Caritaspatrum
Accueil du siteSOURCES
Dernière mise à jour :
mardi 10 décembre 2019
Statistiques éditoriales :
833 Articles
1 Brève
76 Sites Web
60 Auteurs

Statistiques des visites :
231 aujourd'hui
307 hier
763964 depuis le début
   
« Divine liturgie de saint Jacques, Frère du Seigneur en slavon et en français »
samedi 5 juillet 2014
par Jean-Claude LARCHET
popularité : 5%

Il s’agit de l’une des plus anciennes liturgies conservées par l’Église orthodoxe. Elle n’est cependant célébrée que le jour de la fête de saint Jacques, « frère » du Seigneur, le 23 octobre, sur l’île de Zakynthos (Zante), et le dimanche après la Nativité (consacré aux ancêtres du Seigneur, où saint Jacques est de nouveau commémoré aux côtés du prophète David et de saint Joseph) à Jérusalem. L’Église russe a découvert cette liturgie au XXe siècle, grâce à l’Église russe hors frontières qui en a publié une édition en 1938, rééditée par le monastère de Jordanville en 1970, et sur cette base le métropolite Nicodème (Rotov) en a institué l’usage, aux fêtes précédemment mentionnées, dans une paroisse de son diocèse de Saint-Pétersbourg. En Europe, elle est célébrée également le jour de la fête de saint Jacques dans la paroisse russe de Frankfurt (ERHF), ainsi que dans la paroisse russe de Göttingen (PM), laquelle en propose un enregistrement audio intégral sur son site Web. On peut également voir sur YouTube des vidéos des célébrations en grec et en slavon. On peut trouver sur internet le texte grec ici, et le texte slavon ici.

La célébration de cette liturgie pose divers problèmes, car il y a de notables différences d’ordo et de texte entre ses différentes éditions disponibles (outre les éditions en slavon précédemment citées, il existe trois éditions grecques : l’une réalisée en 1886 sur l’île de Zante par l’évêque du lieu Mgr Dionysios Latas – avec cependant des aménagements divers par rapport au texte des manuscrits que l’on utilisait jusque-là –, une deuxième réalisée par les éditions synodales de l’Église de Grèce en 1952, et une troisième publiée par le séminaire de Holy Cross à Boston en 1988). On ne peut pas par ailleurs se référer de manière absolue à la pratique, car elle ne reflète pas une tradition stable et ininterrompue : la liturgie célébrée sur l’île de Zante a fait l’objet, au cours du temps, de diverses modifications, et celle célébrée à Jérusalem a connu des interruptions plus ou moins longues.

La présente édition adopte une position mixte par rappport aux deux principales éditions existantes : elle suit l’ordre de l’édition de l’Église russe hors frontières, mais propose une traduction des prières à partir de l’édition grecque (on aurait aimé que le P. Alexandre Sinaikov, dont l’introduction reste très sommaire, donne davantage de précisions sur ses références et sur ses choix).

Il est à noter qu’une édition critique a été réalisée par Dom B.-Ch. Mercier et publiée dans le tome 26 de la Patrologia orientalis en 1950. Bien qu’inutilisable pour la pratique, cette édition savante devrait normalement pouvoir servir de référence pour l’élaboration d’une édition commune unifiée et fiable si les orthodoxes qui s’intéressent à ce sujet avaient le désir de collaborer et d’harmoniser leurs pratiques… Malheureusement, ici comme ailleurs, chacun fait sa « petite cuisine » dans son coin, sans indiquer clairement ce qu’il a aménagé, ce qui aboutit finalement à jeter le doute sur les différentes versions…

Le nom de cette liturgie et sa réputation d’ancienneté ne doivent pas laisser croire qu’il s’agirait d’une liturgie, conservée jusqu’à nos jours, composée par saint Jacques ou même célébrée à l’époque de l’apôtre Jacques. Il s’agit de la liturgie qui a été, durant les premiers siècles, en usage dans l’Église de Jérusalem dont l’apôtre Jacques a été le premier évêque, mais qui, selon les spécialistes, semble bien avoir une origine antiochienne (comme les liturgies de saint Jean Chrysostome et de saint Basile). Elle est assez proche de la liturgie décrite par saint Cyrille de Jérusalem dans ses Catéchèses mystagogiques au IVe siècle, mais elle a subi au siècle suivant, en sa partie centrale, une modification sur le modèle de la prière eucharistique des Pères cappadociens. Le plus ancien manuscrit qui en contient le texte (le Vaticanus graecus 2282) date du IXe siècle. Au témoignage du canoniste Théodore Balsamon (XIIe s.), son usage a été abandonné à Jérusalem au XIIe siècle au profit des liturgies de saint Jean Chrysostome et de saint Basile.

