Maxime le Confesseur, « Questions à Thalassios (I-XL) ».
mardi 25 janvier 2011

Ce volume inaugure la parution en trois tomes, dans la collection de référence « Sources chrétiennes », des « Questions à Thalassios », l’une des œuvres les plus célèbres du grand théologien byzantin saint Maxime le Confesseur (580-662), destinée de prime abord à expliquer des passages difficiles de la Sainte Écriture, mais servant en fait de prétexte à l’auteur pour exposer sa doctrine spirituelle.

Dans une introduction de 92 pages, Jean-Claude Larchet, spécialiste internationalement reconnu de saint Maxime auquel il a consacré trois ouvrages (1996, 1998, 2003) et plusieurs introductions (1992, 1994, 1998-1, 1998-2, 1999), présente les circonstances et la date de composition de l’œuvre, ainsi que son destinataire ; il la situe ensuite dans son genre « littéraire » en dégageant les caractéristiques de l’exégèse maximienne ; puis il présente une longue synthèse de l’enseignement spirituel de saint Maxime, exprimé de manière diffuse tout au long de ces soixante-cinq questions-réponses ; il montre enfin l’influence importante que cette œuvre a exercée tant en Occident qu’en Orient (où de nombreux extraits ont notamment été intégrés à la « Philocalie »).

Face à l’édition critique qui reprend celle du Corpus Christianorum Series Graeca, vol. 7 et 22, Françoise Vinel, professeur de patrologie à la faculté de théologie catholique de l’Université de Strasbourg, bien connue comme spécialiste de saint Grégoire de Nysse et l’une des traductrices de la Septante, propose une traduction claire et précise.

La lisibilité de cette traduction permet une autre lecture de l’œuvre que celle d’Emmanuel Ponsoye (Éditions de l’Ancre, 1992), qui a rendu de grands services et qui était généralement juste quant au sens, mais qui comportait des omissions et était truffée d’archaïsmes, de néologismes et de tournures syntaxiques qui ajoutaient des difficultés nouvelles à un texte en soi déjà complexe.

La présente traduction est abondamment annotée par Jean-Claude Larchet, qui fait apparaître les relations de la pensée de saint Maxime avec celle d’autres Pères, éclaire le sens de passages et d’expressions difficiles ou précise la signification de termes auxquels Maxime donne un sens particulier.

On attend avec impatience la publication des deux autres tomes, qui permetteront de faire une lecture suivie et complète de cette œuvre fondamentale.

Questions à Thalassios

Source : orthodoxie.com