Caritaspatrum
Accueil du siteCHRISTIANISATION DE L’AQUITAINEEutrope de Saintes
Dernière mise à jour :
jeudi 30 juillet 2020
Statistiques éditoriales :
863 Articles
1 Brève
78 Sites Web
68 Auteurs

Statistiques des visites :
543 aujourd'hui
1475 hier
860119 depuis le début
   
Brèves
VIENT DE PARAITRE
lundi 10 février

Claire SOTINEL (dir.)

ROME, LA FIN D’UN EMPIRE. De Caracalla à Théodoric, 212-fin du Ve siècle

En 212, l’empereur Caracalla confère par édit la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l’Empire. Cette mesure couronne une évolution séculaire vers un empire à la fois politiquement unifié et culturellement universel. En 527, les élites romaines prennent conscience que les royaumes gothiques ont achevé de tuer l’Empire d’Occident. Le passage de témoin à l’Empire byzantin se réalise dans un Ve siècle qui se termine lorsque l’empereur Justinien tente de reconstituer une unité impériale universelle, sur des bases devenues profondément différentes de celles qui avaient fondé l’Empire romain.

Éditeur : Belin

ISBN : 978-2-7011-6497-7

 
De la légende à l’histoire.
mercredi 10 octobre 2018
par Pascal G. DELAGE
popularité : 16%

Fortunat - le premier chronologiquement à parler d’Eutrope - rappelle seulement dans un poème dédié à l’évêque métropolitain de Bordeaux, Leontius (550-570), que ce dernier a fait restaurer la basilique d’Eutrope à Saintes (carmen XIII). En effet, l’évêque saintais est apparu à un des prêtres du presbyterium de Bordeaux pour demander à Leontius de rénover la basilique « effondrée, ruinée par la vieillesse et dépouillée de ses garnitures ». Ce qu’atteste également Fortunat, c’est qu’Eutrope a bien été le premier évêque de Saintes et cela d’une façon absolue. Au vu de l’antiquité de ce témoignage, c’est un point qui doit demeurer acquis. Restent des questions. Lorsque Fortunat parle de la basilique d’Eutrope, désigne-t-il la basilique construite par Eutrope – et dans ce cas il s’agit de la première cathédrale de Saintes, ou bien décrit-il l’Eglise où repose le corps de l’évêque ? Autre interrogation : comment se fait-il que ce soit l’évêque métropolitain qui soit chargé de ces travaux coûteux alors que Saintes possède un évêque à cette époque ? Notons également que Fortunat se plait à souligner les liens qu’Eutrope en personne établit entre Saintes et Bordeaux.


XIII. SUR LA BASILIQUE DE SAINT EUTROPE.

Quel amour le Seigneur vous réserve, père Léonce, vous que, dès ici-bas, les saints invitent à rénover leurs parvis !

La basilique du vénérable évêque Eutrope s’était effondrée, ruinée par la vieillesse, et, dépouillée de ses garnitures, la muraille montrait son appareil de poutres dénudées, effondrement dû non pas au poids de la toiture, mais à l’action nocive des eaux.

Une nuit, un sommeil léger s’emparant d’un de vos prêtres, Eutrope lui apprend que c’est vous qui êtes choisi comme restaurateur de son église. Le prêtre dut à vos vertus la faveur de cet avertissement…

Ô bienheureux celui qui fait l’objet de la pieuse sollicitude de Dieu ! Aujourd’hui, en meilleure voie, l’antique monument restauré a retrouvé sa solidité et la bâtisse ruinée voit renaître la fleur de son âge.

Les années se sont accumulées, mais elle a tout l’éclat de la jeunesse ; allant à la vieillesse, elle revient rajeunie.. Là un décor sculpté est accroché à la voûte ainsi travaillée, le bois produit les jeux que donne d’habitude la peinture. La muraille a reçu des figures en trompe-l’œil. Ce qui naguère n’avait même pas de revêtement maintenant resplendit de peintures.

Il fut le premier évêque de la cité de Saintes et à vous en qui il revit, il a donné à juste titre le premier rang.. Maintenant que le saint occupe ses parvis et qu’il y habite dans la sérénité, il répond à l’amour du restaurateur de son temple.

(Trad. de M. Reydellet)