La liturgie de saint Jacques présente la même structure globale que les autres liturgies. Elle s’en distingue par différents points dont : l’absence de proscomidie (ce qui implique en principe l’usage d’un pain plat, quadrillé pour faciliter son partage) ; la disposition spatiale particulière des célébrants au début de la liturgie ; la participation, dans une proportion importante, de l’assemblée des fidèles (et non du seul chœur) au dialogue avec les célébrants ; la présence d’une lecture de l’Ancien Testament avant la lecture de l’Evangile, laquelle précède la lecture de l’épître ; le chant de l’alleluia avant et après les différentes lectures ; une référence substantielle, dans plusieurs prières, à l’Ancien Testament ; la communion au corps et au sang du Christ successivement et non simultanément ; une très longue commémoration des saints à la fin de l’anaphore. Les différentes éditions de la liturgie de saint Jacques l’ont écourtée sur ce dernier point et sur quelques autres, car si elle était célébrée dans son intégralité, elle durerait plus de trois heures.

Jean-Claude Larchet

source : www.orthodoxie.com

 
Articles de cette rubrique
  1. « Les « Propos sur la contrition » de Jean Chrysostome et le destin d’écrits de jeunesse méconnus »
    20 mai 2010

  2. « L’Eucharistie, école de vie » chez Jean Chrysostome
    15 février 2010

  3. Origène, « Commentaire sur l’Épitre aux Romains », vol. I, Livres I-II.
    20 février 2010

  4. Les symboles du christianisme ancien (Ier-VIIe siècle) de Gérard-Henry Baudry.
    10 avril 2010

  5. Grégoire le Grand, « Morales sur Job ». Sixième partie (Livres XXX-XXXII).
    20 juin 2010

  6. Paroles et exemples des Anciens. Recueil ascétique de Paul Evergétinos
    20 juillet 2010

  7. « Paroles et exemples des Anciens. Recueil ascétique de Paul Evergétinos », tomes 3 et 4.
    20 août 2010

  8. « La tradition grecque de la Dormition et de l’Assomption de Marie ».
    20 septembre 2010

  9. Jean Damascène, « La Foi orthodoxe »
    20 octobre 2010

  10. Actes et passions des martyrs chrétiens des premiers siècles
    20 novembre 2010

  11. Philippe Henne, « La Bible et les Pères »
    20 décembre 2010

  12. Maxime le Confesseur, « Questions à Thalassios (I-XL) ».
    25 janvier 2011

  13. Grégoire de Nysse, « Contre Eunome, I » (vol. 2)
    25 février 2011

  14. Stephane Bigham, « Les images chrétiennes »
    25 mars 2011

  15. Patristique et oecuménisme : thèmes, contextes, personnages
    20 avril 2011

  16. Philippe Henne, « Tertullien l’Africain »
    20 mai 2011

  17. Clément d’Alexandrie, « Quel riche sera sauvé ? »
    25 juin 2011

  18. « L’Antichrist ». Anthologie introduite par Cristian Badilita
    25 juillet 2011

  19. Alexandre Faivre, « Chrétiens et Eglises, des identités en construction ».
    15 septembre 2011

  20. Origène, « Commentaire sur l’Épître aux Romains, tome III, Livres VI-VIII »
    25 octobre 2011

  21. Évagre le Scholastique, « Histoire ecclésiastique - Livres I-III »
    30 novembre 2011

  22. Riches et pauvres dans l’Église ancienne
    30 janvier 2012

  23. Saint Maxime le Confesseur (580-662)
    20 mars 2012

  24. Recension « Les Pères de l’Eglise et la chair »
    20 avril 2012

  25. Patristique et œcuménisme : thèmes, contextes, personnages.
    15 juin 2012

  26. Textes en ligne des Pères dans la Foi - sur Migne.fr
    15 juillet 2012

  27. « Basile le Grand » de Philippe HENNE
    20 juillet 2012

  28. Antonio Orbe, « Introduction à la théologie des IIe et IIIe siècles »
    20 août 2012

  29. Maxime le Confesseur, « Questions à Thalassios », vol. 2
    20 octobre 2012

  30. Recension : Cyprien de Carthage, « Ceux qui sont tombés »
    20 novembre 2012

  31. Grégoire de Nysse, « Contre Eunome », II.
    15 décembre 2013

  32. Origène, « Commentaire de l’épître aux Romains », Livres IX-XI.
    20 décembre 2012

  33. Jean Chrysostome, « Homélies sur la Résurrection, l’Ascension et la Pentecôte », tome 1.
    15 mars 2014

  34. Amphiloque d’Iconium, Homélies – Fragments – Lettres
    15 février 2013

  35. « Divine liturgie de saint Jacques, Frère du Seigneur en slavon et en français »
    5 juillet 2014

