Caritaspatrum
Accueil du site
Dernière mise à jour :
lundi 11 décembre 2017
Statistiques éditoriales :
790 Articles
1 Brève
73 Sites Web
33 Auteurs

Statistiques des visites :
224 aujourd'hui
323 hier
507864 depuis le début
   
Annonces
COLLOQUES A VENIR

Poésie, bible et théologie de l’Antiquité tardive au Moyen Âge, (IVe - XVe siècle).

organisé par : la Faculté de théologie catholique de le Laboratoire de théologie catholique et sciences religieuses (EA 4377)

lieu : Université de Strasbourg

Dates : jeudi 25- samedi 27 janvier 2018

Contact : ilariaponti85@libero.it

Pour en savoir plus, cliquer ici


Les “Sources Chrétiennes” : apport grec et latin à la culture européenne.

A l’occasion du 75e anniversaire des Sources Chrétiennes, l’Institut des Sciences Humaines des Jésuites d’Athènes, l’Institut des Sources Chrétiennes et la Bibliothèque Nationale de Grèce proposent un colloque sur les Pères de l’Église, dont les écrits représentent un patrimoine culturel considérable et constituent l’une des sources de la culture européenne.

lieu : Centre Culturel de la Fondation Stavros Niarchos Kallithéa, Auditorium de la Bibliothèque Nationale de Grèce à Athènes

Dates : vendredi 23 - dimanche 25 février 2018

Contact : Secrétariat ISH : athensj@jesuites.com

Pour en savoir plus, cliquer ici

 
Brèves
VIENT DE PARAITRE
vendredi 1er décembre

Peter HEATHER

ROME ET LES BARBARES Histoire nouvelle de la chute de l’empire)

De l’Écosse jusqu’à la Mésopotamie, de l’embouchure du Rhin jusqu’aux contreforts de l’Atlas, Rome a dominé durant près de cinq siècles un immense territoire. Le démembrement rapide de sa partie occidentale a d’autant plus frappé les esprits que l’empire a remporté jusqu’au bout des succès décisifs, notamment contre Attila en 451.

Pour faire comprendre ce paradoxe, Peter Heather rouvre le dossier en déplaçant le point de vue. Brassant une superbe documentation avec un art consommé du récit, il s’intéresse autant à la vie culturelle, économique et politique de l’Empire qu’à celle des « barbares ». Ceux-ci, en effet, ne viennent pas de nulle part. Qu’il s’agisse des peuples germaniques ou, plus encore, des Huns, Peter Heather fait revivre de l’intérieur la logique des adversaires de Rome. Une logique qui, tout autant que celle des héritiers d’Auguste, façonnera le Moyen Âge européen. On découvre ici l’histoire de la fin de l’empire d’Occident autant que celle des débuts de l’Europe.

Editeur : Alma

ISBN : 2362792315

 
dimanche 1er octobre 2017
Résurrection de Bacchus selon Sédulius

Je ne comprends pas celui que je fus mais je sais qu’il me fait honte. Je rends grâce à Silvania pour sa confiance patiente et je vous remercie également, amis fidèles, de l’avoir réconfortée.

Béni soit aussi l’abbé du monastère de Saint Oyend qui a osé me mettre en face de ma monstruosité en m’entretenant des ravages engendrés par un ascétisme extrême. Si je n’ai pas, comme le fit Esdras [2], déchiré mes vêtements ni arraché les cheveux de ma tête et les poils de ma barbe – il est vrai que je suis quelque peu chauve et imberbe – comme lui, je m’assis accablé. A l’heure de la prière du soir je me relevai de ma prostration en prenant à mon compte sa supplication : Mon Dieu, j’ai trop de honte et de confusion pour lever mon visage vers toi, mon Dieu. Mes fautes sans nombre me submergent, mes offenses se sont amoncelées jusqu’au ciel. Ma Silvania, entendant cette prière prononcée à voix haute, vint me dire doucement : « Attention ! N’en fais pas trop, sinon tu vas tomber cette fois dans l’excès de la dépréciation de toi-même ! Il est temps pour toi et pour moi de nous restaurer dans tous les sens du terme. Et je te dis ’Courage, Bacchus, mon époux’ à la suite du prophète Aggée appelant à reconstruire le temple : Courage, Zorobabel ! Courage Josué fils de Josédeq, grand prêtre ! Courage, tout le peuple du pays ! Oracle du Seigneur ! Au travail ! Je suis avec vous – oracle du Seigneur de l’univers. [3] »

