Caritaspatrum
Accueil du site
Dernière mise à jour :
mercredi 15 novembre 2017
Statistiques éditoriales :
789 Articles
1 Brève
73 Sites Web
31 Auteurs

Statistiques des visites :
327 aujourd'hui
409 hier
498433 depuis le début
   
Annonces
COLLOQUES A VENIR

Les “Sources Chrétiennes” : apport grec et latin à la culture européenne.

A l’occasion du 75e anniversaire des Sources Chrétiennes, l’Institut des Sciences Humaines des Jésuites d’Athènes, l’Institut des Sources Chrétiennes et la Bibliothèque Nationale de Grèce proposent un colloque sur les Pères de l’Église, dont les écrits représentent un patrimoine culturel considérable et constituent l’une des sources de la culture européenne.

lieu : Centre Culturel de la Fondation Stavros Niarchos Kallithéa, Auditorium de la Bibliothèque Nationale de Grèce à Athènes

Dates : vendredi 23 - dimanche 25 février 2018

Contact : Secrétariat ISH : athensj@jesuites.com

Pour en savoir plus, cliquer ici

 
Brèves
VIENT DE PARAITRE
mercredi 1er novembre

Bernard LANÇON

LA CHUTE DE L’EMPIRE ROMAIN)

La « chute » de l’Empire romain ne cesse de faire couler beaucoup d’encre. Plus encore, elle a suscité un nombre de publications sans précédent ces dernières années. On la traite à tort comme une énigme historique qu’il s’agirait de résoudre en identifiant les causes, alors que c’est bien la longévité de l’Empire romain qui relève de l’énigmatique. Si ce livre raconte et interroge naturellement le dernier siècle de l’empire d’Occident, il entend montrer que sa « chute » est largement un fantasme. Non seulement il est impossible d’en épuiser la réalité, mais encore la culture occidentale semble n’avoir aucun désir d’y renoncer. La raison en est peut-être que cet abandon mettrait en cause le pessimisme foncier qui la sous-tend. Cette « chute » est devenue une histoire sans fin, car on s’efforce en vain d’accumuler les facteurs incertains d’un événement sans contours définissables, tandis qu’elle sert en réalité de miroir et d’exutoire à nos angoisses.

Editeur : Perrin

ISBN : 9782262048266

 
dimanche 1er octobre 2017
Résurrection de Bacchus selon Sédulius

Grâce (et le mot n’est pas trop fort) à la confiance de son épouse, à la vigilance de l’Abbé de Saint Oyend et à la lecture des « barbares beautés » de l’hymne sur la vie du Christ de Coelius Sedulius, Bacchus sort, comme neuf, du tombeau de ses extravagances ascétiques. Le « Carmen paschale » du même Sédulius lui confirme sa restauration.

Le quatrième jour, Lazare / Déjà puant recouvre la vie / Et, délivré des chaînes de la mort, / Est devenu le survivant de soi-même. Bessus et Vera très chers, je remercie Sédulius [1] dont les barbares beautés de l’hymne abécédaire sur la vie du Christ a produit en moi un séisme qui m’a fait remonter du tombeau où m’avait enseveli une mauvaise ivresse spirituelle. Je désespère de comprendre celui que je fus au cours de ces cinq mois pendant lesquels je n’ai cessé de descendre vertigineusement les degrés de l’ignominie envers mon épouse, jusqu’à renier qui nous étions l’un pour l’autre.

 

[1] Bacchus avait déjà évoqué, à la fin de la lettre 8 de ce corpus, Sédulius : Avec Sédulius (faut-il le prénommer Coelius ? J’ai lu des avis contraires sur le sujet) je prie le Seigneur de nous accorder le bonheur de Pâques perpétuelles. On sait très peu de choses sur cet auteur de la moitié du Ve siècle, souvent confondu avec Sédulius Scot, son quasi-homonyme irlandais du IX ème siècle. Bacchus, qui vit au VII ème siècle ne pouvait connaître que le premier.

Articles les plus récents
mercredi 15 novembre 2017
par Jacques Ricot
Qu’est-ce qu’un barbare ? (I)
Les communications du dimanche matin données au Centre Jean-Baptiste Souzy s’inscrivent dans une perspective d’actualisation de la problématique traitée dans l’aire patristique. Jacques Ricot, Agrégé et docteur en philosophie, Chercheur associé au Centre Atlantique de Philosophie, (Caphi EA 7463), Université de Nantes.

lire la suite de l'article
vendredi 10 novembre 2017
Egérie, une femme au pays des Pères
Cette Xe Petite Journée de Patristique, le 10 mars 2018 à Saintes (17) sera consacrée à une femme, Egérie, et à un texte, le carnet de bord qu’elle tint au début des années 380 lors d’un pèlerinage qu’elle accomplit non seulement à Jérusalem et au Sinaï mais aussi auprès des grands sanctuaires de Mésopotamie. Non seulement le texte le plus long que nous ayons conservé de la main d’une femme pour l’Antiquité mais aussi un des textes les plus anciens de notre humanité rédigé par une femme…

lire la suite de l'article
dimanche 5 novembre 2017
par Matthieu Poupart
« Les Pères de l’Eglise et les Barbares » : regards angevins
Le colloque de Patristique et d’Histoire ancienne « Les Pères de l’Eglise et les Barbares » qui s’est tenu les 6, 7 et 8 octobre derniers à La Rochelle présentait une double qualité si parfaite qu’elle en devient presque hypocrite : choisir un thème d’une actualité brûlante, comme l’indiquait le sous-titre de l’évènement, et en même temps s’inscrire dans une rigueur scientifique si bien tenue qu’elle interdisait tout raccourci simpliste entre l’Antiquité tardive et notre temps.

lire la suite de l'article
lundi 30 octobre 2017
368
Consulat de Valentinien et de Valens augustes pour la 2e fois.
A l’époque de ces consuls, un tremblement de terre se produisit dans la ville de Nicée qui fut alors rasée au mois de Gorpiaeus, le 5 des ides d’octobre (« Chronique pascale ») Libanios, rhéteur d’Antioche, jouit d’une grande réputation (« Chronique » de Jérôme)

lire la suite de l'article
mercredi 25 octobre 2017
par Pascal G. DELAGE
Christina de Bolsena
La vingtième martyre, Christina, est associée à la capitale de la Tuscie, Volsinii (aujourd’hui Bolsena) et elle est d’ailleurs représentée au sein d’un groupe de saintes d’Italie Centrale. Or il semble bien que la mémoire de cette jeune femme ait d’abord été vénérée bien plus loin, entre Egypte et Levant.

lire la suite de l'article