Caritaspatrum
Accueil du site
Dernière mise à jour :
lundi 20 mars 2017
Statistiques éditoriales :
768 Articles
1 Brève
73 Sites Web
25 Auteurs

Statistiques des visites :
26 aujourd'hui
186 hier
417792 depuis le début
   
Annonces
COLLOQUES A VENIR

LES PSAUMES DE DAVID.

Colloque GRAPHE organisé par Jean-Marc Vercruysse avec le soutien d’ARRAS UNIVERSITÉ

lieu : Arras – bâtiment K · amphithéâtre ‘Jacques-Sys’

Dates : jeudi 23 et vendredi 24 mars 2017

Pour en savoir plus, cliquer ici

 
Brèves
VIENT DE PARAITRE
mercredi 1er février

Sylvain DESTEPHEN

LE VOYAGE IMPÉRIAL DANS ANTIQUITÉ TARDIVE : DES BALKANS AU PROCHE-ORIENT)

En 324, la fondation de Constantinople sur les rives du Bosphore modifie les voyages impériaux qui s’organisent désormais autour de la nouvelle capitale. D’abord considérée comme un point de départ ou de passage, Constantinople se transforme en lieu de pouvoir. La reconstitution des itinéraires permet de saisir l’évolution de l’Empire romain dans sa moitié orientale du IVe au Ve siècle, l’État et la cour avançant d’un même pas. Suivi de sa famille et de ses familiers, escorté par les hauts fonctionnaires et les officiers supérieurs, l’empereur se déplace sans cesse. La présence de parents et de courtisans, d’officiels et de soldats, montre que les voyages impériaux possèdent une dimension privée et publique autant que civile et militaire. L’ampleur de la suite et de l’escorte exige de vastes réquisitions pour fournir gîte et couvert, véhicules et attelages. Le système de cour, porté à sa perfection sous la dynastie théodosienne (379-450), circonscrit ensuite les voyages aux environs de Constantinople, devenue le cadre unique du faste impérial

Éditeur : Boccard

ISBN : 978-2-7018-0493-4

 
mercredi 15 février 2017
Polémique monastique en Armorique et menace de burn-out pour Bessus
.

De plus, relisant le début de cette missive, je me rends compte que je me force à la concision et que je deviens obscur [1], ayant omis de te dire l’objet polymorphe de mes désirs. Tout a commencé avec la demande que m’a faite l’Abbé de Lucoteiacum [2] : il doit se rendre en Cornouaille au monastère de Landévennec [3] pour rencontrer son homologue et voir avec lui la meilleure pédagogie à mettre en œuvre auprès de leurs communautés respectives afin que celles-ci acceptent enfin d’adopter la Règle monastique de saint Benoît, et, dans la foulée, de délaisser la règle celtique primitive renforcée par l’adoption de celle écrite par Colomban [4]. Je gage que l’abandon de cette règle ne pourra se faire que progressivement, tant la passion pour une vie monastique vécue comme un martyre s’est maintenant imposée. Et c’est justement là où le bât blesse, au sens fort du terme, les prescriptions de Colomban paraissant excessives à plusieurs abbés. Pour exemple, le « martyre rouge » où l’on verse son sang n’étant plus à l’ordre du jour, il convient de vivre le « martyre blanc », c’est-à-dire pratiquer assidûment des mortifications corporelles (comme les flagellations ou, plus original, les bains nocturnes dans l’eau glacée pendant des heures et les bras en croix – je t’avoue que j’en frissonne -) et d’y ajouter le « martyre vert/bleu [5] » impliquant des privations continuelles et la mortification des désirs (des légumes et du pain, une fois par jour, sont la seule nourriture prévue « afin que le ventre ne soit pas chargé et l’esprit pas étouffé »). Le repos lui-même est soumis à des restrictions : des nuits entières sont vouées à la prière sur un lit d’ortie ou de coques de noix ou dans un tombeau près d’un cadavre. Et quand vient enfin le temps du sommeil, il est précisé que « Le moine n’ira chercher son lit qu’épuisé de fatigue ; il faut qu’il s’endorme en s’y rendant, qu’il en sorte avant d’avoir achevé son sommeil ». Je doute qu’il y ait encore place pour le rêve apaisant dans ces conditions cauchemardesques.

Bien que déterminé, par souci d’objectivité, à lire intégralement la regula monachorum et la regula coenobialis [6] de Colomban, mon esprit s’en évada bientôt pour vagabonder vers la Cornouaille, imaginant avec délices un paysage que je ne connaissais que par ouï-dire. Bientôt, comme Job, je pourrai ajouter « mais maintenant mes yeux t’ont vu [7] ». Qui plus est, il me sera sans doute possible de me documenter sur un ermite qui me fascine depuis longtemps, saint Ratian, disciple de saint Guénolé, qui aurait protégé de la peste les localités avoisinant son ermitage de Pleturch [8], il y a un siècle et demi. Je ne le connais que par un chant populaire glissé par erreur dans un ensemble d’hymnes liturgiques que je consultais à Lucoteiacum : Entre Langolen et Le Faouet, habite un saint barde / Qu’on appelle le Père Ratian / Il a dit aux hommes du Faouet / Faites célébrer chaque mois une messe, une messe dans votre église / La peste est partie d’Elliant, mais non pas sans fournée / Elle emporte sept mille âmes… [9]

Mais voici que ma Vera s’agite autour de moi à la façon d’une nuée de moustiques : « Ton futur voyage étant une équipée de machos comme dirait Elena, ma cousine hispano-romaine, je ne m’abaisserai pas à te demander de m’y inclure. Rapporte-moi seulement des informations substantielles sur ce que deviennent les anciens royaumes d’Armorique depuis que le comte-roi Judicaël est venu rendre hommage à Dagobert ». Mon épouse est manifestement sous l’influence grandissante de sa cousine qui ne jure que par la royauté dans tous les pays pour assurer l’avenir de l’humanité et trouve « délicieusement impertinent » qu’en dépit de la soumission à Clovis, il y a plus de deux cents ans, les monarques rétrogradés au rang des « comtes » n’en ont pas moins continué à se comporter en souverains, multipliant les insurrections contre les Francs.

