Caritaspatrum
Accueil du siteCHRISTIANISATION DE L’AQUITAINEEutrope de Saintes
Dernière mise à jour :
mercredi 5 août 2020
Statistiques éditoriales :
863 Articles
1 Brève
78 Sites Web
68 Auteurs

Statistiques des visites :
973 aujourd'hui
1844 hier
866745 depuis le début
   
Brèves
VIENT DE PARAITRE
lundi 10 février

Claire SOTINEL (dir.)

ROME, LA FIN D’UN EMPIRE. De Caracalla à Théodoric, 212-fin du Ve siècle

En 212, l’empereur Caracalla confère par édit la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l’Empire. Cette mesure couronne une évolution séculaire vers un empire à la fois politiquement unifié et culturellement universel. En 527, les élites romaines prennent conscience que les royaumes gothiques ont achevé de tuer l’Empire d’Occident. Le passage de témoin à l’Empire byzantin se réalise dans un Ve siècle qui se termine lorsque l’empereur Justinien tente de reconstituer une unité impériale universelle, sur des bases devenues profondément différentes de celles qui avaient fondé l’Empire romain.

Éditeur : Belin

ISBN : 978-2-7011-6497-7

 
De la légende à l’histoire.
mercredi 10 octobre 2018
par Pascal G. DELAGE
popularité : 36%

La « notice 55 » du De Gloria Martyrum que Grégoire de Tours consacre à Eutrope est plus récente d’une quinzaine d’années (vers 585) et elle met en scène l’évêque de Saintes, Palladius, un aristocrate énergique, fier de sa romanité, qui n’hésite pas à jouer la carte de l’évêque de Rome contre les évêques francs de la région. Il correspond ainsi avec le pape Grégoire le Grand (mort en 604), Grégoire qui lui envoie pour la cathédrale des reliques de saint Pierre et saint Paul. Or voilà qu’Eutrope « apparaît » à nouveau sous le pontificat de Palladius, mais cette fois-ci à deux « abbés » (moines) de Saintes. Selon la notice de Grégoire de Tours, Eutrope, envoyé en Gaule non plus par Pierre mais par Clément, son troisième successeur, fut massacré par les païens courroucés par sa prédication, la tête fracassée. Longtemps après, Palladius lui édifia une basilique funéraire, entre 570 et 600, et fit retirer de la memoria où il était enseveli, le corps du saint pasteur pour l’inhumer dans le nouvel édifice (la toute première église Saint-Eutrope). C’est à l’occasion de la translation des reliques que les clercs remarquèrent la cicatrice sur le crâne, cicatrice qu’Eutrope en personne vint donc authentifier dans la vision mentionnée un peu plus haut, car nous dit ingénument Grégoire de Tours, « on racontait que c’était un martyr oublié ».


SUR LA GLOIRE DES MARTYRS, 56, De saint Eutrope.

Eutrope, également martyr, de la ville de Saintes et envoyé en Gaule par le bienheureux évêque Clément.. Le même lui avait conféré la grâce de l’ordre épiscopal, Eutrope accomplit le devoir de sa charge par sa prédication contre les incroyants, il s’opposa aux païens qui s’étaient révoltés. Ayant provoqué leur haine, il mourut victorieux, la tête fracassée.

Mais du fait de la virulence de la persécution, il ne fut enseveli dans un lieu digne ou vénéré par les chrétiens selon l’honneur qui lui revenait. On racontait qu’il était un martyr oublié jusqu’à ce que ce fut révélé par cet ordre [du ciel].

Après un intervalle de plusieurs années, une basilique fut édifiée en son honneur, œuvre menée à bien par Palladius qui occupait alors la chaire épiscopale. Ayant réuni les abbés, il prit soin de transférer les cendres sacrées dans le lieu qu’il avait préparé. Comme on procédait à cela, deux abbés, alors que le tombeau avait été ouvert, regardèrent le saint corps et virent la blessure à la tête à l’endroit où le fer de la hache s’était enfoncé.

Mais pour que cette présente vision ne les conduise en vain à une prédication spirituelle, le souvenir leur en fut ravivé, à savoir que comme tes prêtres étaient couchés la nuit suivante, il [Eutrope] apparut dans une vision à ces deux abbés et leur dit : « La blessure à la tête que vous avez contemplée, sachez que c’est par elle que j’ai consommé mon martyre ».

C’est à partir de ce moment-là qu’il a été appelé martyr et fut reconnu comme tel par le peuple car auparavant l’histoire de sa passion n’avait pas été contée.
.