  36. « La lettre au service du Verbe ». Correspondance de Paulin de Nole.
    25 avril 2013

  37. Philippe Henne, « Le vertige divin. La saga des stylites »
    5 août 2014

  38. Anastase le Sinaïte, « Trois homélies », suivies de « Questions et réponses spirituelles et pastorales choisies ».
    20 juillet 2013

  39. « Prier quinze jours avec Jean Chrysostome » de Laurence Brottier.
    15 octobre 2014

  40. « Constantin le Grand. Empereur romain, empereur chrétien »
    20 août 2013

  41. « Discours ascétiques. Commentaires » d’Abba Isaïe.
    25 novembre 2014

  42. Eusèbe de Césarée, « Vie de Constantin ».
    20 octobre 2013

  43. Hiéromoine Macaire de Simonos-Pétra, « Le Synaxaire. Vie des saints de l’Église orthodoxe »
    25 janvier 2015

  44. Jean Chrysostome , « L’impuissance du diable ».
    20 novembre 2013

  45. Recension : Guillaume BADY, « Jean Chrysostome, Trop occupé pour t’occuper de ta vie ?
    20 avril 2015

  46. Père Théodore Papanicolaou, « La vision de la mort à la lumière des Pères de l’Eglise »
    25 mai 2015

  47. Grégoire de Nysse, Éloge de Grégoire le Thaumaturge. Éloge de Basile.
    25 décembre 2015

  48. Ambroise de Milan, « La fuite du siècle »
    10 février 2016

  49. Maxime le Confesseur, Questions à Thalassios,
    10 mars 2016

  50. Michel Quenot, « Maladie et guérison : les saints médecins anargyres »
    15 octobre 2016

  51. Pseudo-Denys l’Aréopagite « Les Noms divins, I-IV », « Les Noms divins V-XIII – La Théologie mystique »
    5 décembre 2016

  52. Philippe Henne, « Clément d’Alexandrie »,
    5 janvier 2017

  53. Grégoire de Nysse, « Réfutation de la profession de foi d’Eunome ».
    10 février 2017

  54. Cyrille d’Alexandrie, « Contre Julien », tome Il, livres III-V.
    25 avril 2017

  55. Grégoire Palamas, « Traités démonstratifs sur la procession du Saint-Esprit »
    25 mai 2017

  56. Isidore de Péluse, « Lettres, tome III, 1701-2000 »
    10 octobre 2017

  57. Evagre le Pontique, « Chapitres sur la prière ».
    10 décembre 2017

  58. Évagre le Pontique, À Euloge – Les vices opposés aux vertus.
    15 janvier 2018

  59. Grégoire de Nysse, Lettre canonique. « Lettre sur la Pythonisse » et autres lettres pastorales.
    10 février 2018

  60. Patrick Koelher, « Sainte-Odile. Le mont et les grâces »
    10 juillet 2018

  61. Jean Chrysostome, « Panégyriques de martyrs », tome I
    5 août 2018

  62. Grégoire de Nysse, « Homélies sur le Notre Père »
    5 septembre 2018

  63. Recension : Saint Grégoire Palamas, « Les Cent cinquante chapitres »
    10 janvier 2019

  64. Cyrille d’Alexandrie, Commentaire sur saint Jean. Tome I (Livre I)
    5 mars 2019

  65. Origène et la fonction révélatrice du Verbe incarné
    5 juin 2019

  66. L’Abeille et l’acier, Clément d’Alexandrie et Origène
    15 juillet 2019

  67. « Symphonia » La concorde des textes et des doctrines dans la littérature grecque jusqu’à Origène
    20 août 2019

  68. Sources Chrétiennes. Apport grec et latin à la culture européenne
    25 septembre 2019

  69. Recension : Grégoire de Nysse, « Trois oraisons funèbres » et « Sur les enfants morts prématurément ».
    10 octobre 2019

  70. « Le Cantiques des cantiques » dans la Septante
    10 novembre 2019

  71. « Vision que vit Isaïe », collection « La Bible d’Alexandrie »
    10 décembre 2019