Caritaspatrum
Accueil du site
Dernière mise à jour :
lundi 10 août 2020
Statistiques éditoriales :
864 Articles
1 Brève
78 Sites Web
68 Auteurs

Statistiques des visites :
1201 aujourd'hui
1519 hier
873848 depuis le début
   
Annonces
COLLOQUES A VENIR

« Classique et barbare » : la sculpture de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (IVe-Xe siècle). Du corpus aux humanités numériques.

organisé par : L’association SATHMA (Sculptures de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge)

Lieu : Ecole du Louvre, amphithéâtre Michel-Ange - Paris

Dates : 24-25 septembre 2020

Pour en savoir plus, cliquer ici

 
Brèves
VIENT DE PARAITRE
lundi 10 février

Claire SOTINEL (dir.)

ROME, LA FIN D’UN EMPIRE. De Caracalla à Théodoric, 212-fin du Ve siècle

En 212, l’empereur Caracalla confère par édit la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l’Empire. Cette mesure couronne une évolution séculaire vers un empire à la fois politiquement unifié et culturellement universel. En 527, les élites romaines prennent conscience que les royaumes gothiques ont achevé de tuer l’Empire d’Occident. Le passage de témoin à l’Empire byzantin se réalise dans un Ve siècle qui se termine lorsque l’empereur Justinien tente de reconstituer une unité impériale universelle, sur des bases devenues profondément différentes de celles qui avaient fondé l’Empire romain.

Éditeur : Belin

ISBN : 978-2-7011-6497-7

 
lundi 15 juin 2020
L’ascendance taïfale de Silvania ou la révélation d’un mensonge généalogique

Le balancier de mon humeur, Bessus ami, me fait osciller intérieurement de la curiosité enthousiaste au doute paralysant, ou pour le dire à la façon de notre bouillant Jérôme, je tiens le loup par les oreilles et je ne sais ni de quelle façon le lâcher ni comment le retenir [1]. Mon loup est l’aveu que me fit hier le père de mon épouse.

Sentant sa mort prochaine, il m’avait convoqué sub secreto, souhaitant libérer sa conscience d’un « mensonge généalogique », ce sont ses mots, transmis de génération en génération aux membres de sa famille depuis deux siècles : « C’est pourquoi ma fille a toujours affirmé , comme tu le sais, que son quadrisaïeul paternel, chrétien vivant la sainteté ordinaire dans la voie du mariage, était le jeune frère de deux aînés, Romain et Lupicin, ermites à l’origine du monastère de Condat [2] que vous fréquentez régulièrement.

 

[1] Si Jérôme en effet utilise cette expression devenue proverbiale, Je tiens le loup par les oreilles (par exemple dans son Adversus Iohannem Hierosolymitanum), le premier commentateur en est Térence qui ajoute à la suite, comme l’avait en mémoire Bacchus : je ne sais ni de quelle façon le lâcher ni comment le retenir (Phormio, 506).

[2] Les lecteurs familiers de cette correspondance savent qu’au Ve siècle les ermites Lupicin et son frère Romain, les deux premiers « Pères du Jura » fondent le monastère de Condat , lequel au VIe siècle, prend un essor important avec le troisième « Père du Jura » Oyand ou Oyend, d’où au VIIe siècle la nouvelle appellation de « Saint Oyend-de-Joux ». En attendant le nouveau nom « Abbaye de Saint-Claude » vers le XIIIe siècle.


Fatal error: Cannot redeclare boucle_auteurs_articlehtml_952d9b2477b00dccad6d0aa8e3006307() (previously declared in /mnt/136/sdb/9/5/caritaspatrum/ecrire/public/composer.php(48) : eval()'d code:11) in /mnt/136/sdb/9/5/caritaspatrum/ecrire/public/composer.php(48) : eval()'d code on line 251