Caritaspatrum
Accueil du site
Dernière mise à jour :
vendredi 15 janvier 2021
Statistiques éditoriales :
883 Articles
1 Brève
82 Sites Web
69 Auteurs

Statistiques des visites :
38 aujourd'hui
1650 hier
1099377 depuis le début
   
Annonces
COLLOQUES A VENIR

« Classique et barbare » : la sculpture de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (IVe-Xe siècle). Du corpus aux humanités numériques.

organisé par : L’association SATHMA (Sculptures de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge)

Lieu : Ecole du Louvre, amphithéâtre Michel-Ange - Paris

Dates : 24-25 septembre 2020

Pour en savoir plus, cliquer ici

 
Brèves
VIENT DE PARAITRE
mardi 15 décembre

Jonathan CORNILLON

TOUT EN COMMUN ? La vie économique de Jésus et des premières générations chrétiennes

De quoi vivaient Jésus et ses disciples ? Comment l’apôtre Paul et ses compagnons finançaient-ils leurs activités missionnaires ? Les prédicateurs des premières générations chrétiennes étaient-ils rémunérés ? Quelles formes prenait la solidarité matérielle des premières communautés chrétiennes ? Cet ouvrage répond à ces questions en abordant l’ensemble des aspects économiques de la vie des premiers chrétiens. Dans tout l’Empire romain, la vie économique des premières communautés chrétiennes, depuis la prédication de Jésus jusqu’à la fin du IIIe siècle, n’était pas un aspect secondaire de leur engagement religieux, profondément lié à une approche éthique et solidaire de la pauvreté. Cela n’était pour autant pas contradictoire avec la mise en place de formes de financement diverses et ambitieuses, dès la prédication de Jésus. Ce livre montre que les exigences de la morale chrétienne s’accompagnaient d’une recherche d’efficacité, même si les abus et les dysfonctionnements n’étaient évidemment pas absents.

Éditeur : Le Cerf

EAN : 978-2204129978

 
jeudi 1er octobre 2020
Variations grégoriennes, litanies des saints et mots-barrières

En écrivant cela, je reconnais que je suis sous influence : celle de Grégoire de Nysse évoquant dans une lettre les conséquences cosmiques de la fête pascale : Que toute la vie soit pour toi une fête et un grand jour, en se gardant pure, autant que possible, de l’ombre nocturne [1]. Précieux indicateur qui m’invite à vous proposer le temps pascal prochain pour nos retrouvailles, temps favorable sur les plans météorologiques extérieur et intérieur.

En attendant, vous êtes présents, ton épouse, ta belle-famille et toi, dans nos prières d’intercession matinale et vespérale. Après l’hymne, les psaumes et les oraisons nous ajoutons exceptionnellement une courte litanie des saints [2], que ma Vera, toujours experte en formules fantasques, appelle un « concentré homéopathique [3] » des Litanies majeures réorchestrées par Grégoire le Grand lors de l’épidémie de peste à Rome à la fin du siècle dernier [4]. Nous demeurons cependant vigilants, comme vous, quant aux excès possibles d’une recherche démesurée de merveilleux sous couvert de piété, et loin de nous l’idée de prier les saints, toute prière ne s’adressant qu’à Dieu, mais nous prions avec eux en cette communion spirituelle de l’Église du ciel avec celle de la terre. Grégoire le Grand lui-même avertissait ses ouailles dans une homélie prononcée lors de l’une des célébrations anniversaires du dies natalis [5] du martyr Pancrace : Vous êtes venus très nombreux fêter solennellement notre martyr, vous fléchissez les genoux, vous vous frappez la poitrine, vous vous répandez en prières et confessions, vos visages sont baignés de larmes. Mais examinez, je vous en prie, examinez vos prières ! Voyez si vous demandez au nom de Jésus, c’est-à-dire si vous demandez les joies du salut éternel ! [6]. Dans notre litanie domestique, nous prenons la liberté d’intégrer Saint Sénoch évoqué au début de ma lettre, découvert grâce à la lecture de la récente Vie des Pères de Grégoire de Tours [7].

Je ne terminerai pas ce courrier par un souhait que j’ai pourtant beaucoup formulé : « Dieu vous bénisse ! ». En quelques mois il a proliféré dans tous les lieux et dans tous les milieux à chaque fois que quelqu’un éternue. Est-ce le cas chez vous ? Toujours curieuse, ma Vera a mené son enquête et, tout sourire, m’a dit que j’avais une partie de la réponse dans la lettre que j’étais en train de t’écrire. Voyant mon étonnement elle ajouta : « Mais la peste à Rome, bien sûr ! L’Abbé de Lucoteiacum vient de recevoir la visite de deux moines romains qui lui ont raconté la montée en puissance de ce qu’ils nomment ’des mots-barrières’. Voici les notes qu’il m’a confiées : Cette peste était si violente que les hommes mouraient subitement, dans les chemins, à table, au jeu, dans les réunions, de sorte que s’il arrivait que quelqu’un éternuât souvent, alors, il rendait l’âme. Aussi, entendait-on quelqu’un éternuer, aussitôt on courait et on criait « Dieu vous bénisse » et c’est là, dit-on, l’origine de cette coutume de dire « Dieu vous bénisse » à quelqu’un qui éternue [8]. On a déploré cependant, que dans les mauvais lieux de la ville, là où l’on s’enivre, certains buvaient à la santé des autres convives en prononçant, par dérision, la formule ainsi transformée : ’Dieu vous bénisse et vous fasse le nez comme j’ai la cuisse’" [9]. J’ai fait semblant de ne pas voir que mon épouse avait du mal à se retenir de rire.