Bacchus ami, prie avec moi l’unique Roi de gloire pour qu’il m’inspire d’ordonner mes désirs et, si possible, ceux de mon épouse.

Bessus

 

[1] Bessus emprunte l’expression à Horace (Ars poetica, 25 sq.) : Brevis esse laboro : obscurus fio.

[2] our rappel, aujourd’hui le monastère de Ligugé.

[3] Saint Guénolé, dans l’estuaire de l’Aulne (qui fait partie de notre actuel département du Finistère) fonda une première communauté sur l’Île de Tibidy en 482, et vers 485 la déplaça en face, à Landévennec.

[4] Saint Colomban (Columbanus) (vers 540 – 615) Moine irlandais, fondateur des monastères d’Annegray, Luxeuil, Fontaine (Haute-Saône), Bobbio (Province de Piacenza – Italie).]. L’abbé de Lucoteiacum souhaite que je l’accompagne, attendant de moi un « regard bienveillant et critique » sur cet entretien, car il n’est pas sans connaître nos démêlés respectifs, les tiens au monastère de Saint Oyend et les miens à mon domicile, avec des disciples colombanophiles trop zélés[[Voir lettres 48 et 23 du corpus de cette correspondance.

[5] Les langues celtiques confondaient le bleu et le vert comme les deux nuances d’une seule couleur. (cf. Mythologie du monde celte, Claude Sterckx, éd. Marabout, 2009).

[6] Ces deux règles sont éditées de nos jours dans la Patrologie Latine, respectivement PL 80, 209-216 et PL 80, 216-224.

[7] Job, 42,5. Il est à peine besoin de préciser que Job ne parle pas de la Cornouaille, mais de Dieu.

[8] Aujourd’hui, Tourc’h dans le Finistère.

[9] Cette lettre de Bessus confirme l’hypothèse de Théodore Hersart de La Villemarque, auteur au XIX ème siècle d’une anthologie de chants populaires bretons, le Barzaz Breiz. Il estimait que le chant consacré au Père Ratian pouvait remonter au VI ème siècle.

Articles les plus récents
lundi 20 mars 2017
par Pascal G. DELAGE
Perpétue de Carthage
Autre martyre africaine, la jeune matrone Perpétue rendit son témoignage en 203 à Carthage et sa mémoire demeura associée à une autre jeune femme, l’esclave Félicité. Très populaire à Carthage, leur culte passa rapidement en Italie où nous trouvons les plus anciens témoignages iconographiques, à Ravenne précisément, dans la chapelle Saint-André (vers 519), l’église Saint-Martin « in Caelo aureo » et bien sûr la procession de Saint-Apollinaire-le-Neuf.

lire la suite de l'article
mercredi 15 mars 2017
Les Pères de l’Eglise et les Barbares
Le prochain colloque de Patristique et d’Histoire ancienne de La Rochelle portera sur les « Pères de l’Eglise et les Barbares » : Comment penser, accueillir et contrôler l’irruption des « autres » ? Les 6, 7 et 8 octobre 2017 à la Rochelles (Les Minimes).

lire la suite de l'article
vendredi 10 mars 2017
par Pascal G. DELAGE
L’Eglise d’Aquitaine au Ve s. ou de l’art de gérer les transitions
Il semble bien que les évêques d’Aquitaine comme ceux du reste de la Gaule se soient réjouis de la montée en puissance d’un roi pro-catholique, véritable « nouveau Constantin » et prêchant même la croisade « anti-arienne » si l’on en croit Grégoire de Tours. La réalité fut plus difficile et Clovis avait lui aussi quelques idées sur la question.

lire la suite de l'article
dimanche 5 mars 2017
par Pascal G. DELAGE
Grégoire de Nazianze, le passeur de mondes
Cette IXe Petite Journée de Patristique, le 18 mars 2017 à Saintes, sera consacrée à la figure de Grégoire de Nazianze, l’un des trois Pères Cappadociens, connu encore sous le nom de Grégoire le Théologien. Peut-être l’une des figures les plus attachantes du christianisme ancien, tout aussi passionné par le Verbe divin que le Logos de la culture grecque, véritable passeur entre l’hellénisme et le christianisme, entre un monde ancien et un monde à-venir.

lire la suite de l'article
samedi 25 février 2017
361
Consulat de Taurus et de Florentius
Au commencement de la 4e indiction, parce que la rébellion de Julien lui avait été rapporté, l’empereur parvint aux sources de Mompsos au terme de la première étape depuis Tarse de Cilicie. Après cela, il reçut le saint baptême des mains d’Euzoios, l’évêque d’Antioche, qui avait élevé à ce titre par le même Constance, puis il quitta la vie le 3 du mois de Dius, l’année 410 de l’ère antiochienne (« Chronique pascale »)

lire la suite de l'article