Caritaspatrum
Accueil du siteCHRISTIANISATION DE L’AQUITAINEEutrope de Saintes
Dernière mise à jour :
samedi 10 avril 2021
Statistiques éditoriales :
891 Articles
1 Brève
82 Sites Web
70 Auteurs

Statistiques des visites :
1570 aujourd'hui
1861 hier
1168411 depuis le début
   
Brèves
VIENT DE PARAITRE
mardi 15 décembre

Jonathan CORNILLON

TOUT EN COMMUN ? La vie économique de Jésus et des premières générations chrétiennes

De quoi vivaient Jésus et ses disciples ? Comment l’apôtre Paul et ses compagnons finançaient-ils leurs activités missionnaires ? Les prédicateurs des premières générations chrétiennes étaient-ils rémunérés ? Quelles formes prenait la solidarité matérielle des premières communautés chrétiennes ? Cet ouvrage répond à ces questions en abordant l’ensemble des aspects économiques de la vie des premiers chrétiens. Dans tout l’Empire romain, la vie économique des premières communautés chrétiennes, depuis la prédication de Jésus jusqu’à la fin du IIIe siècle, n’était pas un aspect secondaire de leur engagement religieux, profondément lié à une approche éthique et solidaire de la pauvreté. Cela n’était pour autant pas contradictoire avec la mise en place de formes de financement diverses et ambitieuses, dès la prédication de Jésus. Ce livre montre que les exigences de la morale chrétienne s’accompagnaient d’une recherche d’efficacité, même si les abus et les dysfonctionnements n’étaient évidemment pas absents.

Éditeur : Le Cerf

EAN : 978-2204129978

 
De la légende à l’histoire.
mercredi 10 octobre 2018
par Pascal G. DELAGE
popularité : 7%

Or il se trouve qu’en cette fin de VIe siècle, l’évêque Palladius de Saintes était à la recherche de ce surplus d’autorité spirituelle. Certes il appartenait à une grande famille gallo-romaine du centre de la Gaule (Bourges) mais il vivait probablement assez mal comme d’autres prélats issus des anciens milieux sénatoriaux cette immixtion des princes francs en Aquitaine. Aussi multiplie-t-il les fondations pieuses comme ses ancêtres ( on lui doit les églises Saint-Etienne, Saint-Eutrope et la rénovation de la cathédrale Saint-Pierre), mais il va aussi se livrer à un jeu politique dangereux en soutenant contre les rois francs un usurpateur, Gondevald, qui se trouvait être un agent de l’empereur de Constantinople. Il s’en fallut de très peu pour qu’il n’y perde la tête !

En tout cas, il se retrouva placé sous l’autorité spirituelle et la férule disciplinaire du métropolitain de Bordeaux qui, depuis la mort de Leontius vers 570, était Bertrachmus, un Franc apparenté aux fils de Clotaire. Position très délicate et peu confortable que celle de Palladius. Dans ces conditions, l’invention des reliques d’Eutrope et de la redécouverte de son martyre tombaient providentiellement à point pour redorer le blason de Palladius ! Comment le métropolitain de Bordeaux pourrait-il prétendre régenter celui qui était l’élu d’un martyr et qui, plus est, d’un martyr de la première génération apostolique, envoyé par un des premiers successeurs de Pierre quand l’Eglise de Bordeaux ne pouvait s’enorgueillir d’aucun martyr et qu’elle ne prétendait remonter qu’au début du IVe siècle ! Or il est plus que probable que c’était l’Eglise de Bordeaux qui conservait la mémoire la plus fiable.