Mais nous, à la manière d’un cantique concertant, chantons amen, disons alleluia.

Bessus

 

[1] Citation très exacte tirée de la Lettre 4, 10 adressée à Eusèbe, SC 363.

[2] Le premier acte authentique de canonisation connu date de 993 : c’est celui d’Udalric canonisé par le pape Jean XV. Avant cette date, donc à l’époque de Bessus et Bacchus (seconde moitié du VIIe siècle), les communautés chrétiennes érigent des autels sur la sépulture des martyrs, les « saints » et les entourent d’une vénération particulière. Aux évêques revient peu à peu la charge d’autoriser le culte et la vénération des reliques et de ceux que la pratique remarquable des vertus et les charismes divins recommandaient à la pieuse dévotion et à l’imitation des fidèles. La plupart des cultes étaient locaux et avaient pour objet le tombeau du saint.

[3] Bien évidemment, Vera fait référence ici, non pas à Samuel Hahnemann, considéré comme l’inventeur de la médecine homéopathique au XVIIIe siècle, mais au grec ομοιωζ, semblable et παθοζ, affection, maladie. Aristote définissait ce terme comme l’état d’une âme qui sent d’une façon semblable à la façon de sentir d’une autre âme, et qui, par cela, est plus disposée pour la véritable amitié. D’autres auteurs ont également abordé le sujet comme Hippocrate ou Démocrite.

[4] Pendant l’hiver 589-590. Grégoire le Grand, conseiller et secrétaire du pape Pélage II, lui succéda quand ce dernier mourut de la peste le 7 février 590.

[5] Dies natalis  : le jour de la mort des martyrs était considéré comme leur jour de naissance au ciel.

[6] Citation très précise tirée des Homélies sur l’Évangile de Grégoire le Grand, 27,7, CCSL 141, p. 235.

[7] Grégoire de Tours, né vers 538 à Clermont-Ferrand d’une famille d’origine romaine, évêque de Tours de 573 jusqu’à sa mort le 15 novembre 594. Son œuvre se divise en deux parties d’intérêt hagiographique et historique. Dans « La vie des Pères » figurent vingt-trois « Pères » - évêques, abbés, moines ainsi qu’une moniale -, personnellement choisis par Grégoire de Tours pour avoir, par leur ascèse et leur charité, mené en Gaule, entre le IV e et le VI e siècle, une « vie » consacrée à Dieu. (sur le site de l’éditeur, Les Belles Lettres, 2016).

[8] On retrouve cette même interprétation dans La Légende dorée de Jacques de Voragine au XIIIe siècle. L’enquête menée par l’épouse de Bessus en prouve donc l’antériorité.

[9] Depuis cette période la formulation insolente a circulé plus ou moins souterrainement. Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, au XVIIIe siècle, la mettra en pleine lumière dans son Barbier de Séville.

Articles les plus récents
vendredi 15 janvier 2021
La villa tardoantique de Carranque
Le parc archéologique de Carranque s’organise autour d’une villa romaine située à 5,3 km de la municipalité de Carranque (Tolède) qui jouxte la Communauté urbaine de Madrid. Site connu sous le nom de Santa María de Abajo de Carranque, cet ensemble archéologique regroupant une villa, un mausolée et une église remonte à l’Antiquité tardive et une inscription dédiée à un certain Maternus que les historiens pensent pouvoir identifier au puissant ministre de Théodose Ier (en espagnol)
Bienvenue sur le site de la [villa de (…)

lire la suite de l'article
dimanche 10 janvier 2021
Collection « Petites Journées de Patristique »

Vous trouverez ici la liste et le descriptif des Actes des Petites Journées de Patristique de Saintes édités ou coédités par l’association CaritasPatrum. Vous pouvez vous procurer ces volumes en adressant vos commandes à :

Annie Wellens, 34 quai Leclerc 17230 Marans,

ou par mail à : annie.wellens@wanadoo.fr

Frais de port selon tarifs postaux.



lire la suite de l'article
mardi 5 janvier 2021
Les secrets de la femme romaine de Spitalfields (Londres).
Les chercheurs sont parvenus à mieux cerner l’identité d’une mystérieuse femme romaine décédée dans la seconde moitié du IVe siècle, femme qui fut inhumée dans une tombe particulièrement soignée découverte en 1999 sur le site du marché de Spitalfields à Londres.

lire la suite de l'article
mercredi 30 décembre 2020
405
Consulat de Stilicon et d’Anthemius
Le plus grand disciple de Martin, Sévère, qui a aussi écrit une chronique différente de celle-ci depuis l’origine du monde jusqu’à la secte si pernicieuse des priscillianistes, achève une vie du très bienheureux Martin et un récit des prodiges qu’il a accomplis (Chronique d’Hydace)

lire la suite de l'article
vendredi 25 décembre 2020
En ce jour de Noël....
… CaritasPatrum vous propose une homélie de l’évêque de Rome Léon telle qu’elle est donnée par la Liturgie des Heures de l’Église catholique pour l’office des lectures, accompagnée de l’antienne « Ô merveilleux échange ! Mystère de l’amour : Jésus, nous demeurons en toi ! »

lire la suite de l'article