Caritaspatrum
Accueil du site
Dernière mise à jour :
mercredi 20 juin 2018
Statistiques éditoriales :
809 Articles
1 Brève
74 Sites Web
42 Auteurs

Statistiques des visites :
7 aujourd'hui
241 hier
571862 depuis le début
   
Annonces
COLLOQUES A VENIR

Les apparitions du Christ Ressuscité dans l’exégèse patristique Débats théologiques et enjeux pastoraux.

organisé par : Colloque organisé par le Laboratoire d’études sur les monothéismes (UMR 8584) et le Centre Sèvres - Facultés jésuites de Paris

Lieu : Centre Sèvres 35 bis rue de Sèvres 75006 Paris

Dates : vendredi 22 juin 2018

Contact :

Pour en savoir plus, cliquer ici


Qui est mon ennemi ? Altérité, adversité et charité. Les Pères face à la figure de l’ennemi.

Organisé par : XXVIe Rencontres de Patristique

Lieu : Centre du Lazaret - Sète

Date : 29 juin - 1er juillet 2018

Pour en savoir plus, cliquer ici

 
Brèves
VIENT DE PARAITRE
vendredi 1er juin

C. BALMELLE et J.-P. DARMON

LA MOSAÏQUE DANS LES GAULES ROMAINES)

Le public français connaît la mosaïque antique des sites antiques étrangers, mais il en connaît rarement les trésors hérités de la Gaule romaine, en France même, dispersés dans bien des musées ou enfouis dans des archives consultées des seuls spécialistes. Or, si la France est riche d’un très vaste corpus de mosaïques romaines, il n’existe toujours pas d’ouvrage de synthèse qui permette au lecteur curieux de découvrir ce domaine de façon aisée. C’est à ce manque que le présent livre souhaite pouvoir remédier. Il s’y attelle en bénéficiant de conditions particulièrement favorables, étant donné le nombre et l’intérêt des découvertes très récentes, ainsi que le renouvellement des approches de l’archéologie, qui étudie désormais la mosaïque dans son contexte architectural et historique, et qui s’efforce de la situer dans le temps de façon beaucoup plus précise. Le premier chapitre aborde la mosaïque romaine sur le chantier, ses rapports avec l’architecture, son rôle signalétique dans l’espace, ainsi que le travail des artisans mosaïstes.

Editeur : Picard

ISBN : 978-2-7084-1031-2

 
vendredi 15 juin 2018
Epanadiplose, Buisson ardent et Troussepinette, ou le retour victorieux de Bessus au jardin

Et ronces elles ont vécu ce que vivent les ronces… hélas ! plus d’un matin, pour ne pas dire trois années. Que l’épanadiplose [1], Bacchus ami, qui ouvre cette missive te signifie ma victoire sur l’empêchement qui était le mien d’entretenir notre jardin depuis mon accès d’erysipelas.

« Jardin » n’était plus d’ailleurs la dénomination adéquate, il s’agissait plutôt d’un espace sauvage où les frênes vivaces de notre marais se disputaient la place avec des pieds de bardane, lesquels, exponentiels aussi bien en largeur qu’en hauteur, distribuaient avec une générosité perverse leurs capitules à crochets (Apulée appelle très justement cette plante dardana, le « dard », ce qui en dit long sur les risques encourus à l’approcher de trop près) [2], sans compter un laurier dont les multiples surgeons auraient pu assurer le couronnement des poètes pendant plusieurs générations. Brochant sur le tout, le lierre et la ronce commune aux épines agressives se déployaient vigoureusement. Ma Vera avait fait le deuil de son potager et considérait désormais ce lieu comme une terra incognita dont elle ne me parlait plus.

 

[1] L’épanadiplose est une figure de style reprenant, à la fin d’une proposition, le même mot que celui situé en début d’une proposition précédente. Figure de narration utilisée dans de nombreux genres littéraires, elle est alors nommée « épanadiplose narrative ». Il s’agit de la reprise d’une scène initiale ou d’un motif initial (dans l’incipit) à la fin (ou clausule) de l’intrigue. L’épanadiplose de Bessus, maintenant qu’elle est livrée aux lecteurs, connaîtra-t-elle la même notoriété que celle de François de Malherbe : « Et rose elle a vécu ce que vivent les roses / L’espace d’un matin », dans sa Consolation à Monsieur du Périer (1598) ?

[2] Bessus est allé aux sources étymologiques. En effet, le nom vernaculaire bardane vient du latin médiéval bardana, altération du latin tardif dardana.

Articles les plus récents
mercredi 20 juin 2018
Digital Atlas of the Roman Empire
Se repérer et tracer sa route dans le monde des Pères de L’Église, c’est bien cela que permet le « Digital Atlas of the Roman Empire », un site hébergé par l’université de Lund (Suède) en offrant des cartes interactives et en tri-dimensions. Le projet Pélagios qui propose cet atlas hors-pair est soutenu matériellement et administrativement par le projet Pelagios 6, financé par la Fondation Andrew W. Mellon.
Bienvenue dans Digital Atlas of the Roman Empire

lire la suite de l'article
vendredi 15 juin 2018
par Pascal G. DELAGE
Sagduxt, la prudente régente
A la charnière de l’Orient et de l’Occident, des terres de vieilles cultures méditerranéennes et des peuples de la steppe, le Géorgie fut dès la plus haute antiquité l’objet de nombreuses convoitises. Quoique la dynastie royale de Mcxéta se soit convertie au christianisme dès le milieu du IVe siècle, les maîtres de l’Empire sassanide ne renoncèrent pas facilement à y faire régner leur ordre et leur religion comme en témoigne l’histoire de la reine Sagduxt.

lire la suite de l'article
mardi 5 juin 2018
Une nouvelle église découverte en Syrie
Grâce à de minutieux travaux de déminage, des soldats de l’armée syrienne ont mis au jour deux anciennes mosaïques à Aqerbat à 80 km à l’est de Hama. Les milices de Daesh, évacuées en janvier dernier, n’ont laissé derrière elles qu’un village en ruines… et des mosaïques du début du Ve siècle.

lire la suite de l'article
mercredi 30 mai 2018
374
Consulat de Gratien auguste pour la 3e fois et d’Aequitus
Mélanie, la plus noble des femmes romaines et la fille de l’ancien consul Marcellinus, quitta son fils unique qui était alors préteur urbain et fit voile vers Jérusalem où ses vertus et tout particulièrement son humilité suscitèrent un tél étonnement qu’elle reçut le nom de Thècle (« Chronique » de Jérôme)

lire la suite de l'article
vendredi 25 mai 2018
par Pascal G. DELAGE
Mauvia, une reine tout aussi guerrière qu’orthodoxe
Vers 375, diverses sources se font l’écho d’attaques brutales menées par des tribus saracènes (arabes) en direction des cités du Proche-Orient. Or cette confédération plus ou moins organisée en clans ont à ce moment-là une femme à leur tête, Moavia ou encore Mauvia, qui ne déposera les armes que lorsqu’un évêque orthodoxe lui sera envoyé. Alliée de Constantinople, la férocité de ses guerriers sauvera l’empire à un moment critique de son histoire.

lire la suite de l'article