle dans la société et dans l"Eglise : la figure biblique demeure, mais le contexte - historique, social, ecclésial - et l’expérience du prédicateur changent et l’amènent à modifier son discours. C’est cette évolution que nous tenterons de saisir au travers de quelques exemples.