Caritaspatrum
Accueil du site
Dernière mise à jour :
mardi 15 septembre 2020
Statistiques éditoriales :
866 Articles
1 Brève
78 Sites Web
68 Auteurs

Statistiques des visites :
1342 aujourd'hui
1112 hier
918943 depuis le début
   
Annonces
COLLOQUES A VENIR

« Classique et barbare » : la sculpture de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (IVe-Xe siècle). Du corpus aux humanités numériques.

organisé par : L’association SATHMA (Sculptures de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge)

Lieu : Ecole du Louvre, amphithéâtre Michel-Ange - Paris

Dates : 24-25 septembre 2020

Pour en savoir plus, cliquer ici

 
Brèves
VIENT DE PARAITRE
mardi 15 septembre

Bernadette CABOURET

LA SOCIETE DE L’EMPIRE ROMAIN D’ORIENT : IVe-VIe SIECLE

On peut choisir d’étudier l’Empire romain par le biais des événements généraux et des vicissitudes militaires ou politiques, on peut faire l’histoire des grands hommes en suivant des sources antiques qui les ont privilégiés. Mais on peut aussi s’intéresser aux composantes anonymes de la société qui a incarné cette histoire. Les femmes et les hommes qui ont peuplé villes et campagnes de l’Orient romain sont ici présentés en une période particulière, celle de l’Antiquité tardive. Pourquoi l’Antiquité tardive ? C’est une époque de bouleversements et de profonds remaniements : le gouvernement impérial devient un dominat, l’Etat impose des contraintes qui sont vivement ressenties et l’économie se transforme, la séparation est consommée entre l’Orient et l’Occident et le christianisme modifie les comportements, les pensées, bref paraît irriguer et informer la société.

Éditeur : Presses Universitaires Rennes

ISBN : 978-2753579835

 
Auteur : Marie-Laure CHAIEB
Articles de cet auteur
samedi 15 août 2020
Irénée de Lyon ou l’Unité en question
Du 8 au 10 Octobre 2020, la Faculté de théologie de l’Université Catholique de Lyon et l’Institut des Sources Chrétiennes proposent un colloque scientifique international consacré à la question de l’Unité chez Irénée de Lyon. En effet, à la fin du IIe siècle, la question de l’unité se pose avec une acuité décuplée par l’adversité. D’une part, après les martyres de 177, il s’agit de faire front contre l’ignorance meurtrière des persécutions ; d’autre part, en interne, les communautés et les structures ecclésiales nées dans la diversité culturelle et religieuse sont en plein essor. Aussi, lorsqu’à cette jeunesse s’ajoute le danger de l’éclatement gnostique, devient-il urgent de penser théologiquement l’unité.

lire la suite de l'article