Notre restauration est en bonne voie car, désormais, j’ai cessé d’habiter les arpents arides de cette plaine poussiéreuse et ces contrées stériles où le sol ne peut porter de fruit, et je renonce à arracher à cette terre sanglante les poisons livides aux sucs mortels condamnés à alimenter le Tartare. J’entre, comme si c’était pour la première fois, et ma Silvania au plus près de moi, dans la riante verdure de ces bois toujours fleuris, dans le séjour bienheureux aux ruisseaux bénis, où les semences de la vie sont animées par des eaux divines, la moisson fécondée par une source sublime et purifiée de ses épines pour qu’elle puisse être la moisson de Dieu et remplir des greniers immenses du fruit centuplé de la récompense divine : voici maintenant pour moi le temps du Chant pascal de Sédulius, mais non pas de l’ensemble de ce chant. Je déplore en effet trop d’attaques de sa part contre la philosophie grecque : Vous que gagne une maladie mortelle, la doctrine / Attique du poison cécropique [4] adonnée à de vains soucis ; / Et, suivant plutôt l’odeur de la loi qui respire / La vie, abandonnez la puanteur du village athénien. Mais qui suis-je pour juger, moi qui reviens de tant d’excès ?

Préférons la vigne paisible à la lambrusque [5] et que le Créateur infini du ciel infuse en nous le don de la grâce éternelle.

Bacchus

 

[2] Livre d’Esdras, 9, 3-6.

[3] Livre d’Aggée, 2, 4.

[4] Mot synonyme d’Athénien, dérivé du nom de Cécrops, premier roi mythique d’Athènes.

[5] Vigne sauvage (Vitis vinifera sylvestris).

Articles les plus récents
dimanche 10 décembre 2017
par Jean-Claude LARCHET
Evagre le Pontique, « Chapitres sur la prière ».

Evagre le Pontique, « Chapitres sur la prière ». Édition du texte grec, introduction, traduction, notes et index par Paul Géhin. « Sources chrétiennes » n° 589, Éditions du Cerf, Paris, 2017, 470 p.

Les « Chapitres sur la prière » d’Évagre le Pontique (345-399) est avec le Traité pratique son œuvre spirituelle majeure. Après la condamnation de l’origénisme où il était impliqué du fait surtout de ses Chapitres gnostiques, ses œuvres furent officiellement détruites.



lire la suite de l'article
mardi 5 décembre 2017
Egérie, une femme au pays des Pères
Cette Xe Petite Journée de Patristique, le 10 mars 2018 à Saintes (17) sera consacrée à une femme, Egérie, et à un texte, le carnet de bord qu’elle tint au début des années 380 lors d’un pèlerinage qu’elle accomplit non seulement à Jérusalem et au Sinaï mais aussi auprès des grands sanctuaires de Mésopotamie. Non seulement le texte le plus long que nous ayons conservé de la main d’une femme pour l’Antiquité mais aussi un des textes les plus anciens de notre humanité rédigé par une femme…

lire la suite de l'article
jeudi 30 novembre 2017
369
Consulat de Valentinien pour la 3e fois et de Victor
A l’époque de ces consuls, l’empereur très sacré Valentinien ordonna l’exécution de nombreux sénateurs et de fonctionnaires pour malversations, vols et concussions. Ainsi le « praepositus » de son palais, Rhodanius, qu’il fit brûler vivant dans la courbe de l’hippodrome alors qu’il assistait à une course de char (« Chronique pascale »)

lire la suite de l'article
samedi 25 novembre 2017
par Annie WELLENS
Des « Poèmes barbares » ? Petite finale en forme de fugue (1/6)
Dans le domaine musical la fugue est une forme de composition qui relève du contrepoint, technique suivant laquelle on développe simultanément plusieurs lignes mélodiques. Même s’il existe un certain ordre dans le déroulement de cette petite finale nous entendrons que des « conversations » se nouent d’un auteur à un autre et des lecteurs de l’un aux lecteurs de l’autre, des conversations passionnées au point d’en devenir orageuses à maintes reprises. Faut-il s’en étonner puisque leur thème est le mot « barbare » ?

lire la suite de l'article
lundi 20 novembre 2017
par Pascal G. DELAGE
Hilaria, vierge consacrée ou ultime témoin des anciens cultes ?
Dans les « Parentalia », un petit livret qu’il rédige vers 384, le rhéteur et consul Ausone fait mémoire de ses parents défunts, nous offrant un témoignage unique sur une famile gallo-romaine du IVe siècle. S’arrêtant un instant sur sa tante maternelle Aemilia Hilaria, il rappelle qu’elle avait été médecin et avait fait le choix de rester célibataire. Hilaria fut-elle une des toutes premières vierges consacrées d’Aquitaine ?

lire la suite de l'article